Essai d’introduction à la Bible en mashi et extraits de Trois siècles chez les Bashi de Paul Masson

INT – – Bible en mashi du Congo

ENSHOKOLEZI NNAMBÛLE KULI BIBLIYA Y’AMASHI

Bici rhulongolera bula? Omulemi wirhu aba muguma, omucunguzi wirhu aba muguma, ebitabu rhushangire biri mwanda. Acibe ngasi muguma akacisêza okuhira omu kalamo kâge hitya kuli ebiba omu Bibliya, rhwanayumva oku Mûka Muguma rhujira, muko rhweshi rhudwa, kuhabuka rhweshi rhuhabuka, ci Yezu Lungere Mwinja anakazirhuyabula n’okurhuhabûla bwinja. Kanji kanji rhulonza ebyarhuyâbire mpu abe owirhu ye bihalûla, erhi bimuyabira kula binarhuyabira, rhumuderhe mugoma. Rhwayibagire oku Mutagatifu Paolo arhubwiraga oku rhulungine nka birumbu bya mubiri muguma, ehi muguma akwanyanyize hyanayinjihya abemêzi boshi, n’ehi muguma ashâbire hyanalenganya abemêzi banji (1Kr 12-13). Mulolage aha idako oku ebitabu bya Bibliya bikereka: E Katolika, Emwa Ortodoksi, n’Emwa Abaprotestanti. Ntaye wakabula ehi ayûbakirakwo n’owalonza okushâba arhakabula aha agwârhira. Yezu adesire oku irhegeko likulu ozigire Nnâmahanga ozigire n’omwinyu muntu (cf. Mk 12, 38-34).

EBITABU BY’ENDAGANO YA MÎRA

Ebitabu birhanzi by’ Amarhegeko

1. Omurhondêro (Murh)

2. Olubungo (Lub)

3. Bene Levi(Lev)

4. Emibalè (Mib)

5. Olushika (Lush)

EBITABU BY’ENGANÎRO

6. Yozwe (Yoz)

7. Abacîrânuzi ( Bac)

8. Ruti (Rut)

9. 1Samweli (1Sam)

10. 2Samweli (2Sam)

11. 1Abami (1Bam)

12. 2Abami (2Bam)

13. 1 Enganîro(1Nga)

14. 2 Enganîro (2Nga)

15. Ezra (Ezr)

16.Nehemiya (Neh)

17. Tobiti (Tob)

18. Yuditi (Yut)

19. Esteri (Est)

20. 1Makabeyo (1Mak)

21. 2 Makobeyo (2Mak)

EBITABU BY’OBUMANYE

22. Ayubu (Ayu)

22. Ennanga ( Lul)

24. Emigani (Mig)

25. Omuhanûzi ( Muh)

26. Olwimbo lw’Enyimbo (Lwi)

27. Obushinganyanya (Bush)

28. Oburhimanya bwa Mwene-Sira (Burh)

EBITABU BY’ABALÊBI

29. Izaya (lz)

30. Yeremiya (Yer)

31. Endûlù ( End)

32. Baruki ((Bar)

33. Ezekiyeli (Eze)

34. Daniyeli (Dan)

35. Hozeya (Hoz)

36. Yoweli (Yow)

37. Amos (Am)

38. Abudiya (Abu)

39. Yona (Yon)

40.Mikeyo (Mik)

41. Nahumu (Nah)

42. Habakuki (Hab)

43.Sofoniya (Sof)

44. Hageyo (Hag)

45. Zakariya (Zak)

46. Malakiya (Mal)

EBITABU BY’ENDAGÂNO MPYAHYA

Emyanzi y’Akalembe yayandikagwa na:

1. Mutagatifu Mateyo (Mt)

2. Mutagatifu Marko (Mk)

3. Mutagatifu Luka (Lk)

4. Mutagatifu Yowane (Yn)

5. Ebijiro by’Entumwa (Ebj)

Amaruba ga Mutagatifu Paolo

6. Emwa Abaroma (Rom)

7. Amarhanzi emwa Abakorinti (1Kr)

8. Aga kabirhi emwa Abakorinti (2Kr)

9. Emwa Abagalasiya (Gl)

10. Emwa Abefezi (Ef)

11. Emwa Abafilipi (Fl)

12. Emwa Abakolosi (Kl)

13. Amarhanzi emwa Abatesalonika (1Ts)

14. Aga kabirhi emwa Abatesalonika (2Ts)

15. Amarhanzi emwa Timoteyo (1Tm)

16. Aga kabirhi emwa Timoteyo (2Tm)

17. Emwa Tito (Tt)

18. Emwa Filemoni (Fm)

19. Amaruba gayandikiragwa Abahabraniya (Hb)

Amaruba gayandikiragwa Abemêzi boshi

20. Aga Yakobo (Yk)

21. Amarhanzi ga Petro (1Pt)

22. Aga kabirhi ga Petro (2Pt)

23. Amarhanzi ga Yowane (1Yn)

24. Aga kabirhi ga Yowane (2Yn)

25. Aga kasharhu ga Yowane (3Yn)

26. Aga Yuda (Yd)

27. Amafululo (Maf)

IHANO OKU BASOMA ECI CITABU

Oluderho «Bibliya» lurhenga omu luderho lw’ecigereki « Biblos », kwo kude­rha omu mashi «Citabu». Eci citabu ciderhwa ntyo bulya co citabu cilushire ebindi bitabu byoshi bya hano igulu; bulya muli eci citabu Nyamuzinda arhushambâlira rhzeshi, ashabâza abantu ba mîra n’aba ngasi mango. Nyamuzinda yene wàciyandikaga n’okuboko kw’omuntu. Neci, Ebibliya Iuli LUDERHO LWA NYAMUZINDA na kandi Iuli luderho lw’abantu. Eci citabu ciderhwa kandi citabu c’A MANDIKO MATAGATlfU bulya càya­ndikagwa na Nyamuzinda .

Ebibliya ciri citabu c’okuli bulya cayandikagwa na Nyamuzinda; ebiyandisi­rwemwo biluslrire ebyamajirwa omu igulu lyoshi lyoshi. Muli eci citabu muyandisirwe kurhi Nyanmuzinda àcungulaga abanya-byâha. Nyamuzinda àbacumgulaga erhi àrhuma Omugala eno igulu mpu acîjire muntu. Oyo Mwana wa Nyamuzinda wacîjiraga muntu ye Yezu Kristu. Ye warhukûlaga omu buja bw’ecâha anarhucungula. Ye wàrhumire endagâno y’omurhûla ekarhî ka Nyamuzinda n’abantu yajirikana. Kwo kurhuma eco cigabi c’Ebibliya cishambâla kuli Yezu Kristu ciderhwa Ndagâno Mpyahya .

Nyamuzinda alozagya okurheganya abantu kuli eyo Ndagâno Mpyahya y’omurhûla. Co càrhumaga ago mango ga mîrra alaganana n’olubaga Yezu Kri­stu aburhagwamwo, olubaga lwa Israheli.

Ecigabi c’Ebibliya cishambâla oku lubaga lwa Israheli ciderhrwa Ndagâno ya Mîra. Erhi omuntu ankalonza okuyumva bwinjinjaja emyanzi n’ebijiro bya Yezu Kristu n’eyindi myanzi yoshi y’Endagâno Mpyahya, arhegesirwe okumanya enyigîrizo z’ebitabu by’Endagâno ya Mîra .

Nyamuzinda acishozire bantu banji mpu bayandike ebi alonzagya okuderha omu Mandiko Matagatifu. Abo bantu bàlamaga kurhenga mîra omu Palestina-Israheli n’omu bihugo by’eburhambi bwâyo. Baguma bàyandika omu cihebraniya n’abandi omu cigereki. Baguma bàyandika binji, abandi bisungunu. Baguma bàyandika burhangiriza, abandi buzinda bwa nyuma.Kurhenga oku lwandiko lurhanzi kuhika oku luzinda, hàgezire hofi myâka cihumbi ciguma. Buzinda Amandiko gàhirwa muli citabu ciguma. Eco citabu càderhwa Bibliya

Erhi rhwakacîdôsa kurhi Bibliya yàhikaga e Bushi, rhurhegesirwe rhukengêre oku Amandko Matagatifu gàsomirwe burhanzi omu cihugo c’abagayandikaga. Ci kwône Nyamuzinda arhalonzagya okujirira olubaga luguma lwône aminja arheganyizagya igulu (Yn 3, 16). alonzagya abantu b’eno igulu boshi bagamanye n’okucîyigirizago. Co carhumire arhuma Nyâma Ekleziya mpu alole kurhi ankahugûla Ebibliya omu ndimi zoshi z’eno igulu (Fl 2,10-11). Ntyo nirhu rhwanahashisoma Ebibliya omu mashi. Cici cirhumire rhurhegesirwe okusoma Ebibliya? Ebibliya ederha emyanzi y’obucunguzi bw’abantu. Osoma erhi oyumva eyo myanzi ayish’imanya byoshi ebi Nyamuzinda àjirîre abantu n’obuzigire bwâge. Ntyo abantu bâyish’iba n’obuhashe bw’okumanya Nyamuzinda n’enjira y’okucunguka. Na kulusha ebyo, Nyamuzinda ayandisize eyindi myanzi, nk’enyimbo z’obugashânize, amasâla, enyiganyo z’obwirhonzi n’amaruba

Ebibliya ebamwo bitabu 73 oku Bakatolika, 66 oku Baprostanti baguma baguma, 41 oku Bayahudi bulya banji muli bo baciba oku Ndagâno ya Mîra kwône.

RURHI RHWANKALONZA ERHI OKUBONA BlNWA BILEBE OMU BIBLIYA

Kulya kuba Ebibliya egabirwemwo bitabu binji na ngasi citabu cirimwo ebigabi n’emilongo, kuli kwa bulagirire okumanya ecitabu, ecigahi n’omulongo, lyo rhubona ebinwa byalonzibwa. Ecitabu cìmanywe omu izîno lyâco erhi obwofi bw’izîno lyâco ; omubalè gumananyise ecigabi n’omulongo. ­ Rhulole bwinja: omu citabu c’Ennanga, nta bigabi, ci ziri nnanga zone. amazîno g’ebitabu n’ag’abantu galimwo okuhubula kw’enfarasè n’ecigereki. ci okuba amashi gayegire ecihebraniya kulusha enfarasè na kulusha ecigereki, hali mazîno maguma ga bitabu n’ag’abantu rhwakahubula kundi omu mashi kushimbana n’oku bagahubula omu cihebraniya . Enyiganyo ziri nyinji:

Yozafati rhwanamuderha YEHOSHAFAT, kwo kuderha Nyakasane otwa emanja

Yokoziyasi rhwanamuderha AHAZIYAHU

Yowasi rhwanamuderha YOWASH

Amaziyasi rhwanamuderha AMAZIYAHU

Azariyasi rhwanamuderha AZARIYAHU

Akaz rhwanamuderha AKHAZ erhi AHAZ

Yezekiyahu rhwanamuderha HIZEKIYAHU

Manasè rhwanamuderha MENASHè

Yoziasi rhwanamuderha YOSHIYAHU

Sedekiyasi rhwanamuderha SEDEKIYAHU

Yoyakimu rhwanamuderha YEHOYAKIMU

Yekoniyasi rhwanamuderha YEKONYAHU

Ezekiyasi rhwanamuderha YEHIZEKIYAHU

Owiyasi rhwanamuderha UZIYAHU

Yozwe rhwanamuderha YEHOSHUWA, YESHUWA

Yezu rhwanamuderha YEHOSHUWA, YESHUWA

Musa rhwanamuderha MOSHE

Rebeka rhwanamuderha RIVKA

Yeremiya rhwanamuderha YEREMIYA erhi YERMIYAHU erhi YEREMIYAHU erhi YIRMIYAHU

Ezekiyeli rhwanamuderha YEHEZEKIYELI, kuderha « Nyamuzinda ohâna emisi »

Rhukasoma n’ okuyandika ntya:

Enkomedu y’e Bulaya

Mateyo 1, 21 : kuli kuderha Emyanwi y’Akalembe ya Mateyo. cigabi ca burhanzi, mulongo gwa kali makumi abirhi na muguma

Mateyo 1,1-17: Emyanzi y’AkaJembe ya Mateyo, cigabi ca burhanzi, mulongo gwa burhanzi kuhika gwa kali ikumi na nda

Mateyo 1,1.17: Emyanzi y’Akalembe ya Mateyo, mulongo gwa 17

Marko 15, 42-16, 8: Emyanzi y’ Akalembe ya Marko, kurhenga oku cigabi ca 15, mulongo gwa 42 kuhika oku cigabi cigabi ca 16, mulongo gwa 8: Mk 15.42-16.8).

Ebijiro 24-26: Citabu c’Ebijiro by’Enlumwa. kirhenga oku cigabi ca 24 kuhika oku cigabi ca 26 (kwo kuderha: cigabi ca 24, eca 25; n’eca 26): Ebj 24 -26.

Enkomedu ya Amerika na internet bôhe balugiyandika ntya:

Mateyo 1: 21 kuli kuderha Emyanwi y’Akalembe ya Mateyo. cigabi ca burhanzi, mulongo gwa kali makumi abirhi na muguma: Mt 1:21

Mateyo 1: 1-17: Emyanzi y’AkaJembe ya Mateyo, cigabi ca burhanzi, mulongo gwa burhanzi kuhika gwa kali ikumi na nda: Mt 1: 1-17

Mateyo 1:1,17: Emyanzi y’Akalembe ya Mateyo, mulongo gwa 17 : Mt 1: 1,17

Marko 15: 42-16: 8: Emyanzi y’ Akalembe ya Marko, kurhenga oku cigabi ca 15, mulongo gwa 42 kuhika oku cigabi cigabi ca 16, mulongo gwa 8: Mk 15:42-16:8.

Ebijiro 24-26: Citabu c’Ebijiro by’Enlumwa. kirhenga oku cigabi ca 24 kuhika oku cigabi ca 26 (kwo kuderha: cigabi ca 24, eca 25; n’eca 26): Ebj 24 -26.

Hali abagusha ezo nkomedu zombi oku internet

Mateyo 1. 21 : kuli kuderha Emyanwi y’Akalembe ya Mateyo. cigabi ca burhanzi, mulongo gwa kali makumi abirhi na muguma

Mateyo 1.1-17: Emyanzi y’AkaJembe ya Mateyo, cigabi ca burhanzi, mulongo gwa burhanzi kuhika gwa kali ikumi na nda

Mateyo 1.1,17: Emyanzi y’Akalembe ya Mateyo, mulongo gwa 17

Marko 15. 42-16.8: Emyanzi y’ Akalembe ya Marko, kurhenga oku cigabi ca 15, mulongo gwa 42 kuhika oku cigabi cigabi ca 16, mulongo gwa 8: Mk 15.42-16.8.

Ebijiro 24-26: Citabu c’Ebijiro by’Enlumwa. kirhenga oku cigabi ca 24 kuhika oku cigabi ca 26 (kwo kuderha: cigabi ca 24, eca 25; n’eca 26): Ebj 24 -26.

EBINWA BIZIRIKE N’AMAFUNDO

( ) : binwa birhali by’omwandisi mutagatifu hano ci binwa by’àyushûlagwa n’ozundi muntu walo­nzagyao kuzâbûfa erhi kuhugûla bwinjinja kurhi ayumvirhe Arnandiko rnatagatifu aha honènè.

[ ] : binwa birhali by’omu nzîmbo erhi nzîngè zoshi za mîra zayandikagwa n’okuboko, ci biri binwa biri omu nzîmbo erhi nzingè nguma nguma zone.

– – : binwa byayûshûlagwa n’Omwandisi mutagatifu yênênè

ENYUSHÛLO

Muli eyi bibliya ntagatifu rhwajabonamwo binwa bigumabiguma biyûshûle birhanali by’àmu Mandiko matagatifu.

Abahinduzi balesire ebyo binwa aho bulya babwine oku byanarhabala omusomi okuzâbûla, okurhimanya bwinja Amandiko matagatifu, binamurhabale okushimba n’okulama akanwa ka nnâmahanga nk’oku nyâma Ekleziya akayumva, akayigiriza anakashimba omu kalamo kage.

Binwa bya mwene ebyo biri biyandike kundi kundi, ah’idako oku makaratasi maguma maguma, erhi aha buzinda bw’ecitabu cizinda c’Ebibliya ntagatifu.

EBITABU BIRHANU BY’AMARHEGEKO

Enshokolezi

Ebitabu birhanu birhanzi by’Ebibliya biderhwa: Omurhondêro, Olubungo Bene-Levi, Emibalè n’Olushika. Ebi bitabu birhanu byoshi haguma byaderhagwa n’Abayalwdi «Torati» kwo kuderha Amarhegeko. Bishamblila:

1. oku ba mîra bwenêne,

2. oku by’amango ga Musa,

3. oku mahano g’okutwa emmanja.

Owayandikaga buzinda ebyo bitabu akolesize amahano ga mîra, agahira haguma, na ntyo ajira entondekanye eri nk’ ey’ Ebibli ya yirhu y’ene. Eyo mikolohi yajiragwa oku burhegesi bwa Nyamuzinda yene. Ebyo bitabu birhanu bishambâla kurhi Nnâmahanga acîmanyisagya Adamu na Eva, Nuhu, Abrahamu, Izaki na Yakobo. Nnâmahanga àlaganana nabo n’ago malaganyo gajiriragwa bwenêne kulusha ecihugo bashakulûza bâbo bàlamagamwo co cihugo bâlaganyibagwa.

Eyo myanzi eri y’ensiku n’amango, yayish’ iyôrha ciru n’enyuma lya Kristu. Eyo myanzi y’obucunguzi eyerekîre Kristu. Kristu ayunjuzize Amalaganyo Mahyahya gàderhagwa omu Malaganyo ga Mîra: arhujira bakristu. Abakristu bali bâna bw’okuli ba Abrahamu omu buyemêre (Ga 3). Abrahamu ali ishe mulezi , z’okuhabûla olubaga lwa Nnâmahanga nuli Kristu. Co cirhumire Amalaganyo Mahyahya garhali go magumà n’aga Mîra; gagayushûla n’okugayunjuliza .

Ebyabâga amango ga bashakulûza n’amango ga Musa (entûlo ya lzaki, kuyikira Enyanja y’Amasheke, Basaka) lubà lwiganyo lw’Amarhegeko mahyahya (etûlo ya Kristu. obubarizo, Basaka wa Bakristu). Na kandi omu njira okugaluka emwa Nyarnuzinda Iuli lwiganyo lwa ngasi muntu ogerera muli eyo njira y’okulibula aka Israheli, lubaga lwishogwa lwa Nnamahanga.

OLUKALABA LW’EBITABU OMU BIBLIYA YA MAHEBRANIYA

Ebitabu birhanu birhanzi: Tora/Nyigirizo/Marhegeko

MURHONDÊRO / GENÈSE ( : bereshit “Aha murhondêro ”)

LUBUNGO / EXODE (: shemôt “ Amazîno ”)

BENE LEVI /LÉVITIQUE (: wayyiqra’ “ Ahamagala ”)

MIBALE / NOMBRES (: bemidbar “ Omw’irungu ”)

LUSHIKA / DEUTÉRONOME (: debarîm “ Ebinwa ”)

Ebitabu by’Abalebi, « Nebiim », biri mwo:

Abalebi barhanzi:

YOZWE / JOSUÉ

ABACIRÂNUZI / JUGES

1SAMWELI / SAMUEL

2SAMWELI / SAMUEL

1BAMI / 1ROIS

2BAMI / 2 ROIS

YESHAYAHU / ÉSAIE (ISAIE)

YEREMIYAHU /JÉRÉMIE

YEHEZEKIYELI/EZECHIEL

Abalebi bazinda:

HOZEYA / OSÉE,

YOWELI / JOEL,

AMOSI / AMOS,

ABUDIYA / ABDIAS,

YONA / JONAS,

MIKEYO / MICHÉE,

NAHUMU / NAHOUM,

KABAKUKI / HABACUC,

SOFONIYA / SOPHONIE,

HAGAYI / AGGÉE

ZAKARIYA / ZACHARIE,

MALAKIYA/MALACHIE.

Agandi mandiko (Ketubim)

ENNANGA / PSAUMES

AYUBU / JOB

EMIGANI / PROVERBES

RUBUNGO RHURHANU / MEGILLOT basoma amango g’ensiku nkulu z’Abayahudi

RUTI / RUTH : (Semaines, Lukulu lw’Emigobe, Shavu‘ôt).

OLLIMBO LW’ENYIMBO / CANTIQUE DES CA (Israheli muhya wa Nyakasane) (Basâka).

MUHANÛZI / ECCLÉSIASTE (Qohéleth) (kurhanya oku burhimanya bwa mira) (Sukkôt).

NDULU / LAMENTATIONS (kukengera okushabwa kw’aka-Nyamuzinda / Tisha Beav).

ESTERI / ESTHER (oku lukulu lwa Purimi).

DANIYELI / DANIEL:

EZRA / ESDRAS

NEHEMIYA / NÉHÉMIE :

1 ENGANÎRO / 1CHRONIQUES (dibrê hayyamîm)

2 ENGANÎRO / 2CHRONIAUES (dibrê hayyamîm)

Amazino g’ebitabu bya Bibliya Ndagâno ya mîra omu cihebraniya

Ebiri omu hishweko lyo izino abakristu bayishi

Torah (תורה « Loi ») byo bitabu birhanzi bya Musa :

1. Bereshit (בראשית, « Au commencement » / Genèse) ;

2. Shemot (שמות, « Noms » / Exode) ;

3. Vayiqra (ויקרא, « Et Il appela » / Lévitique) ;

4. Bamidbar (במדבר, « Dans le désert » / Nombres) ;

5. Devarim (דברים, « Paroles » / Deutéronome).

Nevi’im (נביאים, « Prophètes ») :

· Neviim rishonim (נביאים ראשונים, « Premiers prophètes ») ·

6. Yehoshoua (יהושע, Josué) ·

7. Shoftim (שופטים, Juges) ·

8. Shemouel (שמואל, Livres de Samuel – I et II) ·

9. Melakhim (מלכים, Livres des Rois – I et II) ·

Neviim aharonim (נביאים אחרונים, « Derniers prophètes ») ·

10. Yeshayahou (ישעיהו, Isaïe) ·

11. Yrmeyahou (ירמיהו, Jérémie) ·

12. Yehezqel (יחזקאל, Ézéchiel)

· 13. Trei Assar (תרי עשר)

o I. Hoshéa (הושע, Osée)

o II. Yoël (יואל, Joël)

o III. Amos (עמוס, Amos)

o IV. Ovadia (עובדיה, Abdias)

o V. Yona (יונה, Jonas)

o VI. Mikha (מיכה, Michée)

o VII. Nahoum (נחום, Nahum)

o VIII. ‘Havaqouq (חבקוק, Habacuc)

o IX. Tsephania (צפניה, Sophonie)

o X. Haggaï (חגי, Aggée)

o XI. Zekharia (זכריה, Zacharie)

o XII. Malakhi (מלאכי, Malachie)

Ketouvim (כתובים, « Écrits »)

: 14. Tehilim (תהילים, « Louanges » / Psaumes)

· 15. Mishlei (משלי, « Paraboles » / Proverbes)

· 16. Iyov (איוב, Job)

· 17. Shir Hashirim (שיר השירים, Cantique des cantiques)

· 18. Routh (רות, Ruth)

· 19. Eikha (איכה, « Où » / Lamentations)

· 20. Qohelet (קהלת, « Prédicateur » / Ecclésiaste)

· 21. Esther ((אסתר )

· 22. Daniel (דניאל)

· 23. Ezra-Nehemia (עזרא ונחמיה, Ezra wuNekhem’ya, Esdras et Néhémie)

· 24. Divrei Hayamim (דברי הימים, Chroniques – I et II)

EBITABU BYA BIBLIYA BYAKOLAGWA N’AMABOGO EMBERE AMASINI G’EBITABU GAMANYIKANE

Kuhika 1054, aba kucigaba k’Ebushoshôkero n’Ebuzikiro kwa Ekleziya, ci bwenene okucigaba kwa 1517 Papa na Lutheri, ngasi baguma bakakolesa ebitabu banaligzerhe: ba Ortodoksi ebyabo, Abakatolika ebyabo, Abaprotestanti ebyabo, Abayahudi ebyabo.

Abakristu b’omu bigamba birhenga kuli bulya Buhindule bwa Martin Luther lwo bashimba lw’Abayahudi oku biyêrekire Endagano ya Mîra. Co cirhuma kurhenga 1517, barhajira:

1 Makabeyo

2 Makabeyo

Bushinganyanya

Burhimanya bwa Mwene Sira

Yuditi

Baruki

Amaruba ga Yeremiyahu

Olubanja lwa Suzana

Olwimbo lw’Emisole Isharhu ya muli Daniyeli

Ebyo bitabu byo Abayahudi balahiraga omu mwâka 90 enyuma za Kristu, bulya bali burhe bw’Abaroma babashabiraga Aka-Nyamuzinda omu 70, banabahambalikanyakwo Abakristu n’obwo bohe bali kola bayôrha bakolesa ebyo bitabu bulya byali omu LXX, Bibliya Cigereki yahindulagwa n’Abayahudi b’e Alezandriya e Misiri myaka hofi 300 embere Kristu aburhwe. Haligi na bitabu biguma muli ebîra, ci byayandikagwa omu cigereki . Baderha oku ecirhacigwerhi mandiko ga mahebraniya cirhacikwanini.

NGASI CIGAMBA N’EBYACO BITABU

NDAGANO YA MÎRA

     | Bibliya Katolika Bitabu 73: Omurhondêro; Olubungo; Bene Levi; Emibalè; Olushika; Yozwe ; Abacîrânuzi; Rut; 1Samweli; 2 Samweli; 1Abami; 2Abami; 1Enganîro; 2Enganîro; Ezra; Nehemiya; Tobiti;Yuditi; Esteri; 1Makabeyo; 2Makabeyo; Ayubu; Ennanga; Emigani; Omuhanûzi; Olwimbo lw’Enyimbo; Obushinganyanya; Oburhimanya bwa Mwene Sira; Izaya; Yeremiyahu, Endulu; Baruki; Yehezekiyeli; Daniyeli; Yoweli; Amosi; Abudiya; Yona; Mikeyo; Nahumu; Sofoniya; Hageyo; Zakariya; Malakiya     | Bibliya Ortodoksi Bitatu; Omurhondêro; Olubungo; Bene Levi; Emibalè; Olushika; Yozwe ; Abacîrânuzi; Rut; 1Samweli; 2 Samweli; 1Abami; 2Abami; 1Enganîro; 2Enganîro; Isala lya Manasè; ; Yubileyo; Henoki; 3(2)Ezra; 4(3)Ezra; Ezra; Nehemiya; Tobiti;Yuditi; Esteri; 1Makabeyo; 2Makabeyo; Ayubu; Ennanga; Emigani; Omuhanûzi; Olwimbo lw’Enyimbo; Obushinganyanya; Oburhimanya bwa Mwene Sira; Izaya; Yeremiyahu, Endulu; Baruki; Amaruba ga Yeremiyahu; Yehezekiyeli; Daniyeli; Yoweli; Amosi; Abudiya; Yona; Mikeyo; Nahumu; Sofoniya; Hageyo; Zakariya; Malakiya        | Bibliya ya Baprotestanti Bitabu: Omurhondêro; Olubungo; Bene Levi; Emibalè; Olushika; Yozwe ; Abacîrânuzi; Rut; 1Samweli; 2 Samweli; 1Abami; 2Abami; 1Enganîro; 2Enganîro; Ezra; Nehemiya; Esteri; Ayubu; Ennanga; Emigani; Omuhanûzi; Olwimbo lw’Enyimbo; Izaya; Yeremiyahu, Endulu; Yehezekiyeli; Daniyeli; Yoweli; Amosi; Abudiya; Yona; Mikeyo; Nahumu; Sofoniya; Hageyo; Zakariya; Malakiya

ENDAGANO MPYAHYA

     | Bibliya ya Katolika: bitabu 27: 1. Mutagatifu Mateyo (Mt) 2. Mutagatifu Marko (Mk) 3. Mutagatifu Luka (Lk) 4. Mutagatifu Yowane (Yn) 5. Ebijiro by’Entumwa (Ebj) 6. Emwa Abaroma (Rm) 7. Amarhanzi emwa Abakorinti (1Kr) 8. Aga kabirhi emwa Abakorinti (2Kr) 9. Emwa Abagalasiya (Gl) 10. Emwa Abefezi (Ef) 11. Emwa Abafilipi (Fl) 12. Emwa Abakolosi (Kl) 13. Amarhanzi emwa Abatesalonika (1Ts) 14. Aga kabiri emwa Abatesalonika (2Ts) 15. Amarhanzi emwa Timoteyo (1Tm) 16. Aga kabiri emwa Timoteyo (2Tm) 17. Emwa Tito (Tt) 18. Emwa Filemoni (Fm) 19. Amaruba gayandikiragwa Abahabraniya (Hb) 20. Aga Yakobo (Yk) 21. Amarhanzi ga Petro (1Pt) 22. Aga kabiri ga Petro (2Pt) 23 . Amarhanzi ga Yowane (1Yn) 24. Aga kabiri ga Yowane (2Yn) 25. Aga kasharhu ga Yowane (3Yn) 26. Aga Yuda (Yd) 27. Amafulûlo (Maf).  | Bibliya ya Ortodoksi : bitabu 27: 1. Mutagatifu Mateyo (Mt) 2. Mutagatifu Marko (Mk) 3. Mutagatifu Luka (Lk) 4. Mutagatifu Yowane (Yn) 5. Ebijiro by’Entumwa (Ebj) 6. Emwa Abaroma (Rm) 7. Amarhanzi emwa Abakorinti (1Kr) 8. Aga kabirhi emwa Abakorinti (2Kr) 9. Emwa Abagalasiya (Gl) 10. Emwa Abefezi (Ef) 11. Emwa Abafilipi (Fl) 12. Emwa Abakolosi (Kl) 13. Amarhanzi emwa Abatesalonika (1Ts) 14. Aga kabiri emwa Abatesalonika (2Ts) 15. Amarhanzi emwa Timoteyo (1Tm) 16. Aga kabiri emwa Timoteyo (2Tm) 17. Emwa Tito (Tt) 18. Emwa Filemoni (Fm) 19. Amaruba gayandikiragwa Abahabraniya (Hb) 20. Aga Yakobo (Yk) 21. Amarhanzi ga Petro (1Pt) 22. Aga kabiri ga Petro (2Pt) 23 . Amarhanzi ga Yowane (1Yn) 24. Aga kabiri ga Yowane (2Yn) 25. Aga kasharhu ga Yowane (3Yn) 26. Aga Yuda (Yd) 27. Amafulûlo (Maf).       | Bibliya ya baprotestanti: bitabu 27: 1. Mutagatifu Mateyo (Mt) 2. Mutagatifu Marko (Mk) 3. Mutagatifu Luka (Lk) 4. Mutagatifu Yowane (Yn) 5. Ebijiro by’Entumwa (Ebj) 6. Emwa Abaroma (Rm) 7. Amarhanzi emwa Abakorinti (1Kr) 8. Aga kabirhi emwa Abakorinti (2Kr) 9. Emwa Abagalasiya (Gl) 10. Emwa Abefezi (Ef) 11. Emwa Abafilipi (Fl) 12. Emwa Abakolosi (Kl) 13. Amarhanzi emwa Abatesalonika (1Ts) 14. Aga kabiri emwa Abatesalonika (2Ts) 15. Amarhanzi emwa Timoteyo (1Tm) 16. Aga kabiri emwa Timoteyo (2Tm) 17. Emwa Tito (Tt) 18. Emwa Filemoni (Fm) 19. Amaruba gayandikiragwa Abahabraniya (Hb) 20. Aga Yakobo (Yk) 21. Amarhanzi ga Petro (1Pt) 22. Aga kabiri ga Petro (2Pt) 23 . Amarhanzi ga Yowane (1Yn) 24. Aga kabiri ga Yowane (2Yn) 25. Aga kasharhu ga Yowane (3Yn) 26. Aga Yuda (Yd) 27. Amafulûlo (Maf).

NGASI CIGAMBA N’EBYACO BITABU OKU NDAGANO YA MÎRA

|Bibliya Katolika:

Omurhondêro;

Olubungo;

Bene Levi;

Emibalè;

Olushika;

Yozwe ;

Abacîrânuzi;

Rut;

1Samweli;

2 Samweli;

1Abami;

2Abami;

1Enganîro;

2Enganîro;

Ezra;

Nehemiya;

Tobiti;

Yuditi;

Esteri;

1Makabeyo;

2Makabeyo;

Ayubu;

Ennanga;

Emigani;

Omuhanûzi;

Olwimbo lw’Enyimbo;

Obushinganyanya;

Oburhimanya bwa Mwene Sira;

Izaya;

Endulu;

Baruki;

Yehezekiyeli;

Daniyeli;

Yoweli;

Amosi;

Abudiya;

Yona;

Mikeyo;

Nahumu;

Sofoniya;

Hageyo;

Zakariya;

Malakiya

|Bibliya Ortodoksi;

Omurhondêro;

Olubungo;

Bene Levi;

Emibalè;

Olushika;

Yozwe ;

Abacîrânuzi;

Rut;

1Samweli;

2 Samweli;

1Abami;

2Abami;

1Enganîro;

2Enganîro;

Isala lya Manasè;

Yubileyo;

Henoki;

3(2)Ezra;

4(3)Ezra;

Ezra;

Nehemiya;

Tobiti;

Yuditi;

Esteri;

1Makabeyo;

2Makabeyo;

Ayubu;

Ennanga;

Emigani;

Omuhanûzi;

Olwimbo lw’Enyimbo;

Obushinganyanya;

Oburhimanya bwa Mwene Sira;

Izaya;

Endulu;

Baruki;

Yehezekiyeli;

Daniyeli;

Yoweli;

Amosi;

Abudiya;

Yona;

Mikeyo;

Nahumu;

Sofoniya;

Hageyo;

Zakariya;

Malakiya

|Bibliya ya Baprotestanti :

Omurhondêro;

Olubungo;

Bene Levi;

Emibalè;

Olushika;

Yozwe ;

Abacîrânuzi;

Rut;

1Samweli;

2 Samweli;

1Abami;

2Abami;

1Enganîro;

2Enganîro;

Ezra;

Nehemiya;

Esteri;

1Makabeyo;

2Makabeyo;

Ayubu;

Ennanga;

Emigani;

Omuhanûzi;

Olwimbo lw’Enyimbo;

Izaya;

Yeremiyahu

Endulu;

Yehezekiyeli;

Daniyeli;

Yoweli;

Amosi;

Abudiya;

Yona;

Mikeyo;

Nahumu;

Sofoniya;

Hageyo;

Zakariya;

Malakiya

ENDAGANO MPYAHYA |Katolika, Ortodoksi na Protestanti boshi biguma: bitabu 27:

Emyanzi y’Akalembe yayandikagwa na:

1. Mutagatifu Mateyo (Mt)

2. Mutagatifu Marko (Mk)

3. Mutagatifu Luka (Lk)

4. Mutagatifu Yowane (Yn)

5. Ebijiro by’Entumwa (Ebj)

Amaruba ga Mutagatifu Paolo

6. Emwa Abaroma (Rom)

7. Amarhanzi emwa Abakorinti (1Kr)

8. Aga kabirhi emwa Abakorinti (2Kr)

9. Emwa Abagalasiya (Gl)

10. Emwa Abefezi (Ef)

11. Emwa Abafilipi (Fl)

12. Emwa Abakolosi (Kl)

13. Amarhanzi emwa Abatesalonika (1Ts)

14. Aga kabirhi emwa Abatesalonika (2Ts)

15. Amarhanzi emwa Timoteyo (1Tm)

16. Aga kabirhi emwa Timoteyo (2Tm)

17. Emwa Tito (Tt)

18. Emwa Filemoni (Fm)

19. Amaruba gayandikiragwa Abahabraniya (Hb)

Amaruba gayandikiragwa Abemêzi boshi

20. Aga Yakobo (Yk)

21. Amarhanzi ga Petro (1Pt)

22. Aga kabirhi ga Petro (2Pt)

23. Amarhanzi ga Yowane (1Yn)

24. Aga kabirhi ga Yowane (2Yn)

25. Aga kasharhu ga Yowane (3Yn)

26. Aga Yuda (Yd)

27. Amafululo (Maf)

EXTRAIT DE L’HISTOIRE DE BASHI EN COMPILLATION DE Paul MASSON

Histoire du peuole qui lira cette bible en mashi . Extrait de PAUL MASSON, TRQIS SIECLES CHEZ LES BASHI Deuxième édition LA PRESSE CONGOLAISE, s.c.a.r.l. Bukavu

AVANT- PROPOS

 Isolé dans l’enclos naturel qu’est le Bushi. région fertile fermée au Nord età l’Ouest par des volcans et des chaines de montagnes, à l’Est par le lac Kivu et au Sud par la présence des Barcga et la forêt primaire, le peuple Shi a vécu, depuis la dernière migration qui date du XVIIIe siècle environ, une histoire riche et passionnante qui ne nous est parvenue que par la tradition orale. Il ne reste plus rien des exploits des grands guerriers, des nombreuses querelles d’influence ou de l’histoire de l’implantation des chamites orientaux, nilotiques originaires d’Ethiopie dont les descendants dirigent toujours les clans locaux, que ce qu’en chuchotent les conteurs et gardiens des coutumes au son de leurs citharcs.

Avant qu’elles ne tombent dans l’oubli, il nous a paru intéressant de prêter l’oreille à ces mélodies monotones, d’en reconstituer les textes les plus précis, de les comparcr, tout en faisant la part de l’imagination et du chauvinisme, puis de les transcrire en suivant le plus fidèlement possible la trame, initiale et la manière d’expression originelle.

Le livre que nous présentons sera ainsi une petite synthèse de plusieurs légendes guerrières et amoureuses des familles qui régnèrent sur ces collines riches.

Des chroniques relatent des faits bien antérieurs aux trois derniers siècles que nous avons étudiés, les généalogies citent les noms de trente générations, dont douze peuvent être considérées comme mythiques. Les relations les plus dignes de foi commencent avec l’épisode du mwâmi Kabarc-Kaganda, qui servira de point de départ à notre récit. Le travail de critique n’en a pas été moins délicat : les plus larges extraits des chansons de geste de chaque famille, des généalogies ou des pédigrées ont été recueillis par les premiers missionnaires arrivés dans la région et certains intellectuels Bashi amoureux et fiers de leur histoire. En découpant, en rapprochant, pour chaque époque ou règne, des récits souvent tendancieux, en les vérifiant par des enquêtes personnelles, il nous a été possible de reconstituer avec assez de précision et d’objectivité les grands faits d’une histoire passionnante. Passionnante comme telle, mais aussi parce qu’elle nous fait toucher l’évolution d’un peuple vers une véritable connaissance de la valeur d’un patrimoine, reposant non sur la culture expéditive d’un champ fatig ué par le solei! ou sur le hasard heureux d’une partie de chasse, mais sur les notions réelles de propriété foncière et mobilière. Le souci constant des Bashi se porte sur la possession, la défense et l’entretien de troupeaux nombreux et sélectionnés, sur la mise en valeur de coins de terres ou de parcelles privées, attribuées par un pouvoir à net caractère féodal. Depuis le soir où une vieille femme montrait à ses fils les nouvelles terres de pâturage, jusqu’aux derniers sursauts de fière indépendance du début de ce siècle, la famille royale se maintint vigoureuse et autoritaire, exerçant une influence vivifiante pour le pays. P. M.( p. 7-8

Préface

Depuis 1896, date à laquelle la contrée du Kivu fut découverte par l’officier allemand GOETZEN, l’absence d’histoire écrite des Bashi était totale. Les traditions orales, souvent différentes d’une région à l’autre, constituaient alors l’unique répertoire de leur patrimoine culturelle. Une légende connue sous une forme à lrhambi pouvait étre toute autre à Kaziba, bien que le fond restait le même, et ce n’est là qu’un exemple entre mille. Le lecteurs des ouvrages sur les peuples d’ Afrique ou du Congo, peuvent constater que les ethnologues et les anthropologues n’ont guère fait mention, à cette époque, de la tribu des Bashi; pourtant c’est l’une des plus grandes de ce pays. Dans l’histoire du Congo, en tout cas, il est inadmissible de faire une étude objective sur le Kivu et passer sous silence le Bushi, dont la population s’élève actuellement à un peu plus d’un demi million.

Chose étonnante, les Bashi semblent oubliés par les grands chercheurs dans le parcours de l’histoire du Congo. Cependant les Missionnaires pallient la lacune ; les premiers écrits sur l’histoire, les moeurs et les coutumes restent leur oeuvre; l’enquête menée par le R.P. COLLE, qui a commencé à écrire sur les Bashi, (ayant vécu au Kivu de 1913 à 1961), est un instrument de base pour le chercheur. Le livre de P. MASSON prolonge le travail de ce missionnaire et trace toute l’histoire du Bushi jusqu’aux environs de 1943. Rangé parmi les premières sources d’informations, l’ ouvrage présente un intérêt réel : les Bashi pourront y déceler les ( ) grandes lignes de leur histoire; l’étranger aura une vision sur le passé de la région avant de s’y installer à demeure.

Les ethnologues trouveront dans « Trois siècles chez les Bashi » des renseignements de base pour leurs travaux, puisque P. MASSON a recueilli, outre les éléments historiques, certaines coutumes fondamentales de l’ethnie Shi, non encore altérées par l’influence européenne.

La tradition orale, favorisée par l’absence de l’écriture, a mêlé à l’histoire du Bushi un bon nombre de légendes; cependant à travers les éléments légendaires, on découvre une idée générale servant de fil conducteur à l’histoire vraie de la tribu, dont les origines historiques ne reposent pas encore sur des bases scientifiques . L’auteur du livre décrit l’installation des Bashi dans le pays, le lecteur entre ainsi en contact avec les différents « Bami », qui ont conquis chacun sa région et réussi à asseoir l’autorité parmi les populations soumises. Les pages consacrées aux plus grands Bami du Bushi, Kabarc et Ngweshe, issus d’une méme souche, jettent une lumière sur leur scission et en précisent les mobiles. La ruse et la guerre restent une simple occasion. Une large description étale sans s’écarter des différentes guerres, les relations qu’ont les Bashi et leurs « Bami » ont nouées avec les Bami et le peuple du Rwanda ainsi qu’avec leurs voisins du Nord, les Bahunde.

 Ecrire l’histoire fidèle au récit du paysan Mushi parait étre le souci de P. MASSON; mais ce paysan ignore la critique de ce qu’il considère comme sa vraie histoire. Examiné sous cet angle, le livre de P. MASSON passe pour un recueil de faits d’opinion, c’est-à-dire de croyances, vraies ou fausses, que le Mushi s’est formées au cours des années et qui font son orgueil; c’est d’autant plus vrai que le paysan Mushi ne se demande pas si tous ces éléments sont contraires ou non aux lois physiques et métaphysiques .

Gertaines ethnologies ne sont pas en harmonie avec la réalité linguistique, c’est du, sans doute, aux conditions défavorables dans lesquelles le travail s’est effectué. Néanmoins l’initiative de P. MASSON mérite un éloge. Le récit révèle bien que l’auteur a fait un effort spécial ; après avoir prêté l’oreille aux versions qui diffèrent suivant les lieux et les époques, il a réussi à constituer un texte précis, transcrit avec une expression originale, à l’abri de tout subjectivisme. Cet effort, qui, du début à la fin, vise à une plus grande précision, l’amène à faire ressortir un genre narratif propre aux Bashi.

Les coutumes qui piquent la curiosité de l’observateur sont consignées avec soin : c’est aux vieilles femmes ou aux enfants que revient souvent le rôle d’annoncer les événements importants, parce que de tels personnes sont considérées comme sages et n’ont aucune malice. La femme enceinte jouit d’une considération particulière . La croyance aux ancêtres morts les rattache à la communauté des vivants et leur accorde le rôle de conseillers et de protecteurs. Le fils héritier réservataire du Mwâmi doit naître, ayant en main le sorgho, nourriture de la communauté et gage de prospérité. Les récits de ce genre tracent bien la façon de vivre des Bashi, éclairent la vie à la cour du Mwâmi, en famille, la vie auprès des vaches, qui confèrent au Mushi l’insigne du prestige social plutot qu’économique. La vache est le meilleur présent qu’un chef ou un simple Mushi puisse donner à son sujet ou à son égal. Elle a souvent été à l’ origine des meilleures unions ou de conflits sans fin.

Dans ce livre original, P. MASSON, après avoir mis en exergue l’hospitalité qui a toujours été reconnue aux Bashi, parle des branches des Bami régnant actuellement dans la région. Il les présente comme des personnes omnipotentes, de qui les simples sujets attendent tout , contrairement aux roitelets qu’ils ont détrônés et dont la seule fonction se réduisait à spolier et à ennuyer leurs sujets .

Ces Bami ont la mission de maintenir l’intégrité territoriale et de l’ agrandir. Exactement comme dans tous les (états modernes. A l’instar de ce qui se passe dans les pays de vieille civilisation, le Mwâmi de Ngweshe a institué une fète « nationale » qui oonsolide le pouvoir de sa dynastie et l’indépendance de son territoire vis-à-vis de celui de Kabarc, branche ainée dont son arrière-grand-père s’est séparé. C’est pourquoi P. MA SSON ne cache pas son admiration pour les Bashi dont il ne cesse de vanter les victoires sur les Bahavu , les Bahunde et même sur les Banyarwanda qui , souvent aussi, les ont mis en déroute. Mais comme toute oeuvre humaine, ce livre comporte quelques défauts qu’on pourrait peut-être attacher à son genre mi-historique, mi-légendaire et aussi au fait que certaines nuances de la langue et de l’interprétation des coutumes échappent à l’auteur, quoiqu’il connaisse bien le milieu. Ces petites lacunes n’empêchent pas l’oeuvre de P. MASSON d’être d’ une importance capitale pour le Bushi. Cette histoire qui risquait de se perdre suite à l’acculturation dont souffrent tous les pays jadis colonisés ou qui le sont encore, restera intacte.

P. MASSON présente la vie du Mushi axée sur la cour du Mwâmi, sur sa vache et sa propriété foncière lui attribuée par son suzerain. Cette société féodale est marquée par une grande aspiration à la liberté individuelle et par le souci constant de mqintenir l’intégrité territoriale. Ainsi, sans être essentiellement belliqueuse, dans les villages, toute la population mâle et adulte constituait une armée permanente (Préface de Dieudonné Boji, Gouverneur du Kivu, 1966 ; p. 9-12).

CHAPITRE I – KABARC – KAGANDA

Lorsque la vieille Namuhoye arriva au-dessus de la dernière colline avant la Shesha, elle se tourna vers la foule qui la suivait. Ils étaient mille et mille, avec leurs vacbes aux cornes démesurées. Hommes vêtus d’écorces battues, femmes pliées sous les charges, petits bergers nus poussant leurs lents troupeaux vers les terres nouvelles.  Dans des nasses d’herbes calfeutrées de bouse, des jeunes filles aux reins couverts de petites tresses blanches portaient les graines. Ils étaient mille et mille, Bahese, Banachidaha, Banyalwizi , Barhembo, Bahugarwa, Batwa -Lushuli Bahangarwa, Banya -Mubisa et Balinga ; tous serviteurs et clients des familles des sept fils que Namuhoye, avait eus d’un enfant trouvé, dont Nalwindi (1 ) avait fait son chasseur favori. Vieille et courbée dans sa peau de chèvre, elle leur montrait l’horizon de son grand muhorho. Dans les plis clairs de sa peau parcheminée, deux petits yeux brillaient d’une lueur prophétique. – Baluzi (2), peuple de mes sept fils, leur dit-elle, par-delà la rivière voici devannt vous les collines fertiles du Bushi ! Les habitants y sont peureux et opprimés par dés chefs injustes et maladroits. Regardez ces champs où vous sèmerez le sorgho, et les ombrages qui abriteront vos troupeaux. De la crête, ils regardèrent longuement, jusqu’au solei! couchant. Puis ils firent tourner les baguettes pour allumer les feux. Ce soir, ils s’endormirent en pensant aux nouvelles terres que leur avait données l’ancêtre.

A l’aube Namuhoye était morte. Pendant que les uns chassaient, Kalunzi. Nachinda et Narhana, trois de ses fils, creusèrent un trou pour y jeter le corps cassé de leur mère. Mais la coutume interdit au fils d’enterrer sa mère. . C’est pourquoi ils furent maudits par leur ainé Kabarc.- Désormais, vous n’êtes plus des nôtres. Pour a­ voir jeté la terre sur le ventre qui vous a portés, vous n’entrerez point dans !es pâturages promis. Soyez maudits à travers vos descendants : semblables aux corbeaux, vous seuls serez souillés du contact des cadavres des Baluzi. Vos mains ne toucheront plus que des morts. C’est ainsi ! Kalunzi et Narhana retoumèrent sur les pistes qu’ils avaient tracées, vers la Lwindi. Nachinda construisit sa hutte sur cette colline qui porta son nom, tandis que les quatre autres frères remontaient le cours de la rivière. Naninja, suivi de son clan, franchit la Shesha quelques lieues en amont, tandis que Muganga s’en allait par-delà la Kadubu. Nalwanda accompagna Kabarc-Kaganda au Bushi. Ces deux derniers, remontant la Kazinzi, arrivèrent à Luvumbu, chez un Mulega du nom de Changu, qui descendait d’anciens émigrants. Pas plus que ses sujets, ce petit potentat n’avait vu parcille abondance de vaches et de graines.

Les habitants firent donc très bon accueil aux émigrants et les négrilles ou Batwa de Changu, étonnés d’une telle opulence, leur accordèrent plus de confiance qu’en leùr propre maitre. Un matin, deux pauvres Batwa rencontrant Kabarc­Kaganda sur le chemin des pasteurs, lui firent leurs doléances à propos d’un ami du mwâmi local qui les avait spoliés. – Eh! dit Kabarc , au pauvre ses objets ; au puissant les siens. Ces avis plut aux auditeurs qui racontèrent partout que les étrangers rendaient mieux justice aux pauvres que le mwâmi. Suivons ces frères, se disaient-ils nous boirons le lait de leurs vaches et mangerons toujours à satiété.

C’est alors que Kabarc-Kaganda se rendit chez le mwâmi Nashi . En l’honneur de son hôte, celui-ci fit quérir des boissons. – Elles me seraient bien plus agréables, Nashi, dit Kabarc, si tu allais les chercher toi-même. Et pendant la courte absence du chef, il s’assit sur son siège au milieu des applaudissements du peuple. – Nous te faisons mwâmi, lui dirent les Batwa. Usant du même subterfuge , Kabarc étendit son pouvoir sur les régions voisines. Les chefs dépossédés ne gardèrent de leurs anciennes prérogatives que le droit de porter au front un diadème et d’accéder aux cimetières des Baluzi. Seul, Nashi fut autorisé à porter le titre de mwâmi, purement honorifique. Ayant réuni sous son autorité toute la région, Kabarc-Kaganda se fit appeler Nabushi-possesseur-du­ Bushi. Nalwanda. dernier des sept fils de Namuhoye, ne possédait aucune terre. Il quitta son frère et dans sa marche vers le soleil levant, pays de Kihanga, franchit la Ruzizi avec famille et bétail. Pratiquant la même politique que son frère au Bushi, il se soumit quelques tribus locales, puis chassa les Bahavu de leurs territoires. Ceux-ci acculés, furent forcés de franchir le lac d’Est en Ouest pour retrouver des paturages au pays des Bahunde. Ces Bahunde étaient d’autre part menacés par !es manceuvres guerrières de Nabushi, décidé à les refouler vers les volcans pour augmenter ses richesses. En ce temps-là, le tambour de guerre grondant de vallée en vallée, rassemblait chez Nabushi de nombreux guerriers armés de lances et de glaives. L’ardeur belliqueuse se doublait de l’espoir de recueillir quelque parcelle des terres nouvelles à conquérir. Par petits pelotons, ils s’en allaient séparément jusqu’ aux sous -bois qui bordaient la Murhundu. C’est là que se déroula une grande bataille. Bande par bande, hurlant des injures et brandissant leurs armes, les Bashi ou gens-de-Nabushi s’élançaient sur les rassemblements de Bahunde. Des groupes restés dissimulés en réserve venaient par vagues secourir les lignes défaillantes, tandis que ceux qui tombaient étaient ramenés dans les buissons. D’autres déchiraient les corps des mourants pour en jeter les morceaux sanglants sur les Bahunde terrorisés. Les collines furent conquises et en souvenir de cette glorieuse journée, la lance du mwâmi reçut le nom de « Chiniga-Bahunde » (exterminatrice-des-Bahunde). Ce fut le premier emblème de l’autorité de la dynastie de Nabushi.

Après Nabushi-Kabarc, son fils Lushuli-Lujo partit en campagne contre les Bahunde, puis contre les Bahavu qui, commandés par la grande dynastie des Bahande, s’étaient incrustés entre Bashi et Bahunde . Au cours de ces nouvelles guerres, de grandes terres furent annexées au Bushi. (voir Masson, p. 13-16)

CHAPITRE II – KAMOMÈ

Mushema, fils de Lushuli-Lujo, régnait sur le Bushi. Un soir, à la cour, dans la pénombre des feux mourants, notables, nobles, courtisans et amis, fort occupés à se saouler, suçaient au chalumeau les calebasses de bière offertes par le mwâmi. La fête dura tard dans la nuit. Quand vint l’heure du retour, le fils de Mwishi-Kubungu, sorcier de Nabushi-Mushema, effrayé par l’obscurité, ne voulut point rentrer sans arme. Mushema lui prêta sa lance préférée pour se protéger en chemin. Non loin de la colline, sous les lueurs blafardes de la lune, un léopard s’abreuvait au gué. Pour s’en défendre, le fils de Mwishi-Kubungu le tua et, dans son affolement, oublia sa lance dans la plaie. Or, tout le monde le savait : ce léopard était : né d’un ver sorti du cadavre de Lushuli-Lujo et était sacré. A l’aube, les femmes, en allant puisser de l’eau, reconnurent l’arme de Nabushi-Mushema et revinrent en criant : – Ecoutez ! Mushema a tué le porteur de l’âme de son père. Nous avons vu le léopard transpercé par Chiniga-Bahunde (la lance exterminatrice des Bahunde). Nabushi-Mushema a donc tué son père ! Mushema se mit à regretter d’avoir confié sa lance à un adolescent aussi couard, et pour mettre fin aux commentaires dés oblig eants qui circulaient à son égard, il ordonna à ses Batwa de rechercher le vrai coupable, de le châtrer, de lui rompre !es os et de lui trouer la poitrine. Ce qui fut fait.

Lorsque Mwishi-Kubungu, le sorcier, apprit l’assassinat de son fils, il convint avec !es Balumbu d’attirer Mushema seul près de leurs terres, pour le leur livrer. – Quand nous serons près des marais de Mukaya, sortez des roseaux et tuez celui que j’accompagnerai. Revenant près de Nabushi-Mushema, il dit : – Ao mwâmi ! Je sais que !es troupeaux de tes gens risquent fort d’être décimés par la maladie. Un grand malheur menace ton peuple, il serait bon de le prévenir par un bain purificateur. Allons nous baigner près d’ici. Ensemble ils s’en furent près de la rivière où, à l’improviste, !es Balumbu les ttaquèrent. lls tuèrent Mushema et jetèrent sa tête dans !es hautes herbes. Le lendemain, alors que tous s’inquiétaient de la disparition de Nabushi-Mushema, une vieille qui ramassait du bois trouva la tête sanglante dans !es buissons et la rapporta au village. On la fit boucaner pour la mettre dans les tambours de la cour. Aucun enfant mâle ne pouvait succéder au mwâmi. Mais tout espoir d’une descendance directe n’était pas perdu puisque son épouse était enceinte. Il eut été normal d’attendre cette naissance pour décider du successeur. Mais ceci n’avait pas l’heure de plaire au frère de Mushema, Mushema-Mushimbi, qui projetait de remplacer son frère. Il décida donc de se débarrasser de la veuve et de l’enfant. Alors que le terme était proche, il chargea un Mutwa de suivre sa belle-soeur et de la tuer discrètement. L’occasion ne se fit pas attendre : quelques jours plus tard, à Nyamubanda, Nyrambasi-possesseurs-des­ fourmis-rouges surprit dans la forêt l’épouse royale, lui déchira le sein, la blessa de sa lance, puis, honteux, l’abandonna pantelante dans une marc de sang.

Trop tôt cependant, car la malheureuse en agonisant le ventre ouvert, libéra un fils qui fut appelé par la suite Kamomè -i’ avorté. Dans ses douleurs, elle criait : – S’il est quelqu’un par ici, qu’il prenne mon enfant. C’est un Muluzi, c’est le mwâmi, et des récompenses en grand nombre seront réservées à celui qui lui sauvera la vie. Un forgeron du clan des Bashinyihavu, originaire du Rwanda mais habitant au Bushi, avait quitté ses moufflets pour ramasser quelques branches et faire du charbon. Il s’approcha de la moribonde. – Nyganda, eh ! Prends mon enfant. C’est le fils de Mushema. Le vieil homme restait perplexe, car il ne savait comment s’y prendre pour dégager cet enfant. Quand il entendit chanter sur le sentier une femme pygmée qui arrachait des écorces pour s’en faire des cordes. Ensemble, ils détachèrent le fils des entrailles de sa mère agonisante. Il prit l’orphelin et l’emporta dans son village. Il recommanda bien à ses frères de taire à Mushema-Mushimbi cette aventure. Quant à la femme, elle retourna chez son époux Rusaki qui habitait Mushoko. C’est en souvenir de ces événements que lorsque l’épouse d’un mwâmi accouche, la présence d’une femme pygmée est requise. Quant à Nyganda, à l’avènement de Kamomè il reçut le privilège, pour lui et : ses enfants, de forger les clous de l’ishungwe ou diadème royal avec des marteaux sacrés appelés walengera et kayundwe. Mushema-Mushimbi eut tôt fait d’apprendre par quelque espion qu’un Mutwa avait sauvé l’héritier de son frère. Il se mit à le chercher- en vain dans tout le pays. Nyganda cachait l’enfant tantôt dans une ruche, tantot sous un lit.

Un jour même, Mushema-Mushimbi pénétra dans la case où l’on cachait le bébé sur les lattes qui surplombent le foyer intérieur. L’enfant se mit à uriner sur son persécuteur et !es Batwa furent tout heureux de prétexter le mauvais état d’une vieille calebasse de bière pour sauver Kamomè de l’égorgement. De guerre lasse, Mushema-Mushimbi s’en retourna à ses troupeaux. Plusieurs années plus tard, quand Kamomè fut adolescent, Nyganda-le-forgeron se rendit chez l’usurpateur. – O toi, dit-il perfidement, tu règnes sur le Bushi. Mais, que je sache, -depuis la mort de ton frère, les Batwa n’ont pas intronisé de mwâmi. Sache que le temps est venu et qu’aujourd’hui même nous allons l’élire. Je te le dis : préparc la fête.  Mushema-Mushimbi crut ainsi comprendre que, cette fois, son intronisation était décidée. Il fit savoir qu’une vierge Nya-Ngoma devai t être sa compagne le même soir et convoqua un ménage pygmée ainsi que les petits-fils des chefs dépossédés par Nabushi-Kabarc : Nashi, Naruniga, Nyabamba et d’autres.

Des porteurs de nouvelles partirent appeler Naluvumbu-le-gardien-du-cimetière et Mushogo-le-gardien­ des-trésors. Pour fêter dignement ce jour attendu, il donna l’ordre d’égorger les plus beaux taureaux et de mettre les tambours au soleil afin que, dans la nuit prochaine, ils portent plus loin l’heureuse nouvelle. Bières, boissons. et victuailles étaient prêtes dans le grenier de son enclos royal. Invités, nobles et courtisans devisaient gaiement lorsque, dans un cortège de Batwa, apparut Kamomè- l’enfant-trouvé . Nous te faisons , mwâmi. dirent les Batwa.

Et Mushema-Mushimbi, confondu, n’eut d’autre ressource que de fuir dans !es hautes montagnes. Le froid et la faim décimèrent bien vite sa petite troupe. Le feu faisait défaut et les mains des hommes, trop engourdies, ne parvenaient plus à tourner les baguettes. De colère, Mushema-Mushimbi tua de sa main ses serviteurs. Seul, égaré, il grelottait dans le vent, debout sur le plus haut plateau du Bushi. Les bazimu ou esprits du mal vinrent l’enlever et, souvent, on l’entend encore hurler et maudire, lorsque !es ouragans soufflent sur les crêtes des collines.  (voir Masson, p. 17-21)

CHAPITRE III – NYIBUNGA ET LES DESCENDANTS DE KAMONE

Vint une invasion des nobles Tutsi du chef N’Soro, qui franchirent la Ruzizi et razzièrent le Bushi jusqu’à Chirunga. Kamomè et ses guerriers eurent la bonne fortune de repousser rapidement les envahisseurs, Ils achevèrent tous ceux qui s’étaient installés à leur suite, même ceux qui, cachés dans !es forêts, n’en ressortirent que quelques mois plus tard, tenaillés par la faim. A la faveur d’un coup de main, N’Soro emmena parmi ses prises la propre fille de Kamomè, la belle Nybunga aux seins ronds et au ventre joliment tatoué. Vers cette époque vivait au Rwanda une voleuse de millet. Chaque nuit, elle pillait les greniers des riches. Ses larçins furent vite punis par les esprits et, une nuit, elle disparut mystérieusement en abandonnant devant le dernier grenier fracturé un petit enfant mâle. Celui-ci fut appelé Mpanga-wa-Lusango-côte-de-taureau et devint plus tard sorcier à la cour du mwâmi N’Soro. Or donc, les aristocrates rwandais un jour, offusqués par une attitude peu respectueuse de l’esclave Nybunga, fille captive du mwâmi du Bushi, décidèrent de la mettre à mort. Mpanga-wa-Lusango les détourna de leur projet en faisant justement remarquer les conséquences qu’il pourrait avoir.

Si vous tuez la fille de Nabushi, ses gens viendront pour la venger. Ils prendront nos génisses et tortureront nos femmes. Moi, je vous le dis, que Nybunga pour son imprudence retourne nue chez son père. Ainsi nos pâturages ne seront point foulés. Et Nybunga, dépouillée, fut renvoyée à Chirunga. Elle y fréquenta la hutte de son frère Chifundangombe et en conçut. Lorsque leur père la vit boire le lukomhe ou boisson rituelle des femmes enceintes, il se mit en colère et la répudia. Elle s’enfuit au-delà de rivière Murhundu, chez le chef Lukara, fils de Mbeha-eri-maza, ce qui signifie testicules-de-rat, à lbogobe. Ce demier, bien que possesseur de nomhreuses femmes, n’avait pas d’enfants, il les renvoyait parce qu’elles ne lui donnaient pas d’héritier et se voyait devenir le dernier chef des Bahunde. Il profita de l’aubaine et reçut Nybunga qui enfanta chez lui. Le garçon reçut le nom de N’sibula-orphelin-de père, et succéda à son père adoptif en donnant son nom à la dynastie des Basibula. (I). Il devint à son tour grand chef Bahavu, reconquit l’ile Idjwi et porta la guerre au Rwanda.

Chifundangomhe succéda à son père Kamomè puis laissa le trone à son fils Chilembebwa. C’était le temps où une grande disette. éprouvait le pays, alors que dans le nord, au pays des Bahavu, les vivres abondaient. Birahirwa, fils de N’sibula, se refusa à toute négociation économique avec ceux qui, chez Kamomè, son père, sans cesse lui grignotaient ses terres et estima même les circonstances favorables pour reconquérir les territoires ravis par Lushuli-Lujo.­

Par une série d’escarmouches, il occupa quelques collines et menaça sérieusement Nahushi-Chilembebwa, qui s’enfuit dans le sud chez son frère Chiderha, à Nyalukemba. De cette presqu’île il pouvait, en une nuit, passer au Rwan da .

Ses barons décidèrent cependant de réagir avec violence : ils proposèrent au mwâmi de confier le commandement des opérations à son fils Ngweshe, né de son épouse Mwapondamajiri, dont la jeunesse et l’intrépidité étaient gages de succès. Finalement, Nabushi-Chilembebwa y consentii. Après quelques rencontres, les Bahavu étaient battus et reprenaient la route du nord, laissant à l’abandon cent soixante cadavres. A la mort de Chilembembwa, Ngweshe ne put coutumièrement lui succéder et ce fut Badahakana qui monta sur le trone. Chiderha, son onde, fut nommé tuteur du mwâmi. A l’occasion d’un partage de terres, Chiderha s’estima lésé au profit de son neveu Ngweshe et se disputa. De son coté, Ngweshe, frondeur, avait appelé son chien Chiderhamubazi-qui-se-moque-de-Chiderha. Cette antipathie réciproque fut à l’origine d’une scission dans la famille de Kabarc-Kaganda; d’abord superficielle, elle devint totale quelques générations plus tard (Masson, p. 23-25).

CHAPITRE IV – LA GUERRE DU CHIEN

Les temps étaient pauvres et les récoltes peu abondantes. Dans la mise en valeur des terres plus fertiles, les cultivateurs descendus des collines commencèrent à défricher les marais de Nyalugana. Comme il s’agissait d’étendues vierges, chaque clan prenait part au travail espérant se réserver les plus grandes parts. Ngweshe avait l’habitude de ravitailler ses travailleurs en lait de ses troupeaux et leur donnait souvent la viande des bêtes que son chien croquait. Chez lui, le rendement était donc trois fois supérieur aux gens de Chiderha. Celui-ci, vexé, se vengea en prenant au piège l’animai domestiqué de Ngweshe, qui faisait la fortune de son maitre et couvrait de ridicule son propre nom. Il l’empoisonna du lait d’une vache qui venait de veler et l’enfouit dans un trou dessous la pente de son grenier. Une vieille, dans l’ombre, l’avait vu creuser. Après trois jours d’inquiétude, Ngweshe rencontra la vieille. Elle lui raconta ce qu’elle avait vu ce soir-là, derrière la hutte de Chiderha, et Ngweshe se mit dans une grande colère. Au tribunal du mwâmi, les juges donnèrent tort à Chiderha et le condamnèrent à dédommager Ngweshe en lui livrant un taureau. Ngweshe refusa catégoriquement. Chiderha ajouta une génisse. (voir Masson; p. 27)

– Eh! dit Ngweshe, en seul jour, mon chien Chiderhamubazi me tuait plus de deux bêtes. Je n’accepte, pour mon dommage, que Masembe, la plus belle vache laitière des troupeaux de Chiderha. C’est ainsi ! Chiderha à son tour refusa et s’enfuit sans rien rendre. lmpatient de posséder Masemb e-la –belle, Ngweshe attendit deux jours, puis appela trois de ses compagnons. – Allons, leur dit-il, chercher Masembe de nos mains dans l’enclos de Chiderha. Dans la nuit obscure et humide, Ngweshe entreprit de fracturer la hutle où dormaient la vache Masembe et trois enfanls de Chiderha. Au bruit de la paille foulée, les dormeurs se réveillèrent en sursaut et se mirent à crier. Ngweshe, surpris et ahoté, les transperça de, son coutelas puis, prenant Masembe au licol, rejoignit ses complices, jusqu’à l’aube naissante, un serviteur du nom de Nyabushamuka battit le tambour de l’exil. C’était pour le départ de Ngweshe, que son frère Nabushi-Badahakana chassait du pays. Accompagné de son époµse Mwanakaya, de ses fils Muhive et Bugabo, de sa petite fille Nakwezi et de quelques fidèles, il s’enfuit au Rwanda, chez Nalwanda Yuhi II, son lointain cousin. Ce dernier, parcnt de Ngweshe par leur ancêtre Namuhoye, vit avec plaisir venir à lui un muluzi de sa famille. Il donna à Ngweshe le territoire des environs de Mushaka, près de Mibirizi, ainsi que soixanle-dix vaches. Après deux longues années d’exil, Ngweshe y mourut d’une dysenterie pernicieuse (voir Masson, p. 28 )

CHAPITRE V – LA FAMILLE NGWESHE AU RWANDA

A la mort de son père, Muhive, déjà père de famille, prit la direction du clan. Il avait eu de Mwachokole, fille de Runiga, un fils Kwibuka. Cependant que toute cette famille coulait au Rwanda une heureuse vie champêtre, Badahakana, mwâmi du Bushi et frère de Ngweshe regrettait de ne pas avoir donné la mort en punition du crime des enfants de Chiderha. Poussé par celui-ci, il décida de se venger définitivement en exterminant les descendants de Ngweshe. Pour ce faire, il donna sa fille en mariage au mwami du Burundi. à condition que celui-ci organise le massacra de Muhive et de sa famille. Le marché fut conclu. Remontant la Ruzizi, les soudards barundi firent irruption dans les environs de Mushaka, tuant et pillant tout ce qu’ils rencontraient. lls prirent également les têtes de bétail de Muhive et ravirent Nakwezi sa sceur. Pendant que les guerriers aux longs bonnets de poils de singe boutaient le feu aux cases paisibles et égorgeaient les habitants désemparés, Bugabo, frère de Muhive, réussit à se sauver en compagnie de son neveu Kwibuka qui, par chance, dormait cette nuit sous son toit (voir Masson, p. 29 ).

Ils marchèrent toute la nuit sous les lueurs lugubres des flammes. Au Bukunzi, sur les montagnes qui barrent l’horizon, ils furent enfin accueillis par un petit notable Tutsi appelé Chocha. Pour tromper le mwâmi du Burundi, il ne découvrit pas à son hôte l’identité de l’enfant qui l’accompagnait. Nalwanda-Yuhi II lui-même croyait que personne n’avait échappé au massacre; car s’il avait appris que le fils de Muhive était encore en vie, nul doute qu’il , l’eut pris sous sa protection. Et Kwibuka grandit. Bugabo le respectait toujours pieusement, bien qu’aux yeux des indigènes il parut son tuteur. Chocha, le pauvre Tutsi, les avait peu à peu pris en affection et, reconnaissant sans doute aux qualités de pasteur et de chef la personnalité de Kwibuka, il lui donna en mariage sa fille Mwachocha, qui venait de perdre son mari Bikoro et en portait encore le deuil. Il lui fit en outre don des biens laissés par Bikoro à sa veuve, soit soixante vaches, une bananeraie et quelques esclaves. Mais, chose que Kwibuka ignorait lors du mariage, cette femme était enceinte de deux mois. Souvent il discutait avec son oncle et ses amis, persuadé que Mwachocha était enceinte de ses oeuvres tandis que les autres, sans doute mieux informés, prétendaient que c’était le défunt qui l’avait mise dans cet état. La lumière au suiet de la paternité de l’enfant, qui fut appelé Birali, ne fut faite qu’à la fin de la vie de Kwibuka. Vers cette époque, Kwibuka prit ancore femme. Il épousa une jeune fille qu’il recherchait depuis longtemps et qui s’ appelait Mwamude. En peu de temps, il fut donc polygame et eut six fils dont Birali (voir Masson, p. 30).

Pendant tous ces événements, Nabushi-Badahakana mourut. Ainsi que ses trois successeurs qui ne régnèrent pas ensemble quatre années. A la mort de chaque mwâmi, le peuple portait le deuil, arrêtait les travaux agricoles durant de longs mois et abandonnait les champs aux herbes folles et stériles ; ils ne portaient plus les charges et arrêtaient les constructions pour se promener la lance recouverte d’une cordelette de fibre de bananier. Les décès répétés des mwâmi provoquèrent une nouvelle disette et tous les Bashi, décimés par !es conséquences de ces coutumes rigoureuses, se lamentaient sur les malheurs de leur dynastie. En hommes sages et réalistes, les anciens redoutaient que le mwâmi en fonction, Lukubi N’Gabwe, ne fut privé d’enfant mâle pour assurer sa succession. Au cours d’un conseil, Lushali conseilla de rechercher un successeur éventuel parmi l’autre branche du sang de Kabarc-Kaganda, dont il venait de découvrir l’existence chez un notable tutsi du Rwanda . On se rallia à son avis et une délégation parti chez Nalwanda réclamer le petit-fils de Ngweshe, avec trente vaches et une pointe d’ivoire. Le mwâmi du Rwanda qui, nous l’avons dit, ignorait qu’un fils de Muhive eut échappé à l’attaque des soldats du Burundi, resta d’ abord incrédule, se méprenant sur les buts de la délégation. Après avoir pris ses renseignements il autorisa le retour de Kwibuka au Bushi, ajoutant à ses biens dix vaches fertiles. Chocha: lui fit le même présent. C’est sur le chemin du retour que Mwachocha accoucha de son fils Birali. Lorsque Kwibuka franchit les eaux grondantes de la Ruzizi, il fut reçu avec pompe par les notables que Nabushi-Lukubi avait envoyés à sa rencontre (voir Masson, p. 31).

Il était si sage, riche et honoré que le mwâmi lui rendit tous !es territoires coutumiers qui lui revenaient et le nomma tuteur à sa cour. Kwibuka s’établit à Chifuma . Un jour, Chocha se souvenant du temps où il hébergeait Kwibuka lui envoya son fils et un présent de trois vaches. Dès son arrivés, Kwibuka, voulant une fois pour toutes confondre, ceux qui mettaient en doute sa paternité sur Birali, profila de la présence de son beau-frère pour demander quelques explications. – Eh oui, dit celui-ci, quand mon père te donna ma soeur, elle était enceinte de deux mois. Je sais ces choses de Muzirhu-fils-de Bibusa, jeune serviteur de Mwachocha à la mort de Bikoro. Kalangiro, second fils de ma soeur, est ton premier enfant mâle. C’est ainsi ! Quelques fois, des appréhensions assaillaient Kwibuka vieillissant. Malgré le respect dont on l’entourait, ne devait-il pas craindre la haine de la famille Chiderha, qui habitait dans l’Ibanda et dont trois membres avaient été tués par Ngweshe son grand-père ? A sa mort, ce fut Kaserere, le premier fils qu’il avait eu de Mwamude, qui fut appelé à diriger le clan (voir Masson, p. 32).

CHAPITRE VI – LES SUCCESSEURS DE KWIBUKA

La succession de Kwibuka n’alla pas sans palabres: Ksaserere n’ avait que six filles et pas un garçon. A la faveur des commentaires sur l’authenticité de la filiation de Birali, de nombreux Bashi auraient préféré voir ce dernier remplacer son père, d’autant plus qu’il avait quatre fils. Kaserere, visé, voulut mettre fin à l’objection de l’absence d’héritier mâle. Sur conseil du pygmée Namukumba, il se décida à épouser une des femmes de son père Mwabushenga-dont-on-redoute-le-regard. On la considérait généralement comme une sorcière, mais comme on avait déjà eu des preuves de sa fertilité, entre autres un fils Tumba qu’elle avait eu de Kwibuka, elle devait convenir pour donner à Kaserere un successeur . Mais ses relations avec cette femme restèrent assez secrètes et c’est furtivement qu’il se rendait à sa hutte. Elle ne tarda pas à étre enceinte de ses oeuvres. C’est à ce moment que le mwâmi régnant du Bushi, Mushimbi-fils-de Lukubi, vint rendre visite à son cousin. Kaserere était à la chasse, loin du village. Tandis qu’il flanait en attendant Kaserere, Mushimbi aperçut Mwabushenga et fut pris du désir de la posséder. Elle tenta de résister, mais vite céda aux exigences du royal visiteur (voir Masson, p. 33).

A son retour, Kaserere ayant appris la chose, se facha. Il craignait que l’enfant qu’elle portait ne fut tué par cette faute. On prépara une infusion de l’écorce de l’arbre lunga que Mugoherwa, serviteur de Kaserere, administra à l’épouse adultère. Le fils qui naquit s’appela Weza et selon la prédiction du pygmée Namukumba, il succéda à son père. Nabushi-Mushimbi, ignorant les liens secrets qui unissaient Kaserere et Mwabushengwa, réclamait l’enfant, croyant de bonne foi qu’il lui appartenait. Weza resta chez son vrai père, mais un doute subsiste chez de nombreux pasteurs qui leur fait dire que la lignée de Ngweshe, est deux fois sortie du clan de Kabarc : la première fois par Mwapondamajiri, épouse de Nabushi-Chilembebwa; la seconde par Mwabushengwa, femme de Ngweshe-Kaserere et concubine de Nabushi­Mushlmbi.

Ces légendes et la confusion qu’elles laissaient dans les esprit augmentèrent le prestige de Ngweshe. Kalangiro, fils de Kwibuka et de Mwachocha et ainsi demi-frère de Kaserere, le jalousait à juste titre. Il lui semblait que le pouvoir de leur père Kwibuka lui revenait de préférence; car il aimait d’une particulière amitié sa mère Mwachocha, fille de son sauveteur. Souvent, il s’en souvenait, Kwibuka disait que son héritier devait sortir de son sein. Croyant donc exécuter !es volontés du défunt et mettre la main sur ses droits, il vint à Kaserere dans le but de l’assassiner. La fête dura tard dans la nuit et toutes les calebas­ ses de bière et de lait étaient vides. Kalangiro prit ostensiblement le chemin du retour et s’embusqua non loin du village en attendant que tout soit endormi. Il revint comme un voleur et s’approcha de la hutte de Kaserere près de l’endroit où, à travers les herbes, il pouvait entendre le souffle régulier du riva endormi. Il saisit sa lance et l’enfonça violement dans la fragile parcl. L’arme se ficha dans un bouclier de bois, qui se trouvait jeté entre les herbes et la couche, avec tant de force que son fer émoussé s’y incrusta et que Kalangiro ne put l’en arracher. Kaserere, réveillé par le bruit, sortit en appelant à l’aide. Les hommes, alourdis par l’alcool et la veille, se levèrent lentement pour ne trouver qu’une lance vibrante dans les bottes d’herbes du mur extérieur. Le lendemain Kaserere tendit un piège à son agresseur. Montrant la lance à ses voisins, il leur demanda qui avait pu oublier la veille, par inadvetance, une lance près du feu . Personne ne reconnut l’arme. Quand passa par là un petit garçon agé de douze ans, qui s’exclama : – Eh ! Voici tête-de-perdrix, la lance de mon père Kalangiro !

Appréhendé, Kalangiro niait toujours. Auand on fit revenir son fils. – Mais père, cette lance est la tienne ! Kalangiro ne se retint plus : – Fils indigne, je te maudis. Plus jamais tu ne trairas mes vaches. Que tes joues pleines de santé aillent à la mort, car tu seras puni pour avoir vendu ton père. Kaserere le punit cruellement.

 Ngweshe-Kaserere mourut très vieux laissant terres et troupeaux à Weza. A la même époque, Nabushi-Mushimbi s’éteignit lui aussi, passant le pouvoir à son fils Mwerwe (voir Masson, pp. 34-35) .

CHAPITRE VII – MWERWE CONTRE WEZA

La haine des Chiderha contre les Ngweshe, dont l’ancêtre leur avait tué des parcnts, ne s’émoussait pas avec les années et depuis leur retour au Bushi. Kwibuka et Kaserere craignaient toujours que, dans une colère vengeresse autant qu’intéressée, un descendant de leur vieil ennemi ne vint les surprendre. D’autre part, le souvenir de l’assassinat de Muhive par les manceuvres de Nabushi-Badahakana les irritait au point qu’une inimitié mortelle séparait les clans du Bushi de la famille Ngweshe et qu’une véritable guerre des nerfs régnait entre les nobles du pays. Pour toutes ces raisons. les Anciens décidèrent. à la mort de Kaserere. de ne point déposer sa dépouille sur les terres des Bahaya ou gens de Nabushi, et d’éviter ainsi que les sorciers de Nabushi de Chiderha ne se servissent de son cadavre pour envouter les Bishugi ou gens de Ngweshe. lls enterrèrent donc Kaserere à Ishalironishangi, près de Kanyola. Mais pour donner le change au mwâmi, ils déposèrent en grande pompe dans le cimetière réservé aux baluzi une simple peau de vache, linceul habituel d’un chef. Comme l’avaient craint les sages de Ngweshe, quelques petits-fils de Chiderha vinrent profaner la tombe de Kaserere dans l’intention de démembrer son cadavre et de se servir des ossements pour menacer leurs ennemis. (voir Masson, p.37)

Ils n’y découvrirent évidement qu’une peau à demi pourrie et coururent chez le mwâmi, lui apprendre sans ambage la substitution. -Aho ! Nabushi, !es descendants de Ngweshe veulent se révolter contre ton autorité. Nous avons vu qu’ils n’ont pas déposé dans la terre rituelle le corps de Kaserere. Ils n’y ont mis qu’une peau de vache. Intéressé par ces déclarations, Nabushi-Mwerwe rassembla ses ministres, fit revenir les Chiderha pour renouveler leurs accusations en présence de quelques de vieux de Ngweshe. – Nabushi écoute, disaient les Chiderha, ils désirent se révolter. N’ont-ils pas caché le corps de Kaserere pour ne déposer dans la terre du Buhaya qu’une peau de vache ? Pourquoi auraient-ils agi de la sorte si ce n’est pour te bafouer? – Eh!, répondirent les Ngweshe, vous vous découvrez vous-mêmes. Nos soupçons n’étaient donc pas vains puisque vous êtes allés déterrer notre chef pour piler ses os et nous jeter des sorts. Votre dénonciation vous accuse. Comment savez-vous qu’en terre des Bahaya negit qu’une peau? Vois-tu, o mwâmi, ils ont violé la sépulture de notre père. Rentrés sur leur colline, les descendants de Ngweshe tinrent conseil. Il leur semblait opportun de se séparcr complètement de l’autorité de Nabushi-Mwerwe et de rompre avec ses fidèles .

Ces choses devaient se réaliser avec une grande prudence, car le mwârni était toujours puissant. C’est alors que Weza, plein de ruses, décida d’user d’artifices en se montrant plus habile que Nabushi-Mwerwe plutot que de l’affronter.

– Mwerwe, mwâmi, lui dit un jour Weza, tu as vu les gens de Chiderha tenter de voler les os de mon père. Nous vivons dans l’inquiétude d’être par surprise l’objet d’une vengeance. Permettrais-tu qu’ils éventrent nos génisses ou mettent à mort nos enfants? C’est pourquoi je te demande : autorise-nous à partirà l’écart, dans le sud. Nous y vivrons en paix. C’est ainsi que Mwerwe permit à Weza de se retirer cnez Kabisa de Mwirhwa, sans se douter qu’il laisait le jeu de son cousin.  A peine arrivé à Nduba, Weza , en bon pasteur, remarqua la disparition d’un magnifique taureau Mirembe. Toutes !es recherches furent vaines jusqu’au soir où, quatre mois plus tard, un coupeur de lianes découvrit sur la colline de Murimbi la bete qui y broutait à l’aise. Tous virent dans cette fugue le signe que, dans leur impatience, ils attendaient pour se séparcr de Nabushi­Mwerwe. A l’endroit où le taureau avait été découvert, les mânes voulaient que Weza s’installât et régnât. C’est ainsi qu’ils se transportèrent sur la colline de Murimbi. où Weza fit allumer les foyers. Mwerwe se répétait la vieille prophétie des conteurs bavards : « Le muluzi qui ira à Murimbi, enlèvera à Nabushi sa royauté et l’attaquera avec vigueur.» Lorsqu’il eut appris que, guidé par un présage, Weza et son peuple·s’étaient installés à Murimbi, il s’était mis à craindre et à méditer. Un messager, le pygmée Lushuli, avait été dépeché sans retard à Murimbi pour y éteindre les feux. Car selon la coutume, lorsque le mwâmi accorde une terre, il charge un de ses serviteurs d’y allumer le feu qui consacre la pleine propriété. Si Lushuli parvenait à éteindre les feux, Nabushi déniait officiellement à Weza la propriété de Murimbi et l’obligeait à revenir près de lui.

Mais Weza était aussi rusé que Mwerwe juriste. Quand il avu venir Lushuli, il simula l’obéissance, participa même à l’extinction du foyer de sa hutte. Au moment de se mettre en route, il demanda négligement au pygmée de lui passer un brandon pour y allumer sa pipe. Ce que l’autre fit sans méfiance (voir Masson, p.39).

Weza satisfait, s’empressa de raviver la flamme qui embrasa de nouvelles branches sèches, puis fit remarquer à tous que le pygmée du mwâmi lui avait donné le feu de la colline. Tout en ne désobéissant pas à Nabushi, il assurait sa peine propriété ironiquement, il députa ses deux frères Kirhero et Nchuranganya chez Mwerwe, pour lui exprimer sa gratitude et le remercier de lui avoir envoyé un pygmée pour allumer son feu. Nabushi en fut très irrité : il fit abattre toutes les vaches du malheureux ambassadeur Lushuli et mettre à mort ses sept fils. Décidé à contrer Weza, il lui intima l’ordre formel de quitter le Nduba et de revenir à la cour. – C’est bien j’obéis, dit l’habile Weza au pygmée Kabamba, porteur de la décision, je te suis. Chemin faisant, ils virent un toucan au plumage rouge évoluer lentement et ébranler l’air de son vol lourd. Weza attendit que l’oiseau se posât, banda son arc et l’abattit d’une seule flèche. Le pygmée se précipita pour le ramasser, mais tous les gens de Ngweshe protestèrent. – C’est Weza qui ci tué l’oiseau, il lui revient ! _- Vous savez que c’est un oiseau réservé au mwâmi : ses plumes servent à orner la coiffure royale. Il ne revient qu’à Nabushi. – Donne-moi quand même une plume, suggéra Weza. – Je te la fixe sur la tête, dit le pygmée en détachant du toucan une plume sanguinolente, pour la ficher dans les cheveux crépus de Weza Aho merci! s’écria celui-ci, merci pygmée du mwâmi ! En me donnant cette plume sacrée murhwa, tu m’as donné le pouvoir. Je possédais la terre, je posséderai désormais l’autorité princière. Tu viens de faire le même geste qu’au jour de l’intronisation de Nabushi. Toi qui confère la puissance légale, tu m’as fait semblable à Mwerwe. S’il veut reprendre mes terres, qu’il vienne le faire par la force. Rebroussant chemin, il revint sur la colline Murimbi dans la joie générale. Il changea sa cour de parcnt du mwâmi en celle de roi et proclama que la plume de toucan serait désormais son blason à lui Ngweshe-Weza, et à tous ses descendants. Ce jour-là, de nombreux chefs des collines voisines vinrent le reconnaître, comme suzerain et lui promettre leurs armes. Il s’agissait de tous les baluzi du sud du Bushi, à l’exception de Kabili, chef de Nyamarhenge et du chef de Chinyimba. Lorsque Weza était parti vers Murimbi, Kalangiro, celui-là même qui avait un soir tenté d’assassiner Kaserere pour s’emparcr de la direction du clan étaìt resté fidèle à Nabushi-Mwerwe. Mieux, espérant enfin assouvir ses désirs cupides et éliminer Weza à son profit, il conseilla au mwâmi de partir sans tarder pour déloger le rebelle. Pour prouver sa bonne foi et assurer à Nabushi qu’il reniait sa propre famille, il lui proposa le pacte de sang. L’assemblée des notables et des chefs se réunit pour délibérer. Kalangiro, qui s’était assis contre Mwerwe, se fit une incision dans la poitrine, recueillit quelques gouttes de sang chaud dans une feuille d’érythrine, puis la tendit au mwâmi. Celui-ci, ayant ajouté un peu de son sang, humecta ses lèvres et demanda à son nouveau frère d’achever le mélange. – Désormais, lui dit-ii; lorsque tu verras mon fils affamé et que tu ne le rassasieras point, ce sang que nous avons partagé te tuera. – Maudit sois-tu par ce sang, répondit Kalangiro, si tu ne nourris point mon fils éprouvé par la famine (voir Masson, p.40-41) .

Nabushi prit alors une poignée de paille du toit de sa demeure, l’alluma au feu. – Regarde, Kalangiro, le jour où je viendrai sur ta colline, transi de froid et ruisselant de pluie pour te demander asile, et que tu me chasses, je pourrai faire flamber tes huttes comme flambe cette torche d’herbes sèches. lls s’étendirent en murmurant : – Si jamais nous n’avons plus qu’une seule couche et que nous nous trouvons ensemble pour y dormir, le pacte veut que nous dormions tous deux sur la même natte. Sur un geste de Kalangiro, des pasteurs présentèrent trois superbes taureaux qu’il offrait à Nabushi. Après quoi, Mwerwe le nomma chef de guerre et lui fit remettre les tambours royaux. Ceux ci devaient porter aux quatre coins de l’horizon l’annonce de la rupture définitive entre Nabushi et Ngweshe. L’ardeur de vengeance de Kalangiro rivalisait avec le désir de Mwerwe de reprendre ses collines et de détromper la légende prophétique. C’est ainsi que commença la guerre armée entre les deux familles. L’inimitié de plusieurs générations devenait une farouche haine séparant dans le sang les terres promises par Namuhoye-la-vieille à ses sept fils.

CHAPITRE VIII – PREMIERE GUERRE CONTRE NGWESHE

Un grand concours de foule s’était rassemblé près de l’enclos du mwâmi. Les tambours battaient les rythmes de guerre. Un rang de guerriers en tenue d’apparat stationnait près des palissades. L’atmosphère était tendue et sous les rayons droits du soleil, des jeunes filles, enduites de beurre frais, rassemblaient les calebasses et éccueilles de bois salies par les aliments. Un groupe, de femmes nues, que la vue des hommes en armes excitait, se mit à frapper en cadence de leurs mains calleuses. Leurs, pieds en martelant le sol soulevaient une poussière rouge. – Aho, nous irons à Murimbi ! gueula un grand gaillard. Et ce fut le signal d’un déchainement général. D’abord lent et sourd, le rythme se précipitait cependant que les guerriers s’avançaient en faisant des gestes de combat, comme à l’attaquqe, dans !es grondements des tams-tams et les cris des enfants. – Nous chatrerons ses fils ! menaçaient-il en tendant leurs glaives, tandis qu’à contretemps mains et tambours répétaient à l’écho des vallées : Voici les invincibles soldats de Mwerwe qui vont chatrer Ngweshe au Murimbi (voir Massons, p. 43).

Lancinante et envoûtante, la mélodie que les femmes chantaient en ondulant des reins se mêlait aux vibrations sourdes des cranes des ancêtres ballottés dans les tambours. – Nous tuerons Ngweshe comme un misérable chien ! leur répondaient les guerriers en secouant les crinières sombres que retenaient sur leur tête des écorces teintées. En une seule file, suant, puant, grimaçant et menaçant, ils évoluaient pivotant en cadence dans l’air vicié. – Battez, tambours de guerre, répétaient les pygmées en redoublant les gestes irréguliers de leurs bras filiformes. Et les hommes, au paroxysme d’une ardeur belliqueuse entretenue par l’alcool, hurlaient : – Nous emporterons ses vaches et ses femmes ! Nous irons à Murimbi prendre la plume rouge sur sa tête. – Eh ! jeta Kalangiro, nous sommes nombreux et mangerons ces fourmis. S’il reste des survivants, nous les appelerons banyankulibwa-ceux-qu’on-avale. – Banyankulibwa, banyankulibwa, eh ! – Banyankulibwa, nous n’en ferons qu’une bouchée ! – Banyankulibwa, ils ne porteront plus ombrage à Nabushi, disaient les tambours. Banyankulibwa, Ooh ! Autour des bivouacs rougeoyants, les corps repliés des dormeurs dessinaient sous les étoiles autant de masses informes, qu’ éclairait furtivement la flamme d’une branchette. Les soldats de Kalangiro passaient leur dernière nuit avant de pénétrer au pays de Weza. Nabushi, avec le gros des bandes armées, s’était rendu en compagnie du notable Mususu, à Bukalye, tandis que Kalangiro et sa compagnie compait à Nyabihuse. Chacun devait attaquer de son coté et scindant les soldats de Weza en deux groupes, pouvait facilement les exterminer. A l’écart, sous un ficus solitaire, Kalangiro sommeillait. Une lueur soudain l’éveilla, comme d’une torche qu’un homme emporte pour circuler la nuit et écarter les bêtes sauvages. Cette vision venait vers lui. Mais il ne s’agissait ni d’un messager, ni d’un soldat, ni d’un enfant ; il voyait, mystérieux et solennel, un vieillard à la figure plissée gravir la colline avec lenteur. Sur le front, près des flammes, le diadème de ses ancêtres brillait. – Kwibuka, mon père, est-ce toi que je vois ? – C’est moi. Kalangiro mon fils. Je sors de la terre où tu m’as enfoui. Je te demande : pourquoi combats tu le fils de ton demi-frère ? Je vois dans ta main Nonozi­ le-préféré, mon meilleur arc; crois-tu que je te l’ai donné pour t’en servir contra le sang de mon sang ? En guerroyant aux cotés de Nabushi, tu me fais injure . C’ est ainsi ! Et le fantôme disparut comme une flamme dans la rivière. Kalangiro, transi de frayeur, appela ses lieutenants. – Croyez-moi, j’ai vu ici le spectre de mon père. J’étais égaré par un mauvais esprit : il n’est pas dit que je porterai la mort chez mon neveu pour soutenir l’ennemi de ma famille. Si Kwibuka m’a laissé à sa mort Nonozi-le-préféré, c’est pour m’en servir noblement et défendre le clan. Allons en amis vers Weza et combattons Nabushi, c’est ainsi ! Lorsque les premières lueurs de !’aurore soulignèrent les courbes fantasques des collines, Nabushi-Mwerwe vit devant lui tous les soldats de Weza mêlés à ceux de Kalangiro. Son allié de la veille s’avanca sur le front des troupes. – – Aho Nabushi ! Voici la flèche que m’ordonna de te lancer mon père Kwibuka ! dit-il en bandant son arc. Et dans le brouillard humide qui s’élevait dans la vallée, Nonozi cracha le premier trait de la bataille. Il transperça la poitrine de Mususu, second de Mwerwe. qui s’écroula dans un râle. A ce signal, !es guerriers descendirent au bas des collines en s’injuriant et se couvrant de lances et de flèches. La surprise et le nombre aidant, les gens de Ngweshe ne tardèrent pas à mettre en déroute les, soldats du mwâmi, qui abandonnèrent. aux premiers rayons du soleil soixante-dix cadavres. Au cours de la même nuit deux autres notables, Kasheze et Kashema, étaient passés du coté de Ngweshe avec leurs gens d’armes. Nabushi, vaincu et trahi par ses vassaux, se réfugia à Mogogo, puis à Mubumbu. Pour compenser ses nouvelles pertes territoriales et retrouver des pâturages, il se mit en campagne contre les Bahavu, qu’il refoula jusqu’à la Langa. Malgré ruses et combats, il ne put recouvrer les collines ralliées ou occupées par son cousin Ngweshe. Quand il mourut entre les bras de son fils Birhenjira, son grand ennemi Weza avait déjà rejoint le domaine du Naluvumbu, laissant à son ainé Bichinga le gouvernement des territoires indépendants (voir Masson, p. 44-46).

CHAPITRE IX – BICHINGA CONTRE BIRHENJIRA

La rivalité entre les deux familles Nabushi et Ngweshe ne se termina pas avec la mort des premiers antagonistes. Birhenjira et Bichinga se heurtèrent en de nombreux combats meurtriers et leur histoire finit très mal. La voici. En ce temps-là vivait à la cour du roi du Ngweshe (1), Bichinga, fils-de-Weza, un noble qui ne possédait ni vache ni esclave. Il s’ appelait Mushagwa. Il avait très mauvais caractère et, sans raison, cherchait volontiers noise à ses pairs ou aux Batwa. Par orgueil, il prenait l’habitude de vexer et d’insulter tous les courtisans de Ngweshe. Il avait une industrie qui lui rapportait gros : il brulait les herbes du marais de Nyalugana pour en extraire le sel. Il s’était même acheté une ceinture de perles et un gros bracelet de cuivre : ce qui, à cette époque, était très rarc et de grande valeur. Paré de ces bijoux, il aimait parader et exciter l’envie autour de lui.

Bichinga, comme tous les autres, jalousait la fortune de Mushagwa: souvent il se disait qu’il était indigne de porter autour de ses reins et de ses bras de semblables objets de prix. Il songea un moment à les acheter à Mushagwa, contre une de ses plus belles vaches; mais, connaissant l’orgueil et le mauvais caractère de son suivant, il y renonça. Néanmoins, à l’occasion d’une cérémonie de mariage d’un ami, le roi décida de demander en pret les bijoux de Mushagwa. Mais celui-ci était parti à la chasse. Bichinga, accompagné de l’époux, força la porte de la hutte de Mushagwa et prit ceinture et bracelet en l’absence du propriétaire. A son retour, Mushagwa, plein de colère, se dirigea vers la hutte des mariés et, interpelant Mudahigwa­ l’époux, se mit à l’insulter selon son habitude. Il lui lança une lance qui le blessa à la cuisse. Bichinga, pour punir Mushagwa de son esclandre et sans doute pour satisfaire sa concupiscence, refusa de dédommager le prêteur forcé et le déposséda de ses bijoux au profit du trésor royal. Mushagwa rumina longtemps sa vengeance : voulant l’exercer à la faveur de l’inimitié qui régnait entre son roi et le mwâmi du Bushi, il conçut un pian habile. Se rendant dans les pâturages de Ngweshe, il s’ adressa au gardien des troupeaux : – Eh toi, Bakenga de Nyengo! Ngweshe-Bichinga m’a donné ordre de consulter le sorcier avec la vache qui a rnis bas Bahamba. Confie-la moi. C’est ainsi ! Et prenant le licol de la bête, il la conduisit, non chez le sorcier de Ngweshe, mais bien à Chifeke, résidence de Nabushi-Birhenjira. Bichinga députa à la cour de Nabushi deux de ses meilleurs ministres qui, par trois fois essayèrent un refus en restitution. La vache resterait à Chifeke, ou Bichinga devait la reprendre par la force.

Et ce fut le début d’une nouvelle série de combats. Bichinga, dont l’habileté à la guerre et !es talents de stratège étaient réputés, fit avec son arc et ses bandes beaucoup de ravage chez les Bahaya. Il pénétrait très loin en leurs terres pour enlever les troupeaux : c’est ainsi qu’il reprit sa vache avec beaucoup d’autres. Survint Matwali, le petit-fils de Chiderha, autre ennemi des Ngweshe, qui voulait profiter des combats en cours pour venger les enfants de son ancêtre dont l’assassinat avait provoqué la guerre du chien. Il descendit de son pays avec de nombreuses lances se ranger aux cotés de Nabushi. Prenant de flanc et par surprise les manoeuvres de Bichinga, il le fit prisonnier avec son frère puiné Murhandikire. Dernier descendant de Chiderha, Matwali, sur conseil de Nabushi-Birhenjira, perça Bichinga de son coutelas et le mit à mort dans l’horribles tortures. Il fit également mourir Murhandikire pour que la vengeance soit complète et que deux bishugi rachètent le sang versé de la main de Ngweshe, qui avait tué dans leur hutte les fils de Chiderha. Birhenjira avait vu d’un bon oeil ce lâche règlement de compte. Il calculait, en effet, qu’après la mort de Bichinga, les terres que Weza avait ralliées lors de son mouvement d’indépendance, lui reviendraient naturellement.

Il ignorait cependant qu’en réalité Bichinga laissait un tout petit garçon Chirimwentale et que sa première femme Mwamugula portait encore en son sein des jumeaux : Irenge et Chizihira. Mwanalwindi, seconde épouse de Bichinga était, à ce moment, retournée chez son père où elle accoucha d’un fils qui ne revint au pays que bien plus tard. Il fut appelé Bagweshe-Barhahera- l’orphelin, parce que les enfants de Nalwindi ignoraient qu’il avait un père (voir Masson, p. 47-49).

CHAPITRE X – INTRIGUES DE COUR CHEZ NGWESHE

Ngweshe-Chirimwentale, appelé plus communément Ntale, était trop jeune pour régner effectivement. Un Conseil de régence fut constitué par sa grand-mère Mwabugarha, ses grands-oncles Birali et Muzuka, sa propre mère Mwamugula et enfin son oncle Muyangwa. Le premier souci de ce Conseil fut de protéger l’intégrité des provinces contre les convoitises de Nabushi-Birhenjira. Dans le but d’avoir un puissant allié, ils prirent contact avec un descendant de Nalwanda, du nom de Kahindiro, dont la famille était séculairement arnie de celle de Ngweshe. Ils lui annoncèrent que Bichinga n’était pas mort sans progéniture mâle et que Ntale, dûment intronisé devait recevoir les terres de son père. Le mwâmi Kahindiro et sa mère Nyiratunga s’intéressèrent beaucoup à Ntale et souvent faisaient prendre des nouvelles de sa santé ou de la taille, joignant à leurs voeux de belles vaches de leurs troupeaux.  Ces relations empéchèrent Birhenjira d’annexer le pays de Ngweshe et calmèrent ses projets peu honnêtes à l’égard de l’enfant de Bichinga. Après quelques années de régence, le Conseil subissant l’influence de la reine-mère de Ntale, chez qui il se réunissait, délaissa quelque peu les avis de la grand­mère Mwabugarha. Muyangwa, son fils, en vit d’autant plus diminuer son autorité qu’il ne siégeait au Conseil qu’en cinquième position. Il s’en plaignit en vain auprès de Birali et de Muzuka. De dépit, il s’enfuit au Rwanda chez Kahindiro lui raconter les pires calomnies. Il prétendait dénoncer les abus des tuteurs légaux et les disputes qui les empechaient de gérer avec sagesse le patrimoine de Ntale. Il affirmait d’ailleurs avoir été chassé parce que trop honnête. Nalwanda fit discrètement enquêter à ce sujet; car l’avenir de Ntale lui tenait à cceur. Il apprit ainsi que les dénonciations de Muyangwa étaient farcies de mensonges gratuits et que son but réel était de faire pression sur l’enfant, puis, par l’intermédiaire de sa mère Mwabugarha, de succéder à son frère Bichinga. Nalwanda le chassa et Muyangwa s’enfuit à la Lwindi. Muyangwa, en exil, passait beaucoup de temps à la chasse. Au cours d’une poursuile d’un fauve blessé, il s’avança dans le Ngweshe jusque Nduba. Les indigènes, qui ne le connaissaient pas, le firent prisonnier et le tourmentèrent beaucoup. Quand il protestait et se disait l’oncle de leur roi, ils n’en croyaient rien car ils ne connaissaient pas ce personnage. Jusqu’au jour où deux habitués de la cour, de passage, le reconnurent à une cicatrice qu’il portait au front. lls rapportèrent cette nouvelle à sa mère qui intervint en sa faveur et obtint sa grâce. Généreux et rempli de gratitude, Muyangwa devint le meilleur conseiller de Ntale. Il avait en effet remarqué, à son retour que malgré l’age du garçon, le Conseil de Régence ne lui avait pas encore remis le pouvoir. Tous les enfants de son âge étaient mariés et pères de familles, alors que Ntale vivait toujours en jeune homme, tête non rasée et ornée de perles. Ayant peu à peu pris de l’ascendant sur son neveu, Muyangwa le persuada de mettre fin à cet état de choses et de se défaire de ces néfastes perles qui l’empêchaient de devenir homme. Ntale se rasa. rejeta les perles qui ornaient sa tête d’adolescent avancé, puis un matin attaqua Muzuka les armes à la main. Sur la colline royale, la bagarre dura toute la journée : insultes, hurlements, lances et flèches fusèrent jusqu’au crépuscule. Mais Muzuka fut vaincu et à la faveur de l’obscurité s’enfuit à Lukunga. Les lances qui aidèrent Ntale furent appelées buhebe du nom du lieu où se déroulèrent les combats. Depuis ce jour, en souvenir de la révolte de palais qui libéra le roi d’une tutelle abusive, les gens de Ngweshe qui se veulent malheur s’insultent en invoquant les lances du Buhebe. Muyangwa, en récompense de sa fidélité, reçut le territoire de Burhale où l’ombre des grands arbres était favorable aux gras pâturages. Ntale se maria, puis tomba dans une étrange maladie. Son corps s’était couvert de larges plaies suppurantes qui ne guérissaient pas. Tous les devins lui conseillaient de rappeler Muzuka et de lui pardonner. Sans quoi la mort viendrait le surprendre sans enfant mâle. Ntale, à la mort, envoya un messager à Muzuka qui, croyant à un piège de Muyangwa, refusa de revenir à la cour. Alors les Bishugi transportèrent le corps sanglant de Ntale sur le seuil de la hutte de Muzuka. Lorsque le jour se leva et que Muzuka sortit en clignant des yeux, il fut tout étonné de la présence et de l’aspect du roi. Il lui offrit de la nourriture mais Ngweshe-Ntale refusa même le lait. Muzuka appela quelques Batwa et rentra avec le roi sur la colline officielle où il reçut son ancienne charge. Après quoi, Ntale guérit comme les sorciers l’avaient prédit. Ntale entreprit au cours de son règne, une brève guerre contre ses voisins établis dans le pays de Karhongo, près de NyaNgezi. Ces gens étaient clients du mwarni du Burundi, traditionnel ennemi de sa famille . De cetle guerre, Ntale rapporta un bracelet de cuivre pesant six livres, appelé «Mulinga gwa -Chilimwentale », que les rois de Ngweshe se transmettent depuis lors de génération en génération. Ntale, roi du Ngweshe, et Birhenjira, mwâmi du Bushi, moururent la même année laissant leurs pouvoirs, le premier à son fils Chinyomarhahongerwa qui règna sous le nom de Kwibuka II en souvenir de son ancêtre, le second à Makombe (voir Masson, p. 51-54).

CHAPITRE Xl – VISITE DE KWIBUKA II AU RWANDA

Pour entretenir les liens d’amitié avec Nalwanda, il fut décidé, lorsque Kwibuka II succéda à son père, qu’il irait faire une visite de courtoise au mwâmi Kahindiro pour lui annoncer son intronisation. Il comptait aussi lui faire reconnaitre ses droits sur les terres de Karhongo, que Chirimwentale avait annexées. Kahindiro, qui avait appris à se méfier des Bashi en général et des visites intéressées en particulier, fit attendre Kwibuka à sa cour, sans paraitre le remarquer. L’autre, pressé de retourner au Bushi. décida de montrer aux Watutsi qu’un Mushi sait s’imposer quand il veut. Il escalada la colline royale où, devant l’entrée de l’enclos de Nalwanda, des jeunes nobles s’essayaient au jeu de l’arc. . Il s’agissait de tendre jusqu’à rupture un bel arc, grand comme un homme et fait du plus beau bois. Personne jusque là n’y était parvenu. Pour exciter ses courtisans, Nalwanda avait promis à celui qui le briserait les plus précieux cadeaux, des terres ombragées et un troupeau de vaches grasses. Autour de cette arme avec laquelle le mwâmi dansait, des adolescents musculés dont la peau brillait sous une couche de beurre frais, s’exerçaient. Chacun espérait venir à bout de l’arc rebelle.

Lorsque Kwibuka et ses gens approchèrent du petit rassemblement de nobles distingués, le cercle s’ouvrit pour laisser le passage à ces vils hommes nus du Bushi. Quelques remarques dédaigneuses fusèrent et quand Kwibuka demanda à participer au jeu de l’arc, tous s’esclamèrent en se moquant de son impudence. – Eh bien, essaie de briser l’arc de la danse. Il ne sera pas dit qu’un Mushi, même Ngweshe, brisera l’arme que les fils de Nalwanda ne savent rompre ! Chiribi, un courtisan de Ngweshe, s’avança, – Moi, j’essaie, dit-il, et que je rejoigne mon père sous les racines de bananiers si je n’y parviens. Il se saisit de l’arc, le soupesa et, bandant ses petits bras trapus, tendit la corde. La sueur coulait sur ses tempes et ses muscles tremblaient. Tout autour de lui, le silence s’était fait. Chiribi, la figure crispée, déploya ses avant-bras et, dans un craquement sec, le bois se cassa. Les cris de joie et les pas de danse des Bashi réveillèrent Nalwanda, qui sortit des palissades pour connaitre la cause de tant de bruit. Des spectateurs lui apprirent l’événement: un homme du Bushi venait de briser son arc, alors qu’il semblait bien moins fort qu’eux-mêmes . Nalwanda rentra dans l’enclos pour n’avoir pas à rencontrer Kwibuka. Les Rwandais, encouragés par l’a ttitude du mwâmi, cachèrent leur dépit sous les moqueries. L’un d’eux prit un morceau de bois et le mit sur la tête de Ngweshe en lui disant qu’il sentait mauvais. On se disait alors souvent au Rwanda que les Bashi puaient. Kabiya -fils  de – Mwishekere releva le défì, saisit sa lance et provoqua en duel le noble trop moqueur. La lutte fut longue et difficile, Kabiya esquivait avec souplesse les coups de son adversaire et, sans être touché, réussit à le larder de deux coups de lance.

Tous les spectateurs murmurèrent d’admiration et respectèrent Ngweshe et les siens. A l’annonce de ce nouveau fait, Nalwanda ne put que faire ouvrir les claies de bambous et recevoir Kwibuka II. Nalwanda confirma les droits de Ngweshe sur le territoire de Karhongo et lui donna quatre vingt-dix de ses plus belles têtes de bétail. Kwibuka, de retour au Bushi, acheva d’occuper les terres de Karhongo, depuis le mont Bangwe et les grands marais Nyamunyunye, jusque vers la rivière Luvimvi. Il y installa son fils Ruhoya qui, n’ayant pas pu s’habituer au climat, céda sa place à Nyangezi-Kasole qui se fil accompagner de huit cents guerriers (voir, Masson, p. 57-57).

CHAPITRE XlI – GUERRE DE SUCCESSION CHEZ NABUSHI

Sous le règne de Birhenjira, mwâmi du Bushi, vivait un pauvre bûcheron Mukagwa, dont la femme était grosse. Lorsque le terme arriva, l’enfant passa encore trois mois dans le sein de sa mère se signalant déjà par là aux conteurs de légende. L’enfant, une fille, fut appelé Mwamurhwa. Elle continua tout au long de sa vie à faire parler d’elle avec crainte et deux siècles après sa mort, son nom revient encore mystérieusement sur toutes les lèvres. Lorsque Mwamurhwa naquit, son père partit vers la forêt couper du bois sec destiné au foyer. Il se mit à tailler un bel akarhonda qui, en tombant, entraina dans sa chute de nombreux autres arbres voisins. On dit que cent hommes en un jour n’auraient pu en couper davantage. Mukagwa s’en revint en courant au village pour raconter son aventure, lorsqu’un fauve tomba du ciel à ses pieds, mort. Il s’agissait sans doute d’une proie échappée des serres d’un oiseau de proie. mais tout le monde y vit un troisième prodige en l’honneur de Mwamurhwa. Celle-ci grandit très vite et devint une belle jeune fille . A l’age adolescent. alors qu’elle accompagnait ses compagnes pour couper les berbes, une aiguille de cuivre, métal extrêmement rare, lui entra dans le pied. Encore un signe de plus pour la distinguer de ses amies. Plus tard, au cours d’une danse de mariage, le vent s’éleva soudain enveloppant le groupe des jeunes filles d’un opaque nuage de poussière. Dans les tourbillons rouges, Mwamurhwa apparut semblable à un mouton immaculé. Puis quand le vent tomba, on vit dans ses cheveux une plume d’ibis blanc comme celle qu’on fiche sur la tête des notables le jour de leur intronisation. Tout le village et les collines voisines fréquentaient Mwamurhwa pour son corps souple, mais personne ne l’épousait. On craignait celle que des phénomènes marquent depuis la naissance. Et elle vivait comme une chèvre non mère, qui fatigue les boucs. Avec le temps, ses seins se flétrissaient et son ventre se plissait. Elle n’avait pas encore de mari. Ce fut alors que Birhenjira s’intéressa à cette fille et en fit son épouse . Il lui offrit les territoires de Luvumbu, Ikoma et Kahembarhi où elle établit sa demeure. C’est là qu’elle mit au monde Bujoka . Elle espérait que le mwâmi donnerait la succession à ce fils, ce qui lui permettrait de devenir reine­mère et tutrice. Elle en conçut un grand orgueil.

Jusqu’au jour où, à la cour, une autre épouse de Birhenjira donna le jour à un fils qui tenait dans sa menotte une poignée de semences de sorgho; ce qui désigne coutumièrement l’héritier du mwâmi. C’était Makombe. Frustrée de la succession de Birhenjira, Mwamurhwa envoya ses soldats pour tenter de supprimer le rival régulier de son fils. Birhenjira ne s’ offusqua pas des colères de sa femme et répudia même la mère de Makombe avant de se rendre chez elle. – Est-ce vrai. lui demanda Mwamurhwa, que Makombe sera mwâmi plutôt que notre fils Bujoka? Est-ce vrai que le fils de Mwabuniagu règnera sur le Bushi à la place de mon enfant ? Et Birhenjira de répondre calmement : – Femme, est-ce toi qui commande ici pour le mwami? Dans un mouvement de colère, Mwamurhwa se lança sur lui et le gifla.

 De retour chez lui, Birheniira se mit à réfléchir à toutes ces choses. Il se rendit compte que l’orgueil de sa femme ne reculerait devant aucune fourberie pour assurer le règne de Bujoka et décida d’envoyer Makombe, en sécurité au Rwanda, chez le mwâmi Ruhogera qu’il avait autre· fois combattu, mais avec lequel il avait fait la paix depuis. Makombe-fils-de-Nabushi partit tristement passer le reste de sa jeunesse en exil avec son ami Nyabirungu. En préparant ses charges, il avait oublié, précaution élémentaire, de vérifier si quelques dépouilles enlevées aux guerriers du Rwanda lors de leurs razzias au Bushi, n’ avaie nt pas été emportées.

C’est ainsi que, au moment même où Makombe présentait ses respects à Ruhogera, mwâmi du Rwanda, un spectateur curieux remarqua qu’il portait sur lui la lance de Chimena de Kabajonjo qui du temps du mwâmi Kashaza était allé guerroyer par delà le lac et y avait été tué. L’accueil fut, de ce fait, peu chaleureux et au début de son séjour, Makombe dut déjouer plusieurs pièges qu’on lui tendait pour mettre fin à ses jours. Les Rwanda, craignant de nouvelles et toujours couteuses guerres avec le Bushi, ne voulaient pas le tuer ostensiblement. Ils l’envoyèrent plutôt à la mort de manière plus élégante en le faisant entrer dans !es troupes du mwâmi les plus exposées lors des escarmouches. – Exposons-le à l’ennemi, se disaient-ils, et il se chargera de ce travail. Hélas, ce projet échoua. Makombe se battait comme un lion, mais revenait toujours de la bataille avec quelque nouvelle dépouille. Au Ndorwa ou contre le roi du Kisaka, il fut toujours vainqueur. Las des retours victorieux de Makombe, les Rwanda le conduisirent sur une colline infestée de bimputu ou insectes de marais. Ils l’abandonnèrent là sans feu, exposé aux morsures des moustiques. Un cordon de soldats encerclait l’endroit afin qu’il ne puisse pas fuir, ni se procurer du feu pour éloigner les insectes. Nyabirungu, son ami, se trouvait à l’extérieur du cercle. Il se retira à l’écart puis, allumant une feuille sèche, il la fixa sur une lance qu’il jeta en direction de la colline. Makombe se saisit de la feuille embrasée, souffla sur le feu et fit ainsi flamber des brindilles. Quand !es Watutsi aperçurent des lueurs sur la col line condamnée. ils furent stupéfaits, – Eh! On ne peut rien contre cet homme! Comment a-t-il pu s’allumer un feu là-bas, alors que nous surveillons la vallée? Décidément, il est de sang royal et bien digne de succéder à son père sur les terres du Bushi. Ils s’empressèrent de le délivrer et de l’emmener au village pour le rassasier. Makombe, jeune homme formé, revint en son pays en passant par Ishungu, C’est là qu’il apprit le décès de son père Nabushi-Birhenjira. Il se hata de rejoindre le village de Chamaderha, près de Chirunga, où les Batwa l’intronisèrent. Ce retour et l’accession officielle aux fonctions de mwâmi du Bushi, firent entrer dans une nouvelle phase l’attitude de Mwamurhwa, qui luttait toujours pour placer son fils Bujoka à la tête des terres de son époux. Ce fut l’époque de nombreuses escarmouches entre les partisans et ceux de Makombe. Aucun parti ne parvint à prendre le pas sur l’autre. Toutes les familles Bahaya étaient rangées dans un camp ou dans l’autre et durant des années de fréquentes disputes, rixes, embuscades et rapines illustrèrent les légendes de ce peuple destiné à la paix des pasteurs (voir Masson, p. 59-63).

CHAPITRE XIII – COALITION CONTRE MWAMURHWA

Cet état permanent de pillage et de guerilla attristait Nabushi-Makombe. Les meilleurs de ses serviteurs et beaucoup de pasteurs y laissaient leur vie, les troupeaux se décimaient et son pouvoir amputé de la gestion des terres que Mwamurhwa avait reçues comme fief d’épouse royale devenait de plus en plus précaire. Il résolut d’en venir à bout coûte que coûte et se mit à rechercher l’alliance de son ennemi extérieur le plus acharné : Ngweshe-Chinyomarhahongerwa, dit Kwibuka II. Cette politique nouvelle et audacieuse fut le salut du Bushi. Par une nuit obscure, ils se rencontrèrent à Rugohwa. Les conditions de l’alliance stipulaient que, une fois MwaMurhwa vaincue, les terres dont elle avait l’apanage, reviendaient à Kwibuka. Pour sceller cet accord, Makombe donna en mariage à Kwibuka sa fille Nawigamba que celui-ci épousa sous le nom de Mwanabushi et dont il eut deux fils Kasaza et Nkindo.  Tout un jeu de rapprochements, de scissions et de transfuges suivit l’entente des deux anciens adversaires. Signalons la défection de Bahirwe, descendant de Kalangiro par Mukungu et puissant chef du Bunyifo : ce vassal de Ngweshe hésitait à le suivre, estimant que Kwibuka s’était déshonoré en s’alliant aux mains de ceux qui avaient perrmis le massacre de son propre grand-père.

Mwamurhwa, au courant de cette mésentente. usa de diplomatie et réussit à s’attacher Bahirwe à qui elle promit, en cas de victoire, le trône de son cousin Ngweshe.  Entretemps, au camp de la reine-mère rebelle, le fils  qu’elle destinait à la succession de Makomb vint a mourir sans enfant. Afin de ne pas perdre fruit de ses luttes et alliances, en même temps que son influente position au Bushi, Mwamurhwa choisit parmi les femmes es soldats qui habitaient dans l’enc!os de son fils défunt. une d’entre elles avec qui il aurait pu commettre l’adultère. Et elle découvrit que l’épouse de Kirhero élevait un jeune garçon dont le visage était aussi racé que celui dee Bujo ­ Il n’en fallut pas davantage pour qu’elle decidat que c’était certainement un descendant de son fils et qu’elle le prit sous sa brue. Il s’ appelait Nyange.

 La première bataille entre les guerriers de Ngweshe et ceux de Mwamurhwa et Kalangiro eut lieu à Ngando près de Walungu. Au terme d’une nuit froide et pluvieuse, le brouillard humide engourdissait les soldats de Kwibuka et de son fils Rugenge. Depuis une semaine, les nuages gris ne s’étaient pas ouverts et le vent avait sifflé des  hauts plateaux, lugubre et glacial. Les hommes frileux se faisaient petits sous !es peaux tandis que d’autres, recroquevillés entre les pattes de leur vache, regardaient marcher sur le sol froid, Ngweshe qui pressentait l’attaque. Celle-ci vint brutale et déconcertante. Alors que le coq chantait tard, dans un matin assombri, une flèche renversa l’animal au milieu de son cocorico. A peine Kwibuka s’aperçut-il de la chute de l’animal que mille cris effrayants s’élevèrent, tandis que flèches et lances tombaient comme grêle sur le bivouac. Les soldats, éveillés en sursaut, n’eurnt pas le temps de revenir de leur premières surprise qu’ils furent assaillis par des bandes hurlantes de guerriers brandissant leurs glaives enrubannés de peaux de loutres.

Pris à l’improviste, ils ne pensèrent ni à se regrouper, ni à organiser un semblant de résistance. Ils s’égaillèrent dans les taillis environnants. Neuf morts restèrent sur le terrain du camp, ainsi que tous les troupeaux et quelques enfants perdus qui regardaient avec effroi des soudards de Bahirwe trancher le sexe aux cadavres. La lutte continua dans les sous-bois et beaucoup de gens de Kwibuka furent cernés; lui-même, coupé dans sa retraite, se vit un moment entouré de soldats qui ne le reconnurent pas et poursuivirent leur course pour essayer de mettre la main sur le roi. Il s’en fuit, seul, à travers forêts et vallées, jusqu’à Lwenge. Rugenge, fils de Kwibuka, parti d’un autre côté, avait regagné Rubona où sa femme était dans les douleurs de l’enfantement. Depuis la veille, elle était sortie de sa hutte, mais en vain. Rugenge, affolé par cette situation anormale et désemparé par sa longue fuite, envoya un serteur à la recherche de son père avec mission de trouver de l’aide pour l’accouchement de son épouse. L’envoyé rencontra Ngweshe à Lwege; il lui annonça la difficile délivrance de sa belle-fille et lui demanda d’envoyer quelqu’un de sa connaissance. pour la soulager. Ngweshe pensa à Nyamuhirwa dont le premier geste fut un refus : ayant été le premier mari de la femme de Kwibuka, mère de Rugenge, il lui semblait qu’il allait aider à accoucher sa propre belle-fille. Ce qui est interdit. Il cèda cependant sur les instances de quelques notables regroupés et partit pour Rubona. Cette nuit-là naquit le petit-fils de Ngweshe-Kwibuka II que son père appela Lushamba -le-champ -de-bataille et son grand-père Muvunyi-qui-a-brisé-le-pays. Rugenge récompensa Nyamuhirwa en lui donnant une vache et, pour lui ses enfants, le privilège de n’être jamais dépouillé de ses biens.

Lushamba, portant en son nom la tache d’une défaite de sa famille, devait plus tard combattre avec acharnement les Kalangiro et les défaire pour toujours en leur prenant leurs terres du Bunyifo, mais comme marqué par un sort défavorable, il mourut avant son père, sans avoir règné. Kwibuka, battu cette fois, ne se tint pas pour vaincu. Il regroupa ses forces et renoua de meilleurs alliances. D’abord avec Katumpa, parent de Bahirwe, qu’il soupçonnait de briguer purement le pouvoir du Bushi. Il lui paraissait combattre ainsi plus en usurpateur qu’en défenseur du fils de l’épouse de Nabushi. Puis avec Chidende de Murhabâzi, qu’il convainquit par diplomatie de quitter Mwamurhwa, pour rejoindre avec ses nombreuses lances les rangs de coalisés. Dans ces conditions, la guerre de succession du Bushi ne se prolongea plus. Ayant renforcé ses effectils avec les guerriers de ses nouveaux alliés, Ngweshe-Kwibuka attaqua Kalangiro-Bahirwe par le sud, en synchronisation avec Nabushi-Makombe qui envahissait les terres de Mwamurhwa par le nord. Pris entre ces deux mouvements décisifs, Mwamurhwa et Kalangiro-Bahirwe, abandonnés par leurs lieute­nants et les notables qui avaient découvert !’imposture de Nyange, furent contraints de s’enfuir vers !es terres de Kalangiro où Lushamba !es poursuivit. Ils emportèrent dans leur fuite tous les troupeaux et un tambour royal, que Birhenjira avait donné à son épouse. Comme convenu, les terres de la reine-mère furent données à Ngweshe qui y plaça son fils Lubarhuza, frère cadet de Rugenge. Un fils de Kalangiro-Bahirwe, du nom de Kere, qui s’était brouillé avec son père, vint se soumettre à Ngweshe, lui apportant de nombreuses tètes de bétail soustraites au troupeau paterne!, ainsi que le tambour royal de Nabushi enlevé à Mwamurhwa. C’est ainsi que le roi du Nwgweshe se vit confirmé dans son titre : désormais il possedait à sa cour un tambour royal, symbole de la suprême autorité sur le pays, et qui lui avait fait défaut jusque là (voir Masson, p. 65-68).

CHAPITRE XIV – FIN DU REGNE DE MAKOMBE

A la fin de cette longue guerre de succession, Nabushi-Makombe dut lutter contre des bandes de soldats du mwâmi du Rwanda qui rêvait de se soumettre les Bashi. Les razzias continuèrent donc sur le pays, où l’insécurité était toujours aussi grande que du temps des escarmouches entre Makombe et sa belle-mère. Les hordes de Rwanda exercés brulaient !es vìllages, emportaient les troupeaux ou ravageaient les champs de sorgho. Tant fut misérable cette période de désolation dans un pays appauvri par des dissensions intérieures et !es dévastations des soldats étrangers que les conteurs disent que l’on rapportait les dépouilles au Rwanda par paniers entiers.  Nabushi-Makombe, pour venir à bout de Mwamurhwa, avait, nous l’ avons vu, demandé le secours de Ngweshe qu’ìl avait récompensé des terres de la reine­mère.  Avant de mourir il voulut compenser cette perte territorial en importante et, se retournant vers le nord, se mit à repousser les Bahavu au delà de la rivière Lwiro. Ces Bahavu avaient déjà été refoulés par Mwerwe qui, lui aussi, essayait de récupérer les terres que lui avait ravies Weza. Ce que Nabushi perdait au sud, il le regagnait régulièrement au nord, au détriment des Bahavu qui eux, se retournaient contre les Bahunde (voir Masso, p. 71).

Makombe avait un fils brave du nom de Bigomokero qui, plein d’audace, montait toujours à l’assaut avec !es premiers guerriers et, pour cela, était très estimé par son père. Il n’était pas né avec les graines de sorgho et, de ce fait, ne pouvait régner.

D’autre part, Lulira, fille de Chiroyo et deuxième épouse de Makombe, lui avait donné deux fils qu’elle aurait voulu voir succéder à son époux. Prenant ombrage de l’amitié du père avec Bigomokero, elle semait la haine à chaque occasion dans le coeur de ses deux fils. – Chibumbiro et toi Rushura, mes fils. Regardez Bigomokero. Il est brave et fort comme un taureau. Son père l’admire et essayera certainement de lui réserver sa succession. Prenez les armes contre lui pour l’éliminer. Makombe, devenu vieux et las des guerres, laissait tout le soin de l’entreprise contre les Bahavu à ses fiils. Mais quand il apprit que ceux-ci se jalousaient et ne respectaient plus l’autorité de Bigomokero, il es rejoignit à Mushubangalo. – Je ne veux pas, leur dit-il, que Bigomokero meure! Soyez mes fils et aidez votre frère à conquérir les terres des Bahavu, pour assurer l’aisance du clan. Soyez à ses cotés au combat et ne le trahissez plus. Mais le vieillard, en réconciliant ses trois fils, avait cru trop vite qu’il avait réussi. Abusé par les exploits guerriers et la puissance du bras de son ainé, il n’avait pas vu que celui-ci, en poursuivant les Bahavu, n’avait pas la moindre intention de rattacher les terres conquises au Bushi et de les mettre sous l’autorité de son père. En réalité il se taillait une principauté indépendante et assurait le pouvoir de ses propres enfants plutot que de celui qui succéderait à son père. Nabushi-Makombe, peiné mais décidé à ne pas transiger quand il s’agissait de respect à l’autorité royale, reprit les armes contre Bigomokero, son bien-aimé (voir Masson, p. 72).

Il fit alliance avec Nsibula, chef des Bahavu que refoulait son fils, et Ntokosa, chef des clans de l’île ldjwi. Ensemble ils attaquèrent Bigomokero dans ses nouveaux pâturages. Leur pacte fut vain et le fils rebelle vint à bout de toutes les rencontres. Il repoussa même les Bahavu jusqu’à la Nyawarongo, se rendant ainsi maitre de tout l’Irhambi, région comprise entre la Lwiro et la nouvelle frontière . Bigomokero, premier chef de Katana, mourut au cours de ces derniers, combats mais fut relevé par son fils Nchiko qui l’égalait en fougue et en impétuosité.

 A cette époque se situe une attaque des Rwandais. Lwabugiri, fils de Lwogera et, comme lui, mwâmi du Rwanda, espéra profiter de toutes les querelles intestines qui, tant chez les Nabushi que chez Ngweshe-Rugenge, mobilisaient toutes les forces vives du Bushi, pour y faire irruption. Il commença par s’infiltrer dans les iles d’Idjwi, Ishovu, Binja et Ngombo, ainsi que dans toutes les langues de terres ou d’ilots du sud du lac. Avec un grand rassemblement de troupes en armes, il attendait sur la presqu’île de Nyamirundi, qui affleure le sud de l’île d’ldjwi, le moment propice pour déclencher l’invasion. Il attaqua par le sud du Buhavu. Sa première rencontre avec Katana -Nchiko, fils de Bigomokero, fut une victoire. Ce dernier resta au nombre des morts. Il redescendit vers le sud pour se heurter à Nabushi-Makombe à la limite de son territoire, sur les rives de Lwiro. Nabushi, malgré son grand âge et la faiblesse de ses bandes épuisées par de longues luttes ininterrompues, avait de nouveau fait face . Dans une forte coalition, il avait réuni tous les chefs des environs menacés par l’invasion des Watutsi. Dans un geste de solidarité, ils avaient ligué leurs armes contre l’ennemi extérieur plutôt que de poursuivre leurs luttes internes et fratricides . Il y avait là Ntokosa, chef des clans (voir Masson, p.73) de l’ile Idjwi, dépossédé par Lwabugiri, Karhana, successeur de Nchiko qui désirait venger son père et reprendre son patrimoine à l’envahisseur. De son côté, pour faire face à ces alliances, Lwabugiri s’entendit avec Kwibuka II, roi du Ngweshe, pour qu’en même temps que se déroulerait son assaut par le nord et l’est, il prenne l’offensive au sud contre Makombe. Pris entre deux mouvements, les coalisés furenl complètement battus et Katana-Karhana ne fut pas plus heureux que son père. Lwabugiri rentra au Rwanda laissant deçi delà quelques hordes de soldats chargés de piller et de terroriser le Bushi. Makombe mourut triste et déchiré. En revenant du Mushubangabo au Buhaya, il se sentit pris par la maladie : sa poitrine le brulait comme un fer rouge. Il voyageait sur un brancard fait de deux bambous et d’une peau de vache, balloté au rythme rapide des pas des porteurs. En traversant la rivière Murhundu, un serviteur glissa sur une pierre couverte de mousse et la litière se brisa. Le vieux chef tomba sur les roches et se fractura la jambe. Il s’éteignit après deux jours de voyage, dans le bercement régulier de sa civière itinérante (voir Masson, p. 74).

CHAPITREXV – LA GUERRE DES VAILLANTS

Pendant ces événements, une longue période de luttes se déroulait à la cour de Ngweshe-Kwibuka II. Les nobles et leurs gens d’armes se mesuraient toute occasion, nouant des alliances qu’ils dénonçaient sans raison, scellant des pactes pour être tout à coup ennemis de leurs amis de la veille. Kwibuka suivait ces disputes sanglantes avec intérêt, car elles lui permettaient d’assurer son autorité sur la faiblesse des vassaux trop occupés à s’entretuer et de comparer les vaillances diverses des jouteurs. Lui-même, Rugenge son fils et Lushamba guerroyaient périodiquement contre les Kalangiro; mais encore Rugenge entrait périodiquement en querelle avec son cousin Chibambo ou avec Kere, Mpango ou Rugina, fils de Kalangiro-Bahirwe. Le souvenir de ces temps est sinistre. Comme au Bushi pendant la guerre intestine contre Mwamurhwa, chaq ue escarmouche laissait quelques guerriers sur le terrain ; la fréquence des rencontres décimait la jeunesse du pays. On ne rencontrait plus sur les collines que des veuves et des vieillards, dont les troupeaux avaient été volés ou égorgés. Dans la misère générale, les orphelins déroutés attendaient la fin des guerres de cour pour retourner en paix aux champs. Le premier noble avec lequel Rugenge se prit de querelle fut Chibambo. Descendant direct, par Muyangwa et Ntabana de Weza, du premier mwarni du Bushi, il était le lointain cousin de Rugenge. Le jour de ses noces avec Nakahemba, fille du mwâmi du Bushi, Chibambo avait invité à la fête princes, notables, courtisans et chefs de colline. A leur tète se trouvait évidemment Rugenge. Déjà la lune était haute et !es vapeurs de l’ivresse embrumaient !es têtes des invités quand les danseurs de Rugenge entrèrent en !ice. .Avan t leur numéro, !es troupes des autres invités s’étaient produites sans recueillir le succès, de celle de leur hote. Pendant !es danses. Chibambo ainsi que Ru­ genge s’étaient retirés à l’écart pour vider à l’aise quel­ ques calebasses d’alcool spécial. Comme !es danseurs du prince héritier, à leur tour, se montraient inférieurs à la troupe de Chibambo, !es spectateurs indigènes, excités par la bière, se mirent à les insultar. Honteux d’avoir été surpassés à la danse et d’avoir essuyé des quolibets pour leur manque d’entrain les danseurs et la suite de Rugenge se fachèrent et, sans l’attendre. prirent en pleine nuit le chemin du retour. Autour des braises du foyer, Rugenge avait demandé à son cousin de lui donner un tout jeune taureau appar­tenant à son sous-chef. Ce que fil Chibambo ajoutant, en hommage à son futur roi, quelques belles vaches qu’ il avait dans une hutte voisine. Quand Rugenge sortii de l’enclos avec ces bêtes. il apprit que ses danseurs, méprisés, étaient déjà partis. Il se h&ta donc pour !es rejoindre en route. C’est à Murhaza qu’il !es retrouva, ivres et ressas­ sant !es insultes essuyées à la danse. En maugréant ils suivirent Rugenge et son troupeau jusqu’à la rivière Ngombo. Puis passant sans plus s’occupar de lui ni de ses bêtes, ils l’attendirent sur la rive opposée. – Eh ! criait Rugenge, aidez-moi à faire passer le beau taureau que Chibambo m’a donné en cadeau ! (voir Masson, p. 75-76)

– Pourquoi t’aiderions-nous à faire passer le beau taurea u que t’a donné en cadeau celui qui commandait  ceux qui se moquèrent de nos pas de danse ? Nous ne t’aiderons pas Rugenge. – Aho ! Venez, je ne puis seul le conduire d’une rive à l’autre ! – Non, nous ne t’aiderons pas Rugenge. Et par-dessus les ilots noirs qui s’écoulaient dans le calme de la nuit, le dialogue continuai! : – Venez, repassez l’eau! Ainsi le troupeau arrivera dans mes terres. Alors las de ces supplications, Rugenge leur proposa : – Eh ! vous refusez le bétail de Chibambo parce que ses gens se sont gaussés de vos danses. Il n’entrera donc pas sur les terres de Ngweshe. Venez ici, et sur cette rive nous abattrons le beau taureau et les vaches fertiles pour en manger la viande. Ils revirent sans plus discuter et aux lueurs de l’aube naissante, tuèrent et mangèrent à Ntangazibwa, sur les rives de la Ngombo, le bétail que Rugenge avait reçu en cadeau. Dès qu’il apprit ces faits. Chibambo fut très mécontent : – Pourquoi Rugenge a-t-il tué en route les vaches que je lui avais données? Quelles sont ces manières : n’étaient-elles pas dignes de lui? je les avais prises dans ma propre étable et la nuit même il les débite, voilà qui pourrait bien le faire aller dans sa tombe ! Et l’inimitié commença. Les deux antagonistes, puis leurs enfants se harcelèrent sans trève. Une insulte bénigne, une femme disputée., une vache égarée, un champ contesté, devenait prétexte à des expéditions où Rugenge et Chibambo se volaient, incendiaient, décimaient réciproquement leurs troupeaux (voir Masson, p. 77).

Rugenge n’en vint à bout que, bien après la mort de son père, à l’époque où lui-même régnait sur le Ngweshe, en tuant Chibanvunya, fils de Chibambo. Tous ceux qui, dans la force de l’âge, avaient participé aux premières rencontres, étaient vieux et grand­pères quand la lutte s’éteignit. D’un autre coté, Chibambo. faisait la guerre aux Kalangiro. Dès que la chose était possible il envoyait ses soldats piller !es terres de Rugina, dernier chef de cette famille. Ces expéditions lui procuraient de nombreuses têtes de bétail à peu de frais. Un jour même ses hommes tuèrent le chasseur de Rugina, Nyamandeje. Une autre fois, Bihabura, petit-fils de Chibambo, voulut par surprise tuer les notables de Kere. S’étant caché avec quelques guerriers dans les fourrés, il déclencha une pluie de flèches sur le lieu de leur réunion. Mais les traits firent défaut avant même qu’un seul ne fut touché et ils furent forcés de se retirer précipitamment pour éviter d’etre égorgés par !es soldats de Kere. Kere entreprit de ne plus permettre d’agressions de ce genre et de se venger cruellement. . Au cours d’ une ronde qu’il effectuait avec quelques hommes de sa suite, il vit, menant ses bêtes aux champs, Bihabura. Ce fut un jeu pour la bande de s’emparer de l’adolescent. – Grâce, leur crait-il, je vous donnerai mon troupeau, mais laissez-moi la vie sauve !  Mais se souvenant de sa sauvage et hypocrite agression contre leurs Anciens, les soidats, sourds à ses supplcations, le blessaient de leurs lances, lui répondant par des injures. Bihabura, dans une flaque de sang, se trainait en pleurant :  – Eh ee! Ne frappez plus! Si vous m’avez blessé, je resterai impotent, mais laissez-moi la vie… la vie! Eh ! Fils de Kere ne me tue pas ! (voir Masson, p. 78).

Un grand gaillard, au corps nu ruisselant de sueur et coiffé de poils de singe, lui coupa le cou de son glaive. C’est ainsi que Kere et ses gens tuèrent un important muluzi de Chibambo, Bihabura son petit-fls. Kalangiro-Rugina, lorsqu’il apprit l’exploit de son frère, le désavoua. Puis, voyant qu’il manœuvrait contre lui à des fins politiques, il prit tout de bon le parti de s’allier avec Chibambo contre Kere plutot que de devoir combattre l’un et l’autre. Ils firent ensemble le pacte du sang et décidèrent d’atta quer Kere le lendemain même de la cérémonie. Parmi !es courtisans de Rugina, il s’en trouvait un Chijanda , à qui il avait fait un jour enlever une vache et qui attendait patiemment l’heure de la vengeance. Chijanda s’introduisit cette nuit-là dans la hutte du conseil de guerre entre Kalangiro-Rugina et Chibambo. – Sors d’ici Chijanda, lui dit Rugina·, tu n’es pas chef de guerre pour prendre part à notre conseil. Chijanda fit un pas vers le couloir de sortie, puis se retournant devant l’ouverture, regarda son maitre avec des yeux bagards. – Eh! Je t’ai dit de sortir n’ est-ce -pas ? Chijanda se coucha sur une litière en mugissant. – Est-ce bien cela que je t’ai dit de faire? questionna Rugina en s’exclamant devant les gestes de son serviteur. Et Chijanda sauta prestement sur les lattes accrochées au-dessus du foyer en piaillant comme un oiseau. Tous les chefs présents riaient à gorge déployés persuadés que leur ami était devenu fou. Puis revenant à leurs projets de bataille ne pretèrent plus attention à lui. Cette folie était évidemment simulée pour apprendre en détail le plan d »attaque. Une fois la nuit tombée. Chijanda s’en fuit rapporter à Rugenge, toujours ennemi de Chibambo, tout ce qu’il avait appris . (voir Massson, p. 79).

Rugina, accompagné de ses soldats et de ceux de Chibambo, devait partir à l’aube détruire le village de Kere, abandonnant Chibambo seul en son enclos avec quelques invalides., les femmes, les vieillards et les gardiens de troupeau. Ngweshe-Rugenge, toujours à l’affut d’une occasion pour détruire les biens de son adversaire, mit celle-ci à profit et fit sur l’heure réunir ses gardes. S’étant mis en route dès le lever du solei!, ils investirent sans difficulté le village quasi désert de Chibambo. Ils tuèrent tous les êtres vivants, firent main basse sur les troupeaux et s’emparèrent de Chibambo, décontenancé par cette attaque surprise, ils l’emmenèrent à Rubona, résidence de Rugenge, cependant que quelques hommes restaient à Burhale pour fêter dans la débauche leur victoire facile… – Tu verras, disait Chibambo à Rugenge sur le chemin de Rubona, mes guerriers sont de vrais hommes et lorsqu’ils reviendront de leur expédition contre Kere, ils me vengeront, Surtout ne me tue pas: car ils prendront sur toi une éclatante revanche. Au milieu de la tuerrie de Burhale, un berger s’était échappé et courrait à travers collines et forêts pour rejoindre les bandes de Chibambo et de Rugina en expédition contre Kere. Lorsqu’il les rattrapa, l’engagement était terminé et ils partageaient déjà le butin. – Oh ! Ecoutez ! Ngweshe-Rugenge est venu à Burhale pour y prendre Chibambo. Vos femmes sont mortes et vos bêtes enlevées. Encore tout excités par le combat qui venait de prendre fin, les hommes reprirent leurs armes et revinrent en hate au village pour venger chef, familles et troupeaux. Ils firent leur entrée à Burhale et décimèrent en un tour de main les soudards ivres ou épuisés par l’orgie. Quelques fuyards se heurtèrent aux hommes de Zagabe. (voir Masson, p. 80).

L’illustre fils de Weza, qui s’était uni à Chibambo, et se fils se furent tous égorger. Cette journée, qui avait vu tant de combats et d’alternatives diverses et imprévues, fut appelée «jour-des­ vaillants-combattants» en souvenir des nobles et des guerriers qui, dans tous !es camps, avaient trouvé la mort en grand nombre. La désolation et la fureur des veuves et orphelins était partout si grande qu’on huait les soldats et que Rugenge et son prisonnier Chibambo n’osaient plus sortir de l’enclos pour se montrer en public. (voir Masson, p. 81).

C H A PITRE XVI – FIN DU REGNE DE KWIBUKA II AU NGWESHE

Chirhahongerwa-Kwibuka II regardait toutes ces querelles avec flegme, encourageant l’un, aidant l’autre suivant qu’il était de bonne politique de favoriser un camp ou de secourir l’autre. Il ne voulut cependant pas mourir sans avoir établi chez lui une cérémonie qui consoliderait à jamais le pouvoir de la famille de Ngweshe et l’indépendance de leur pays vis-à-vis du mwâmi Nabushi. Il réunit donc les conseillers de la cour et décida avec eux de créer la fête du mubande qui aurait lieu toutes les années pour renouveler ou invalider les pouvoirs donnés au roi au nom des ancêtres. Ceci se ferait suivant les divinations des sorciers lisant les signes des ancêtres royaux dans les bracelets, l’eau bouillante et !es entrailles d’un bélier noir d’un an. Ngweshe prétendait détenir son pouvoir de Namuhoye au même titre que Nabushi puisque, comme lui, il était issu de cette famille sacrée qui avait un jour émigré au Bushi pour le conquérir. Il avait d’autre part acquis les signes tangibles de son pouvoir suprême : le feu donné à Weza par le pygmée et la plume rouge qui lui avait été mise sur le chef. Kere lui avait apporté un tambour royal. Il lui restait d’instituer une fête périodique qui se célébrerait au renouveau de la saison des pluies. (voir Masson, p. 83).

Depuis ce jour, c’est en comptant ces cérémonies que les habitants de Ngweshe comptent les années de vie. Rugenge, fils de Kwibuka II la célébra vingt-six fois, Ruhongeka et Mafundwe vingt-quatre fois et Muhigirwa six fois. A la cour de Ngweshe vivait une servante de son épouse Mwanaluganda, du nom de Nakaleya. Au cours d’une de ses visites à son père, Rugenge la féconda en secret. Mais quand on vit qu’elle était enceinte et qu’on apprit que le fils du roi en était responsable, Kwibuka la fit jeter vivante du haut de la falaise de la Nyabwima. Cette disparition n’empêcha pas le mauvais sort d’accabler le roi et, à cause de l’incartade de son fils, il fut frappé d’hydropisie. C’est de cette maladie qu’il mourut. Apprenant la nouvelle, Rugenge se rendit chez le défunt pour y recevoir la première intronisaìion officielle des descendants de Weza, selon le rite fixé par son père Kwibuka II. Ne pouvant s’habituer au climat de Lurhala, Rugenge s’en retourna, après l’intronisation, à Rubona. Mal lui en prit : ses jambes se mirent à s’ankyloser au point qu’il ne pouvait plus faire un pas. Sur le conseil de sa cour et des gardiens de la coutume, il se fit porter en litière à Lurhala, résidence royale, où son mal disparut. A cette époque, Chibambo était toujours prisonnier de Rugenge. A l’occasion de son intronisation, il décida de le libérer et de le renvoyer sur ses terres. Il désigna donc deux notables, Nyangezi-Lubarhuza et Rusengo, pour l’accompagner et escorter les troupeaux qui retournaient avec lui. Mais arrivé à Burhale, Chibambo convoqua ses notables, chefs et sous-chefs pour leur annoncer son retour et la grâce que lui avait faite Ngweshe-Rugenge. (voir Masson, p. 84).

Au lieu des nombreux et jeunes guerriers et barons qui autrefois répondaient à ses appels, il vit venir à lui quelques rares vieillards qui lui racontèrent comment tous les autres avaient été massacrés sur l’ordre de Ngweshe pendant sa déportation. Alors Chibambo se mit en grande colère. Il insulta les deux notables qui l’avaient ramené chez lui et, n’aurait été l’opposition de ses gens, il les aurait tués. Se contentant de les bousculer sans grand mal, il refusa de leur donner le taureau que traditionnellement il aurait du leur offrir pour l’avoir accompagné dans ses terres. Nyangezi-Lubarhuza et Rusengo le quittèrent bien vite et racontèrent au roi leur mésaventure. Celui-ci se félicita et recommença à persécuter Chibambo. Toujours en fuite et abandonné de beaucoup de ses amis, Chibambo mourut à peu près seul, laissant ses éphémères pouvoirs à son fils Chibanvunya. Ce dernier, toujours poursuivi par la colère de Ngweshe, se réfugia chez Kabugi, puis au Burhinyi. Par la suite, il se réconcilia avec Rugenge et obtìnt le territoire de Mululi au Nduba.

 Lushamba, fils de Rugenge, après de longues an­nées de luttes et d’alliances dénouées puis reformées, décima complètement les Kalangiro. Il s’empara de toutes leurs terres et se construisit deux résidences principales : une à Rubona, où avait longtemps habité son père, l’autre à Kazimu. Son épouse Mwakarholero partit à Burhale, ancien fief de Chibambo, avec son fils Lirangwe. (voir Masson, p. 85).

CHAPITRE XVII – FAMINE ET INVASION AU BUSHI

Depuis le départ des troupes victorieuses de Lwabugiri mwâmi du Rwanda, seules quelques querelles intérieures illustèrent l’histoire du Bushi. Mais après la mort de Ngweshe-Kwibuka II, Rugenge son fills et successeur, fort de l’amitié que lui portait Lwabugiri avec qui il avait combattu Nabushi-Makombe, crut qu’il allait pouvoir se considérer comme suzerain de ceui-ci. Il serait ainsi devenu «de facto» mwâmi de tout le Bushi. Nabushi-Byaterana qui avait succédé à Makombe et la famille de Katana lui semblaient des proies, faciles. Mais contrairement à ce qu’il pensait, le mwâmi du Rwanda ne vit pas avec satisfaction ces projets qui, fortifiant le pouvoir de Ngweshe, pouvaient un jour se retourner contre lui. Mettant les impératifs de sécurité de son trône avant les liens traditionnels d’amitié qui unissaient les Ngweshe à sa famille, il traversa la Ruzizi Cyangugu et marcha contre Rugenge. Celui-cL pris au dépourvu, réunit à la hate le plus grand nombre possible d’hommes en arme à Ntego. Ils vinrent par milliers. Mais leur enthousiasme était très limité : la famine naissante et !es allures orgueilleuses de Rugenge leur (voir Masson, p. 87 ) donnaient mauvais moral. De plus, partagés les uns des autres par la longue suite de dissensions civiles qui venaienl de se terminer, ils se méfiaient les uns des autres et refusaient de s’ aligner avec leurs adversaires de la veille. Dans ces conditions, Lwabugiri ne fut pas en peine de les enfoncer, de conquérir tout le sud du Bushi soumis à l’autorité de Rugenge et dans son élan, d’arriver­ sans coup férir sur les hauteurs de la Murhundu. Là, il se heurta aux troupes de Nabushi-Byaterana, mobilisées une fois de plus pour défendre le pays. A ses soldats s’étaient joints ceux de Katana, venus en grand nombre. Les combats durèrent une demi-lune. Embuscades succédaient aux batailles rangées. Cachés dans les taillis, les Bashi surgissaient tout-à-coup sur les Watutsi au repos ; puis, la nuit suivante, réapparaissaient en un autre endroit pour harceler les bivouacs des envahisseurs. Les Bashi perdirent plusieurs bons guerriers, dont Rutebuka, le propre fils de Byaterana ; mais leurs pertes furent infimes comparées à celles de Lwabugiri. Desavantagées par une inexpérience du terrain, ses compagnies tombaient de piège en guet-apens, des massacres en déroutes. Ayant perdu ses principaux lieutenants, Lwabugiri prit la fuite et regagna ses terres pour laisser le Bushi libre et indépendant. Libre, mais combien ravagé et appauvri par ces luttes internes et invasions cruelles ! Les hommes, pour porter les armes, ne surveillaient plus les femmes aux champs; les adolescents morts n’avaient pas pris femme ni laissé d’enfants mâles . Les villages toujours en état de guerre, abandonnaient les travaux élémentaires : on craignait de s’écarter du cercle des huttes pour semer ou mener paitre les vaches. L’insécurité des sentiers, les besoins de guerre avaient anéanti le petit commerce de troc qui commençait à naître. De plus. la sécheresse s’était abattue sur le pays et dans un ciel noir, le Kahuzi crachait des cendres qui stérilisaient les terres cultivées. Famine et misère régnaient partout. Quelques vivres arrivaient de la Lwindi, mais en trop petites quantités . Les survivants des combats mouraient en masse. Les uns vendaient leurs enfants contre de la nourriture, les autres tuaient pour voler les greniers les moins vides. Chihwe-la-famine-mystérieuse fit plus de tort au pays que cinquante années de guerres. A la fin du règne de Byaterana, la peste bovine vint ravager les troupeaux. Survint la mort de Lushamba -fils-de-Rugenge, un an plus tard celle de Ngweshe-Rugenge, puis celle de Nabushi-Byaterana , mwâmi du Bushi. (voir Masson, p. 88-89).

CHAPITRE XVIII – PREMIERE LUTTE DE RUTAGANDA CONTRE LWABUGIRI

Selon la coutume et les voeux de son père, ce fut Rutaganda , dernier des treize fils de Byaterana, qui fut intronisé mwâmi du Bushi. Etant donné son jeune âge, la régence échut à sa mère Mugenye de la famille Baroy. Au-delà de la Ruzizi, Lwabugiri qui avait été refoulé du Bushi avec de grandes pertes, veillait, attendant le moment favorable pour exercer une vengeance qu’il voulait terrible. – Jamais, disait-il, Nalwanda n’a été vaincu par un seigneur ! Je ne ferai pas mentir les légendes et me vengerai des échecs essuyés au Bushi. Il lui sembla que la jeunesse de Rutaganda déforçait sa puissance et il résolut d’attaquer sans tarder. Il rassembla ses guerriers et vint camper à Mululu, sur la rive est de la Ruzizi, en face des monts Kabungu. Les Bashi, fiers de leur dernière victoire et avertis par des veilleurs des mouvements de Rwabugiri, s’en vinrent en foule se poster dans les falaises rocheuses qui surplombaient la rivière en face du camp des Watutsi. A portée de voix, les deux armées s’insultaient et se conspuaient sans en venir aux mains, jusqu’au jour où du coté des Bashi une voix lança par-dessus la vallée: (voir Masson, p. 91).

Eh ! Lwabugiri, je te souhaite de mourir sans enfant mâle ! Toi qui mange la souris et le chien, tu n’es pas plus noble qu’un vulgaire paysan ! Piqué au vif, Lwabugiri fit sonner les trompes en cornes de vaches et ordonna de franchir les eaux. Quand les premiers guerriers aux têtes couvertes de fibres eurent passé avec difficulté dans le courant vigoureux de la rivière, ils se trouvèrent devant des rochers abrupts de plusieurs centaines de pieds qu’ils devaient escalader. Embusqués, comme des aigles aux creux des failles, les soldats de Rutaganda, le mwâmi­enfant, les arrosaient de flèches et de pierres qui les faisaient reculer. Coincés sur la petite langue de limon. entre les eaux grondantes et les falaises, d’où traits et projectiles leur tombaient dessus, les Rwanda étaient -en proie au plus grand désordre. C’est alors que, dévalant de leurs postes en surplomb, les Bashi attaquèrent, glaive au poing . Affolés, ne retrouvant plus l’endroit précis du gué, les Watutsi se laissaient transpercer sur place où, plongeant dans la rivières, se laisaient emporter dans une gerbe d’écume qui étouffait leurs hurlements. Certains réussissaient à revenir près de la berge, mais là, leurs ennemis féroces les attendaient pour les renvoyer dans le courant, une lance entre les épaules. Les cadavres s’accrochaient aux rochers émergeants ou s’échouaient dans les accidents de la berge rocheuse. L’eau se mêlait de sang et bavait au creux des criques une mousse rougeâtre. Le massacre se termina dans les dernières injures des Bashi surexcités, qui accablaient de sarcasmes les rescapés ruisselants d’eau et de sang qui se hissaient honteux sur la rive opposée. – Seul l’eau nous a vaincus, se répétaient les Watutsi pour excuser leur mauvaise tactique. (voir Masson, p. 92).

– Sonnez les olilants de Chiraba, déliraient les Bashi, se souvenant que cette terre devenue glorieuse appartenait au sous-chef Chiraba. Et dans le soir tombant, les cris de deuil et de désolation se mêlaient aux chants de victoire pour monter avec le grondement sourd de la Ruzizi, vers l’échancrure ardoise qui fermait la vallée sanglante. Le dépit de Lwabugiri fut porté à son comble. Sans abandonner, il fit reconnaitre les meilleures endroits de passage et, avec une armée énorme se mit à attaquer par les sites moins escarpés et les gués plus larges . Ses razzias semaient la terreur chez les Bashi de la rive, car les Watutsi tuaient tous les êtres vivants et emportaient le bétail. Chiraba, sous-chef de Nabushi, s’enfuit au cours d’une de ces expéditions de terreur, avec deux cents vaches de ses troupeaux vers le sud, sur le territoire de Nyangezi. Celui-ci, parent et allié de Ngweshe, et par conséquent ennemi de Chiraba et de son suzerain, fit main basse sur le bétail et le chassa plus au sud encore, jusqu’ au pays de Nyakaziba qui se tenait à l’écart des luttes de famille et l’accueillit comme son frère. (voir Masson, p. 93).

CHAPITRE XIX – LUTTES D’INFLUENCES

A la mort de Rugenge, aucun de ses fils ne pouvait lui succéder. Lushamba et les autres étaient morts en combats et il ne restait que Muchiga. Mais les nobles n’en voulaient pas. Ils ne voulaient pas être commandés par un homme qui avait vendu ses trois enfants aux jours de la famine. Ce fut donc Lirangwe-fils-de­Lushamba qui fut investi comme roi du Ngweshe. A ce moment, lui-meme avait déjà un grand fils du nom de Ruhongeka. Feu Nabushi-Byaterana comptait parmi ses épouses une certaine Namuloko dont Ngweshe-Lirangwe avait épousé la soeur Nakesa. Ces deux filles étaient nées de Chiragira, lui-même descendant du fameux Nyiganda qui dans les temps lointains avait sauvé Nabushi-Kamomè et dont la famille était respectée dans tout le pays. C’était, nous l’avons vu à l’époque, des Rwanda émigrés ; ils portaient le titre honorifique de mwâmi et donnaient coutumièrement leurs filles en mariage aux nobles baluzi. Les Nyiganda étaient très riches, ils habitaient Iganda où ils possédaient cinq mille vaches, ils étaient vassaux du mwâmi du Bushi. Lorsque Nabushi-Byaterana mourut, Rutaganda, âgé de deux ans, avait été désigné pour lui succéder de préférence à tous ses frères ainés. Or, ce Rutaganda avait pour mère Mugenye. Ceci excitait la jalousie de Namuloko qui, n’ayant pu placer son fils Ruhangara sur (voir Masson, p. 95).

le trône du Bushi, se voyait frustrée du titre de reine­mère. Elle se mit donc à comploter pour renverser Rutaganda et le remplacer par Ruhangara. Ses premières tentatives furent un échec : tous les fidèles qui se souvenaient des paroles de Byaterana soutinrent Rutaganda . Elle se tourna alors vers Nalwanda dont les bandes dévastaient à ce moment la rive ouest de la Ruzizi, pour renverser le mwâmi. Nalwanda envoya un de ses vaillants capitaines, Rwanyonga, avec ses sbires, il réussit à défaire la garde de Nabushi-Rutaganda. Celui-ci s’enfuit à Ninja précipitamment que le tambour qui contenait le crâne de son père tomba entre les mains des Rwandais, qui l’emportèrent chez eux. Ruhangara monta sur le trône. Sur le conseil des fidèles qui l’avaient accompagné dans sa fuite, Nabushi-Rutaganda s’en vint demander aide à Lirangwe, roi du Ngweshe. Il renouvelait ainsi le geste de Nabushi-Makombe qui, autrefois, en difficulté dans la défense de ses prérogatives, s’était rapproché de Ngweshe-Kwibuka-Chirhahongerwa . Lirangwe y consentit avec d’autant plus d’empressement qu’il avait des vues matrimoniales sur Mugenye restée jeune et belle dans son veuvage. Le désir secret de Lirangwe était sans doute, par une habile politique de mariages, de provoquer la fusion des deux peuples Bagweshe et Bahaya, dont il serait devenu le seul mwâmi. Il épousa la veuve de Byaterana à Bugobe. Ce mariage s’ était décidé contre l’avis de la plupart des notables du Ngweshe. Mais le roi ne les avait pas écoutés. Lorsqu’il partir la rejoindre, il n’y eut que quelques jeunes gens pour l’accompagner, tant son entourage désapprouvait son geste. Nakesa, première épouse de Lirangwe, jalouse de le voir prendre dans sa couche la rivale heureuse de sa (voir Masson, p. 96) soeur Namuloko, et craignant tout-à-coup que son fils Ruhongeka ne puisse un jour devenir roi du Ngweshe (ni elle-même reine-mère), décida d’intervenir. Elle prépara une corbeille de cadeaux précieux dont nul ne sait jamais l’inventaire. Le seul qui, par indiscrétion avait vu la préparation du panier, fut tué avec toute sa famille. Les conteurs, qui prétendent tout savoir parlent de colliers de perles colorées et de bracelets de cuivre : ce ne sont que bavardages. Elle envoya son présent au Rwanda, chez un parent de sa famille du nom de Rukabya en lui demandant d ‘organiser une expédition au Bushi pour tuer son époux avant qu’il n’ait d’enfant mâle de sa nouvelle épouse. Ainsi elle assurait le règne de son fils Ruhongeka au Bushi. Rukabya devait également faire disparaitre la régente Mugenye pour assurer au fils de Namuloko le pouvoir au Bushi … Rukabya envoya en pleine nuit un commando de Watutsi à Bugobe, qui attaqua dans leur sommeil les baluzi qui y résidaient. La surprise fut complète et aucun soldat n’avait d’arme en main lorsque les Watutsi firent irruption dans les huttes. Lirangwe, réveillé en sursaut par les cris, sauta de sa litière et sortit de l’enclos pour prendre la fuite. Mais à peine avait-il fait quelques pas dehors qu’il entendit Mugenye crier de peur sur sa couche. Plutôt que de s’échapper facilement, il revint en arrière pour la rechercher. Des Rwandais l’aperçurent. En vrai roi du Ngweshe qu’il était, il saisit sa lance et fit face. Adossé à la hutte, il tint en respect ses agresseurs et au premier choc fit mordre la poussière à trois d’entre eux. Jusqu’à l’aube il résista à leurs assauts. Enfin, épuisé par un vain combat, il se laissa percer d’une lance et s’écroula sur le seuil de sa case. Les (Masson, p. 97) soldats s’y précipitèrent et se saisirent de Mugenye. Ils l’obligèrent à les suivre, mais à Muhumba la tuèrent et lui ouvrirent le ventre. lls lui arrachèrent des entrailles les deux enfants dont elle était enceinte. Pendant tous ces duels, les deux gardiens de Rutaganda, Nkunguli et Nyanbyale, qui dormaient avec leur maître dans une hutte écartée, le réveillèrent en hâte et partirent sans bruit, le sauvant ainsi d’une mort certaine. Ils traversèrent la forêt et le conduisirent à Naluhwinja, qui l’accueillit en ami. Quand Lwabugiri fut mis au courant de cette expédition, il en fut très mécontent. Il ne concevait pas qu’on put assassiner Ngweshe-Lirangwe dans l’intéret d’autres nobles. Il s’emporta tellement qu’une sueur froide l’envahit et qu’un grand mal de poitrine le saisit. Il n’en restait pas moins seul maître au Bushi. Ngweshe-Lirangwe mort, la reine-mère régente du Bushi égorgée, Nabushi-Rutaganda disparu, il décida d’établir au Ngweshe Ruhongeka et au Bushi Ruhangara, tous deux fils des deux soeurs Nyganda de race Rwanda. Le Bushi devenait une sorte de protectorat de Nalwanda. Ruhongeka était très jeune. En attendant sa majorité, Nakeza-la-fourbe s’installa reine-mère. Elle se mit à distribuer terres, vaches et trésors à ses amis et partisans. Cette situatfon n’allait pas sans déplaire aux Anciens. Du coté de Ngweshe, ils voyaient au pouvoir une femme étrangère et partiale qui dìlapidait le patrimoine royal en faveur des membres de sa famille . On lui reprochait d’avoir’ fait assassiner son époux par des mercenaires à la solde de Nalwanda. Ils se souvenaient encore du pacte, lié dans le sang, entre Ngweshe-Lirangwe et Nabushi-Rutaganda, par lequel leur roi mushebwe qui occupait Cihumba, Zihorha de Ohigukiro et d’ autres encore des terres de Busheke. Ayant réuni leurs guerriers, ìls attaquèrent en bloc Ruhangara et le pourchassèrent de colline en colline, du Bugobe à Nyunda, puis à Kahave, puis à Chibingu, puis à Kashasha. Il n’eut d’autre ressource enfin que de franchir la Ruzizi. Nalwanda en colère contre ce vassal malheureux, le fit mettre à mort. (Masso, p. 98)

Et puis tous, dans leur orgueil de nobles, se reprochaient d’ avoir permis au roi de partir seul au Bugobe pour son mariage. Privé des bras et des lances de ses vassaux, il avait été tué malgré sa vaillance. Souvent, entre eux, ils se disaient : – Ah, si nous l’avions suivi ! Il ne serait pas mort. Nous l’aurions défendu de nos armes et l’aurions sauvé! Nous n’avons pas cru notre roi et par notre faute, il a été tué. Du coté du Bushi, la masse des Bahaya restait fidèle au seul mwâmi que Nabushi-Byaterana avait désigné. On voyait mal Ruhangara reposant son autorité sur les lances des Watutsi, ses ennemis de toujours. Toutes ces choses déclenchèrent un nouveau mouvement contre Lwabugiri et ceux qui étaient à sa solde. Proftant d’une de ses absences, quelques notables du Ngweshe se soulevèrent. Il s’agissait de Birali qui possedait tout le pays de Kamisimbi, Ndeko chef d’Ikoma, s’était engagé à aider Nabushi dans sa lutte contre l’usurpateur Ruhangara. (voir Masso, p. 99).

CHAPITRE XX – RETOUR DE RUTAGANDA

L’usurpateur chassé, les seigneurs Bashi qui avaient combattu pour l’indépendance de tout le Bushi, envoyèrent des messagers à Rutaganda lui annoncer qu’il pouvait revenir au pays. Accompagné de Naluhwinja qui lui avait donné l’hospitalité pendant son court exil, de son cousin de la famille Katana, et de nombreux fidèles, il refit triomphalement le chemin que, quelques années plus tot, il avait parcouru en fuyard. Il vint s’installer à Chidaho. Il restait sur les rives de la Ruzizi quelques bandes de Rwanda qui n’avaient pas été délogées par la dernière offensive et, sous direction d’un lieutenant de Lwabugiri du nom de Semakombo, pillaient régulièrement les villages de la vallée du Chibanda. Pour consacrer le retour joyeux du mwâmi en son pays, cette dernière tête de pont devait disparaitre; Nyalukemba, voisin de ces régions, décida de s’y employer. Aidé des soldats de son neveu Rutaganda, il les refoula sans grande difficulté et s’empara d’un butin de deux cents vaches qu’il envoya en hommage au mwâmi du Bushi. Devant ce dernier échec, le vieux mwâmi du Rwanda Lwabugiri, malgré les ans et la maladie, voulut réagir encore une fois. Il quitta le Nduba où il s’était retiré et s’en vint à Nyamirundi préparer une nouvelle expédition contre le (voir Masson, p. 101) Buhaya . Mais l’humidité du lac fut néfaste à sa vieille carcasse; un soir qu’il se déplaçait en pirogue, le froid le prit, il se mit à vomir son sang et mourut avant êd’avoir atteint la rive. On soupçonna les Bashi de l’avoir empoisonné en secret, mais il est plus probable qu’il soit mort de la maladie qui le minait depuis sa dernière expédition contre Lirangwe. Avec sa disparition se terminèrent les combats entre les deux peuples riverains du lac et de la Ruzizi. Plus jamais les gens de Nalwanda ne mirent pied au Bushi avec intention belliqueuse. Malgré les nombreuses dissensions intérieures qui minaient la vie politique des descendants de Kabare-Kaganda établis au Bushi, les Rwanda, pourtant brillants soldats, ne purent se les soumettre. Les invasions et inflitrations furent innombrables, surtout s’il faut compter toutes les razzias et expéditions de brigandage que les Wa­tutsi opéraient sur la rive ouest. Jamais cependant, le pays ne fut entièrement conquis. Les Bashi retrouvaient toujours, au milieu de leurs disputes de famille ou des misérables famines, la solidarité nécessaire pour repousser les voisins belliqueux qui convoitaient leurs champs et pâturages. On peut même presque dire que, au cours des derniers règnes, cette solidarité devint un véritable sens national. Quelques fois occupé, souvent défait par le Rwanda, le Bushi ne fut jamais soumis. (voir Masson, p. 102).

CHAPITRE XXI – REGENCE DE NAKESA AU NGWESHE

Pendant tous ces événements Nakesa, tutrice légale de son fils Ruhongeka jusqu’à sa majorité, n’avait pas été inquiétée. Cette étrangère ambitieuse et orgueilleuse, qui n’avait pas hésité à trahir la famille dans laquelle elle était entrée par son mariage, ni à faire assassiner son propre mari, était détestée par les vrais nobles et courtisans de la cour. Elle s’était déjà attiré leur colère en dépossédant arbitrairement certains amis de Lirangwe, mais la rupture fut complète lorsqu’il fut question de son remariage. ! La coutume interdit aux veuves des grands chefs d’appartenir à un autre époux. Nakesa, encore jeune et  désirable, voulait absolument se remarier. Les conseillers et devins de la cour lui avaient oppos les vieilles lois orales mais, dans sa fougue, elle n’en voulut pas tenir compte et se mit à chercher un mari dans son entourage. Les grandes famil!es nobles, respectueuses des tabous, déclinèrent ses propositions. Lorsque enfin, Ruvungwa, arrière-petit-fils de Ngweshe-Kwibuka II accepta, espérant ainsi devenir tuteur officiel du jeune roi et jouer un rôle important dans la politique du Ngweshe. Il avait compté sans la personnalité de Nakesa qui, sans souci de ses avis ni de la moindre justice, disposait tout à sa guise et donnait toujours une pré (voir Masson, p. 103) férence aux amis de sa famille paternelle, les Nyganda appelés également les Bega. Elle garda contre les nobles qui l’avaient refusée en mariage une sourde haine qu’elle passa toute sa vie à assouvir. Le premier à en être victime fut Ndeko. sous-chef d’Ikoma, qui fut dépossédé sous un prétexte futile. Un de ses serviteurs avait poursuivi sa femme en fuite jusque chez Kasisi de Kahanda, puis là, l’avait frappée de son coutelas. Pour ne pas envenimer les choses, Ndeko s’offrit à payer en réparation trois moutons : – Avec ceci, dit-il, on réparera le goulot que Bikangu mon serviteur a fendu ! Mais Nakesa intervint fort à propos, lui reprocha de vouloir enrayer la justice et l’exila sans façon. Ndeko se réfugia au Buhaya chez Rutaganda. Puis elle se vengea de Nyamushembwa. C’était un oncle paternel de son second mari Ruvungwa, qui avait beaucoup déconseillé le mariage à son neveu. Chassé de ses terres par un grand nombre de soldats, il s’enfuit, lui aussi. chez Nabushi. Elle se tourna alors contre Chinegena, fils cadet de Lushamba, frère de Ngweshe-Lirangwe. Elle lui avait demandé d’épouser une femme Nyganda, et son refus fut le commencement de la disgrâce. Sous le vain prétexte qu’il cherchait à se procurer des plantes secrètes pour l’envoûter, elle le fit venir à la cour. – Non, Mwâmikazi, si j’ai des relations avec des marchands du Burega, c’est pour me procurer des remèdes contre la foudre comme tout le monde en possède ici. Que je meure si j’ai négocié avec ces gens l’achat de secrets d’envoûtement. Ce serment n’arrangeait pas la reine-mère confondue. (voir Masson, p. 104).

Elle fit appeler quelques pygmées et leur ordonna de tuer Chinegena pendant son sommeil. – Eh ! Mwâmikazi, que nous demandes-tu là ? Comment pourrions-nous tuer le fils de Lushamba, sans ordalie ? C’est ainsi qu’elle décida de soumettre publiquement Chinegena au jugement des esprits. Dans la hutte des mânes de Weza fut allumé un grand feu où l’on fit bouillir de l’eau dans (isheba) ichabo-le-petit pot-de-terre. Quand les bouillons se firent nombreux, le ) prépara teur jeta dans la mixture un bracelet de cuivre. – On m’accuse ici injustement, dit Chinegena, je ne suis pas coupable d’avoir voulu envoûter Nakesa. Si je suis coupable, que mon bras en soit brulé ! Voyez ! Il plongea la main dans l’ichabo pour ramener rapidement à lui le bracelet de cuivre. Aucune brulure n’apparut sur sa peau. Nakesa, avec la plus grande mauvaise foi, réclama une seconde ordalie. Celle-ci s’étant révélée tout aussi inefficace que la première, elle chargea deux fidèles d’en finir avec Chinegena. Mais le malheureux, averti en secret, se sauva chez Rutaganda comme les autres nobles chassés par la reine-mère. Le mécontentement était devenu général . Ces départs en exil des grands chefs qui avaient fait l’indépendance et la gloire du Ngweshe peinaient les habitants indisposés par la présence au pouvoir d’une étrangère. De plus, l’histoire de la trahison et du panier d’objets précieux qui avait entrainé la mort violente de Ngweshe­Lirangwe commençait à courrir les collines. Tous murmuraient contre l’orgueilleuse fille de Nyiganda. (voir Masson, p. 105).

CHAPITRE XXII – RUHONGEKA REGNE

Les nobles et chefs qui échappaient aux exactions de Nakesa se tenaient à l’écart, dans leurs terres et ne fréquentaient plus la cour. Ils ne perdaient pas l’espoir de voir un jour régner le vrai fils de Lirangwe, Ruhongeka, auquel sa mère n’était guère pressée de passer les pouvoirs. Ruhongeka n’avait rien en propriété. Nakesa et Ruvungwa disposaient des troupeaux royaux et Chifuniko neveu de Nakesa, jouait au maire du palais, s’attirant la haine générale. Les amis et confidents de Ruhongeka adolescent lui conseillèrent de se séparer de sa mère. Il ne put le faire que grâce à un subterfuge. Il y avait à la cour à Lurhala, un petit page qui avait partout ses entrées libres, aussi bien dans la chambre d’un noble que dans celle de la reine-mère, sans demander la permission ni avertir de son arrivée. Au cours de ces incursions souvent inopportunes, il avait déjà plusieurs fois découvert Nakesa dans les bras d’autres hommes que son époux. Ruhongeka, averti de la chose par l’enfant, lui conseilla de répandre ces histoires afin qu’elles arrivent aux oreilles de Ruvungwa, l’époux de sa mère. Ce dernier, en colère, se querella avec les amis qui, fachés, se rapprochèrent de Ruhongeka.. (voir Masson, p. 107).

Ayant ainsi réuni un cercle de courtisans qui était déjà l’ébauche d’une cour, il put s’enfuir de Lurhala pour aller s’installer à Chirhimurhwa. Vers cette époque. des Arabes visitèrent le pays. ils venaient de Nzibira et volaient le bétail en disant : – Nous sommes pacifiques; si vous avez faim, nous vous donnerons des houes pour fertiliser la terre. Mais si vous nous empêchez d’acheter vos objets contre ces brillantes perles, nous avons des lances pour vous tuer. Tout le temps que ces étrangers hommes à peau claire et aux moeurs étranges traversèrent le pays, Ruhongeka se terra à Luhwinja. Après quoi il rentra à Chirhimurhwa. En ce temps-là, Nabushi-Rutaganda attaquait sans cesse aux marchés du Ngweshe. Ses guerriers, refoulant ceux de Ruvungwa, se trouvaient déjà dans le pays Izege et tentaient d’atteindre Nkumba proche de Walungu. Les vieux serviteurs de Ngweshe se rendaient compte que les vexations et la politique partisane de Nakesa affaiblissaient le pays et ouvraient la porte aux incursons de Nabushi. Ils vinrent trouver Ruhongeka et le supplièrent de lever une armée. Ils lui promirent de lui envoyer leurs fils et leurs hommes pour que, avec leur concours, il empêchât Rutaganda de ravager le pays d’ Izege. Ayant eu vent de cette démarche, Nakesa pensa que son fils, qui avait déjà quitté sa demeure, rassemblait des lances pour la chasser. Ses conseillers lui répétaient : – Ton fils va venir te ravir les terres que tu administres. Réagis, Nakesa, sinon il prendra Ikoma et occupera le pays de Ruvungwa ton mari. Elle le fit donc mander pour entendre ses explications. Mwâmikazi, ceux que je rassemble, je désire les lancer contre Nabushi et non contre le ventre qui m’a porté. Me reprocherez-vous de me battre pour mon royaume ? Nakesa, piquée au vif et soupçonnant dans cette dernière phrase le désir de Ruhongeka de se débarrasser d’elle, se leva frémissante de colère et, au plein milieu de l’assistance, frappa son fils par trois fois avec son bâton . Tous furent stupéfaits et la critiquèrent. Ruhongeka s’en retourna à Ikoma et appela à lui tous les ainés des familles nobles. Il leur distribua vaches et terres. Quelques jours plus tard, ayant abattu deux guerriers de Nabushi en reconnaissance près de là, il envoya leurs dépouilles à sa mère pour lui prouver ses bonnes intentions. – Oui, reconnut-elle, Ruhongeka-mon-fils a bien agi en rassemblant des guerriers. Puisqu’il est fort à l’arc et qu’il désire défendre les terres du Ngweshe, je l’autorise à s’établir partout où il le désirera et recommande à tous les baluzi de lui envoyer le plus grand nombre d’hommes. Soutenu par sa mère, Ruhongeka s’opposa avec force aux incursions des Bahaya et réussit par une série de cornbats à les rejeter au-delà de la Kazinzi. (voir Masson, p. 108).

CHAPITRE XXIII – LES PREMIERS BLANCS AU BUSHI

De colline en colline une étrange nouvelle courait. Dans le fond de la valée de la Ruzizi, des hommes à peau blanche venaient d’arriver. Plus blanche encore que celle des cruels voyageurs qui avaient traversé le pays quelques saisons auparavant. Ceux-ci étaient armés de lances crachant le feu et terrorisaient les habitants en prenant leurs biens et tirant sur eux. Les sorciers prédisaient les pires calamités si ces hommes foulaient les terres du Bushi. Et tous craignaient le pire en attendant d’avoir vu ces monstres écorchés. Un jour, à l’heure où tout le monde revient des champs, des bergers aperçurent une petite caravane conduite par un de ces hommes. – Aho les Gens d’Ikoma, voilà Biregevi! Sauvez-vous! Sans attendre davantage, tous les habitans du village se précipitèrent hors des huttes pour rassembler vaches, femmes et enfants et fuir à l’abri des sombres forêts. Dans la précipitation du départ, les fuyards en oublièrent de réveiller Nkugerwa, un ami de Ruhongeka, qui déjà s’était endormi sur sa couche. Quand, le danger passé, ils revinrent, ils ne trouvèrent que ruines fumantes et le cadavre de Nkugerwa. Voyez, ils ont tué mon ami, dit Ruhogeka, ils ont incendié mon enclos! Je n’habiterai plus sur cette colline. (voir Masson, p. 111).

Partons à Rugogo, c’est là dorénavant que je ferai paiître mes vaches. C’est ainsi qu’ils s’établirent dans le Kahembarhi, puis devant la menace de nouvelles expéditions des Européens, au pays de Chihumba, pour se fixer enfin à Ngando.  Durant ces déménagements, Nakesa, la reine-mère, déplaçait elle aussi sa cour à lzirangabo. Tous les Blancs ne se livraient pas aux pillages ni aux abus de cette sorte. Certains même avaient demandé aux malheureux tremblant de frayeur qui n’avaient pu prendre la fuite à temps à voir le roi du pays et à s’entretenir avec lui. Mais Ruhongeka méfiant, suggéra que Mushimira, fils de Ruyungwa, se rendît à la convocation du Blanc et se dit étre le roi. Ce qui fuf fait. L’expérience s’ étant déroulée sans dommage pour Mushimira, les conseillers de Ruhongeka le convainquirent de se faire connaitre à ces hommes forts qui, avec quelque cinq cents porteurs de fusils, s’imposaient à tout un peuple. Accompagné de Nyangezi, il se rendi! à Lubirizi, où le Blanc avait son camp. Ayant été bien reçu, il revint en colère contre ceux qui lui avaient prédit !es pires choses et !es bannit. C’est vers cette époque qu’au terme d’une maladie mystérieuse, Nakesa, la reine-mère, mourut à lzirangabo. (voir Masson, p. 112).

CHAPITRE XXIV – FIN DU REGNE DE RUHONGEKA AU NGWESHE

Le premier travail de Ruhongeka après la mort de sa mère fut de chasser tous ses suppots et de faire sortir du pays tous les Bega, clan de Nyganda. Cette épuration se fit pacifiquement et les Bega passèrent avec bagages et troupeaux au Buhaya. Ruhongeka en profita pour procéder à une grande redistribution de ses terres, puis visita tous ses vassaux pour leur présenter son fils ainé Mafundwe, à qui il réservait sa succession. Ce Mafundwe était né des relations du roi avec Mwakamarungu, femme que Nyangezi avait enlevée à un de ses sujets. Ruhongeka était ainsi son troisième mari. Ruhongeka, écarté systématiquement du pouvoir par sa mère durant toute sa jeunesse, n’avait acquis ni gout de régner, ni expérience politique. Il se souvenait aussi de la prédiction d’un devin, à la solde de Nakesa, qui lui avait dit que le jour où il porterait le titre de mwâmi il mourait. Après la mort de Lirangwe, tout au long de la régence de la despotique Nakesa, un de ses cousins avait été désigné, pour le remplacer aux cérémonies de renouvellement de l’intronisation. De plus, Ruhongeka préférait résider à Walungu plutot qu’à Lurhala, où tant de mauvais souvenirs le poursuivaient. (voir Masson, p. 113).

Pour toutes ces raisons, il désigna un vice-roi pour le remplacer en toutes occasions, sauf à la cérémonie du mubande. Trois ans après l’installation du vice-roi, !es conseillers de Ruhongeka lui firent remarquer que Nyamukama qui détenait cet office, devenait indélicat et complotait un coup d’état pour le priver de ses pouvoirs réels. Ruhongeka accepta donc de le remplacer par son frère Lulanga, puis retourna résider à Ifo comme un simple noble au milieu de ses champs et de ses pâturages. Ruhongeka avait eu de diverses épouses douze fils, dont Mafundwe auquel il réservait sa succession et Bamanyirwe fils-de-Mwamutalemba.  Ce frère de Mafundwe enviait beaucoup l’honneur qui lui était réservé et se prit de querelle avec lui, allant jusqu’à lui lancer un jour des jetons de damier à la tête. il en fut punit par son père, mais garda un grand ressentiment confre son frère. Ruhongeka, oubliant l’accueil reçu à Luberizi, s’était bien vite mis en révolte. Il tenait avec ses guerriers les expéditions organisées contre lui en respect, mais réa­ lisa bien vite que le combat était inégal et qu’il en ferait certainement les frais. Il fit de nouveau sa soumission, et un an plus tard mourut. On dit que ce fut d’un coup de lance porté par un mari jaloux. (voir Masson, p. 114).

CHAPITRE XXV – LE SUCCESSEUR DE RUHONGEKA AU NGWESHE

Quand Ngweshe-Ruhongeka eut été porté en terre, tous les notables et représentants des anciennes dynasties, les pygmées et les vassaux fidèles, se préparèrent, avec l’accord des autorités européennes, à introniser Mafundwe comme successeur de son père au Ngweshe. Mais à Lurhala , où coutumièrement devait se dérouler la cérémonie, Lulanga, frère de Ruhongeka et par lui nommé vice-roi, faisait opposition à ces projets et préconisait d’introniser Bamanyirwe. Il craignait que Mafundwe ne lui confiât plus la charge qu’il occupait et soutint son rival. Or Lulanga résidait à Lurhala . Au problème de la succession s’ajoutait la difficulté d’organiser la cérémonie d’intronisation. Lorsqu’il vint à Lurhala avec sa suite, Mafundwe fut proprement mis à la porte et passa, avec ses gens, la nuit à la belle étoile. Il s’en vint alors exposer sa situation aux Blancs. Le Chef de Poste, dit Sangara -l’ogre, .qui avait reçu la dernière soumission de Ngweshe-Ruhongeka et connaissait ses volontés en matière de succession, reconnut officiellement Mafundwe comme seul roi du pays. Il décida cependant, pour éviter les effusions de sang, que chacun resterait sur ses terres avec la stricte (Masson, p. 115) défense de sortir des limites fictives qu’il fixait à chacune des parties. C’est ainsi que Mafundwe retourna à Walungu, sans plus inquiéter Lulanga qui occupait Lurhala. Restait l’organisation de la cérémonie d’intronisation. Ne pouvant de fait, se dérouler à Lurhala, elle pouvait éventuellement avoir lieu à Niko, situé un peu en dehors du domaine imposé à Mafundwe. Il s’y rendit avec ses courtisans et y construisit trois huttes. Après la cérémonie, il s’y attarda jusqu’au jour où Sangara-le-Blanc-terrible, averti par les soins de Lulanga, l’en vint chasser et l’obliger à retourner à Walungu. Bamanyirwe, pour narguer son frère, vint habiter à Niko. Dans ces conditions, la paix n’était plus possible. Chaque jour le tribunal de l’Européen était occupé à trancher des querelles ou contestations entre les membres des deux partis. Ni Mafundwe ni Lulanga, ni Bamanyirwe n’étaient satisfaits du modus vivendi artificiel imposé par l’Européen. Pour eux, le pays de Ngweshe avait ainsi trois souverains. Souvent ils demandaient à Sangara l’autorisation de régler cet état de choses par les armes, mais essuyaient un refus catégorique. L’Agent du Gouvernement recommandait la patience et les encourageait à s’entendre. Ce qui n’était absolument pas possible. Puis les Européens furentt tout à coup absorbés par leur propre guerre. Ils s’appretaient à livrer bataille contre d’autres Blancs du Rwanda. Leur vigilance se relacha et un banal incident de vache volée par un invité qui avait abusé des lois d’hospitalité, déclencha la guerre générale au Ngweshe. (voir Masson, p. 116).

La plupart des vassaux s’étaient rangés aux cotés de Mafundwe, roi légal. La première escarmouche eut lieu entre les gardes de Walungu et des fidèles de Lulanga. Un serviteur de Lulanga qui était parti chercher du lait à Chagombe, ramassa un beau matin une lance sur le champ de bataille et s’en fut la porter à Lurhala. – Quel est donc cet homme qui accourt, comme s’il se mourait, un chef de famille sans héritier ? disaient !es guetteurs en voyant Nyabalehe approcher. – Ils sont là-bas en grande foule, annonça celui-ci. Les soldats de Mafundwe, qui viennent de vaincre les hommes de Nshishula que commandait Nkulu de Rushura de Chibibi, se dirigent vers Lurhala. Aux armes ! Lulanga, averti, mobilisa toutes ses forces et envoya Nyabalehe répéter ce qu’i! avait vu à Bamanyirwe à Niko. Quelques patrouilles commandées par Amayange et Bigangu descendirent à la rencontre des attaquants et rencontrèrent à Ikulubi les bandes de Bizimana et de Chihumba. Mais la nuit mit rapidement fin à l’engagement. A la faveur de l’obscurité, Mafundwe disposa ses troupes. Il envoya Nkingi chez Kasisi de Chigizi à Kahunda et un second lieutenant Malende à Buhesi. Lui­même resta avec le gros des troupes à Nyakalonge. Des l’aube, le premier groupe décimca complètement ses adversaires, tuant Ntagengwa, fils de Kasisi. En apprenant que dès le premier choc, ils avaient le dessous, les partisans de Lulanga comprirent que cette fois, il s’agissait du reglement de compte définitif. Il y aurait pas de quartier ni compromis. Mafundwe voulait chasser l’usurpateur coûte que coûte. En plein engagement, quelques hommes de Mafundwe qui avaient vu Luhirika leur chef, tué au milieu d’eux relachèrent leur ardeur pour pleurer sur son cadavre. (voir Masson, p. 117).

Le roi, sans pitié et décidé à mener l’affaire rapidement et sûrement, se rendit sur les lieux pour bétonner ses soldats et les renvoyer au combat. Les partisans de Lulanga, mis en échec de toutes parts, se regroupèrent chez Nkubanjoka. Ce que voyant, Mafundwe distribua ses forces en qualre colonnes. La première partii par Kaluluma, la deuxième passa dans le Birhendezi, la trolsième sur le coté de Birhendezi et la quatrième se dirigea droit sur Lurhala. Ainsi encerclé, Lulanga ne put résister longtemps. Il prit la fuite avant que le mouvement enveloppant ne se fut refermé sur ses positions. Le lendemain, les soldats de Mafundwe reprirent leur poursuite et entrèrent à Rubona. Lulanga se réfugia à Mubamba et y prit le commandement de son armée de Mushinga, dont Rubasha de Tumba était capitaine. Il contre-attaqua et reprit le lendemain Rubona, tout en faisant prisonniers quelques soldats de Mafundwe. Parmi ceux-ci un certain Mpuruta, notable de Kanyola, s’offrit à trahir Mafundwe pour avoir la vie sauve. Il s’en alla à la cour du roi lui annoncer qu’il devait, cesser pendant quelques jours la poursuite pour ne pas  indisposer les mânes des ancetres peu favorables à cette guerre. Cette diversion permit à Lulanga d’échapper à une mort certaine et d’attendre que les esprits fussent calmés pour revenir chez lui. Mafundwe, à présenl seul maître du Ngweshe, récompensa sans compter ceux qui l’avaient aidé ; il leur donna toutes les vaches dont il avait dépouillé Lulanga et partagea entre ses vassaux les terres ravies aux vaincus.

 Quelques mois après ces événements,  sur décision de l’Européen-à-l’unique-bras, Lulanga et Bamanyirwe furent emmenés en exil. En cours de route, ils échappèrent à leur scorte et se cachèrent quelque temps chez Nabushi. puis repris, furent relégués à Masisi. Mafundwe pardonna à tous, rétablit ceux qui l’avaient combattu à l’exception de Mpuruta qui l’avait délibérement trahi. Il s’installa à Walungu et à Kalengera près de Lurhala. La reine-mère Mwakamarungu appelée aussi Elisabeth, quitta ses terres privées de Chihumba et reconstruit son enclos royal à Lurhala. (voir Masson, p. 118-119).

CHAPITRE XXVI – FIN DU REGNE DE RUTAGANDA

Devant les premières incursions des Européens au Bushi. Rutaganda fit comme son cousin Ruhongeka : fuir et se cacher. Puis les hommes à peau bianche transportèrent leur camp de Lubirizi sur la presqu’île de Nyakulomba où tous les chefs des environs y compris Katana, virent faire leur soumission. Nabushi-Rutaganda ayant pu constater les intentions pacifiques de ces nouveaux occupants s’en vint lui aussi en compagnie de son frère Rwabika leur rendre hommage. Mais son attitude changea. Dans un chemin creux près de Nyunda, ses sujets tendirent une embuscade à un Européen – accompagné de sa caravane. M. Tondeur, chargé de réquisitionner des vivres chez les indigènes, était détesté et fut massacré sans pitié avec les quinze soldats qui le défendaient. Leurs corps furent mutilés de façon horrible. Nabushi-Rutaganda n’avait pas voulu cette opération, mais ne désavoua pas ses gens et prit à nouveau la fuite devant l’expédition punitive que commandait M. Grasse!. Il se refugia à Ninza, à Karhere, puis à Buhohi. De là, il partit sur les terres de Ngweshe-Ruhongeka à Nyabibuye. Il y épousa Mwamuhaya. L’année suivante il se soumit, mais ne tint pas longtemps ses nouvelles promesses. Il fut destitué et un mandat d’arrêt lancé contre lui. Son oncle Nyalukemba fut désigné pour lui succéder. Rutaganda, dernier mwâmi libre du Bushi, se rendit pour se remettre aussitôt en révolte ouverte. Cette crise que traversait un peuple insoumis, ces altrnatives d’un chef qui ne voulait pas se rendre aux évidences d’une occupation coloniale, se terminèrent dans l’entente générale. Rutaganda fut pardonné, amnistié et établit sa cour à Kagabi où il mourut, dit-on, empoisonné, quatre années plus tard. (p. 121-122)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s