BIBLIYA YA MASHI (bunyibunyi)

Mashi Bible in Word document
https://app.zohocreator.eu/pierrematabarochubaka/mashi-bible/#Report:Omurhondero_Report

OMURHONDERO I 1. Aha murhondero Nnâmahanga alema amalunga n’igulu. 2. Igulu lyali cimpirimpiri-civange lirhaligwerhe oku liyosire lirhanalimwo bici ci Muuka gwa Nnâmahanga akag’iyereera oku mishi. 3. Nnâmahanga aderha, erhi: « Obulangashane bube ». Obulangashane bwanaciba. Nnâmahanga abona oku obulangashane buli bwinja. Anaberula obulangashane n’omwizimya. 5. Ayirika obulangashane muushi n’omwizimya aguyirika budufu. Bwayira bwanaca, lwo lusiku lurhanzi. 6. Nnâmahanga aderha, erhi:  » Ecireere cibe aha karhi k’amishi ciberule amishi n’amashi. 7. Nnâmahanga ajira ecireere caba lubibi lw’amishi gali idako n’agali enyanya ly’ecireere. Byanaciba ntyo. 8. Nnâmahanga ayirika ecireere malunga. Bwayira bwanaca, lwo lusiku lwa kabiri. 9. Nnâmahanga aderha, erhi: « Amishi gali idako ly’ecireere gacigushe haguma n’ahakazire habonekane ». Byanaciba ntyo. 10. Nnâmahanga ayirika ahakazire budaka n’ecirundo c’amishi aciyirika nyanja. Nnâmahanga abona oku kuli kwinja. 11. Nnâmahanga aderha, erhi: « Obudaka bumerekwo olubala lulimwo emburhu, ngasi luguma kushimbana n’omwanya gwalo n’emirhi y’amalehe, era emera oku idaho enaleheke n’obujuru bwayo, ngasi muguma kushimbana n’omwanya gwagwo. Byanaciba ntyo. Idaho lyamerakwo olubala lubamwo olujuru, ngasi luguma kushimbana n’omwanya gwalwo n’emirhi eleheka n’olugemu kushimbana n’omwanya gwayo. Nnâmahanga abona oku kuli kwinja. 13. Bwayira bwanaca, lyo lusiku lwa kasharhu. 14. Nnâmahanga aderha, erhi: « Ebimole bibe omu cireere c’emalunga lyo biberula omuushi n’obudufu; byaba bimanyiso by’empondo n’ecanda, ensiku n’emyanka, 15. binabe bimole bimanike emalunga bya kumolekera igulu ». Byanaciba ntyo: 16. Nnâmahanga ajira bimole bibiri binene, ecimole cinenene mpu cikamoleka muushi, n’ecimole cinyinyi mpu cikamoleka budufu, boshi n’enyenyezi. 17. Nnâmahanga abimanika omu cireere c’emalunga mpu bikamolekera igulu, 18. mpu binamanyise omuushi n’obudufu n’okuberula obulangashane n’omwizimya. Nnâmahanga abona oku kuli kwinja. 19. Bwayira bwanaca, lwo lusiku lwa kani. 20. Nnâmahanga aderha, erhi: « Amishi gadudusemwo ebizine n’ebinyunyi bibalale enyanya ly’igulu, embere z’ecireere c’amalunga ». 21. Nnâmahanga alema abasimba banenene b’omu nyanja na ngasi bizine biyandala n’ebidudusa omu mishi, kushimbana n’omwanya gwabyo na ngasi rhunyunyi rhujira ebyubi kushimbana n’omwanya gwarhwo. Nnâmahanga abona oku kuli kwinja. 22. Nnâmahanga abigisha erhi: « Muyololoke, muluge, mubumbe nyishi n’enyanja; n’ebiyunyi bilunge okw’igulu ». 23.Bwayira bwanaca, lyo lusiku lwa karhanu. 24. Nnâmahanga aderha, erhi: « Obudaka buvuulule ebizine bya ngasi lubero: ensimba, ebiyandala n’ensimba z’erubala za ngasi lubero ». Byanaciba ntyo. 25. Nnâmahanga alema ensimba z’erubala za ngasi lubero n’ebishwekwa bya ngasi lubero n’ebiyandala oku idaho bya ngasi lubero. Nnâmahanga abona oku kuli kwinja. 26. Nnâmahanga aderha, erhi: « Rhujire omuntu orhushusha, orhugwerheko ecikebo, yewarhambula enfi z’omu nyanja n’orhuyunyi rhw’emalunga, ebishwekwa n’eby’erubala byoshi, n’ebiyandala byoshi binadudusa oku igulu. 27. Nnâmahanga alema omuntu omushusha: oku nshusho ya Nnâmahanga amulemire, amulema mulume n’omukazi. 28. Nnâmahanga abagisha anababwira, erhi: « Muburhe muluge, mubumbe igulu, mulirhambule munarhegeke enfi z’omu nyanja n’orhunyunyi rhw’emalunga, na ngasi cizine cigera oku Idaho. 29. Nnâmahanga ashubiderha, erhi: « Loli oku mmuhire ngasi lubala lujira olujuru lunali uku igulu na ngasi murhi guleheka gunajira olujuru byo byaba biryo binyu. 30. Olubala nkana byo biryo mpire ngasi c’erubala, ngasi kanyunyi k’emalunga, ngasi cigera oku idaho cinayisa omuka. Byanaciba ntyo. 31. Nnâmahanga abona oku ebi anajiraga biri binja bwenene. Bwayira bwanaca, lwo lusiku lwa kalindarhu.

OMURHONDERO II 1. Ntyo amalunga n’igulu byashwinjwa n’ebimuba byoshi. 2. Obwo Nnâmahanga ashwinja omukolo akag’ijira analuhuka omu lusiku lwa kali nda omu mikolo yage yoshi. 3. Nnâmahanga agisha olusiku lwa kalinda analugoshola (aluhalira), bulya lyo aluhuukagamwo oku ngasi mukolo ajizire omu kulema. 4a. Yo nkomoka y’amalunga n’igulu eyo erhi bilemwa. 4b. Erhi Nyakasane Nyamuzinda ajira igulu n’amalunga, 5. nta ishaka yaliciba en’igulu, nta lubala lwalilucimera – bulya Nyakasane Nyamuzinda arhaliciniesa enkuba en’igulu na ntaye walicihinga obudaka 6.erhi okuhuluza amishi omu mibunda y’okudomerera obudaka-; 7.Nyakasane Nyamuzinda abumba omuntu n’akatulo k’oku idaho , amubuhira omuka gw’obuzine omu mazulu, ntyo nnamutu ahinduka ciremwa cizine. 8. Obwo Nyakasane Nyamuzinda arhwera ishwa ly’amalehe e Eden, ebushoshokero, ahiramwo omuntu abumbaga. 9. Nyakasane Nyamuzinda ameza oku budaka emirhi ya ngasi buko, yakusimisa isu na minja okulibwa, yalimwo omurhi gw’obuzine aha karhi k’ishwa n’omurhi gw’okumanya aminja n’amabi. 10. Kurhenga omu Edeni (ishwa ly’amasima) olwishi lwakag’ihulula lwaj’idomerera ishwa, lwakacigabamwo kani lushube nyishi ini. 11. Olwishi lurhanzi ye Pishone, luhulula luzunguluke ecihugo ca Avila, era munda eba amasholo, 12 n’amasholo g’eyo garhahimwa kuyinjiha, eyo eba n’obuku bubanya bwinja n’ibuye lyo onice. 13. Olwishi lwa kabiri luderhwa Gihone: luhulula luzunguluke ecihugo ca Etiopiya. 14. Olwishi lwa kasharhu luderhwa Tigri: luhulula ebushohokero bwo Asuru. Olwishi lwa kani luderhwa Eufrate. 15. Nyakasane Nyamuzinda orhola olya muntu amuhira omu ishwa lya Edeni, mpu akalihinga analilange. 16. Nyakasane Nyamuzinda aha omuntu eri irhegeko: « Wanalyo oku ngasi murhi guli omu ishwa, 17. ci omurhi gw’okumanya aminja n’amabi orhahìraga okagulyakwo, bulya amango wacishomya wagulya erhi onafire ». 18. Nyakasane Nyamuzinda aderha, erhi: « Kurhali kwinja omuntu ayorhe yene, rhumujirire omurhabazi omushushire ». 19. Nyakasane Nyamuzinda arhola obudaka abumbamwo ngasi nsimba y’erubala n’ebinyunyi by’emalunga byoshi, abihekera omuntu mpu alole kurhi abiyirika: ngasi oku omuntu abiyirikaga kwo byanayirisirwe. 20. Ntyo omuntu ayirika ebishwekwa byoshi, orhunyunyi rhw’emalunga rhwoshi n’ensimba z’erubala, ci omuntu arhabonagamwo murhabazi omushushire. 21. Nyakasane Nyamuzinda arhogezakwo omuntu iro ly’enkwira, nnamuntu ahunira; amushugula omurhibadu ashosha eminyafu aha omurhibadu gwarhengaga. Ogwo murhibadu Nyakasane Nyamuzinda ashugulaga oku mulume atulamwo omukazi anamulerhera omulume. 23. Nnamulume, erhi: « Lero oyu ye munyafu gw’omunyafu gwani na kavuha k’orhuvuha rhwani. Ayish’ikaderhwa mukazi (isha) bulya omu mulume (ish) arhenzire » (Ayish’ikaderhwa muka-mulume bulya omu mulume arhenzire). 24. Co cirhuma omulume akwanine aleke ishe na nnina acishwekerekwo mukage n’oku bali babiri bahinduke mubiri muguma (bayish’ihinduka muguma).

OMURHONDERO III 1. Enjoka yo yali nsimba nyenguuza omu nsimba z’erubala zoshi Nyakasane Nyamuzinda ajiraga. Wanjoka abwira omukazi, erhi: Ka kwo kunali Nnâmahanga aesire: Murhahìraga mukalya oku murhi ciru n’omuguma gw’omu ishwa? ». 2. Nnamukazi ashuza wanjoka, erhi: « Rhwanalya amalehe g’emirhi eri omu ishwa, 3. ci amalehe g’omurhi guli aha kagarhi k’ishwa gwoki, Nnâmahanga adesire: murha galyakakwo, ciru murhaguhumagakwo bulya erhi kufa munafire ». 4. Ci wanjoka abwira nnamukazi, erhi: « Nanga murhakafa mâshi! 5. Kali ciru Nnâmahanga amanyire oku amango mwagulyekwo amasu ginyu ganayiguke munahinduke nka Nnâmahanga mukamanya aminja n’amabi ». 6. Lero nnamukazi abona nk’omurhi guli mwinja okulibwa, gunali gwakusimisa amasu gunali gwa kucifinjwa n’okukululamwo obwenge; arhola irehe alyako, anaha iba wali bonaye, naye alyakwo. 7. Erhi amasu gabo bombi gayiguk,a babona oku bali bashugu; bazingazinga ebyasi by’omulehe babiyambalira omu cibunu. 8. Banaciyumva Nyakasane Nyamuzinda aja acigezageza omu ishwa oku hihusi hy’olusiku, omulume na mukage bacifulika Nyakasane Nyamuzinda, omu karhi k’emirhi y’omu ishwa. 9. Ci Nyakasane Nyamuzinda ayakuza omulume amubwira, erhi: « Ngahi oli? ». 10. Ashuza, erhi: « Nayumvirhe wadunda amashando omu ishwa, namayoboha, bulya ndi mushugunu co carhumire nacifulika ». 10. Ashub’idosa, erhi:  » Ndi wakumanyisize oku oli mushugunu? Ci akaba walire kwa gulya murhi nakuhanzagya nti irhondo orhahìraga okalya? » 11. Nnamulume ashuza, erhi: « Omukazi wampebaga aha burhambi anampire kwa gulya murhi nani namanalyakwo ». Nyakasane Nyamuzinda abwira omukazi, erhi : « Bici ebyo wamajira wani? ». Nnamukazi ashuza, erhi: « Kali enjoka yamanteba lero namalya ». 14. Go mango Nyakasane Nyamuzinda abwizirage enjoka, erhi:  » Obwo wanajizire ntyo, oheherirwe kulusha ngasi cishwekwa na kulusha ensimba z’erubala zoshi; oku nda okola wakagendera na katulo okola wakalya ensiku zoshi z’akalamo kawe. 15. Nkola naheba enshombo ekarhi kawe n’omukazi, ekarhi k’iburha lyawe n’iburha lyage: oyu akusinaga irhwe nawe omukomolere oku kansisira ». 16. Abwira nnamukazi, erhi:  » Nkolanayushula amalumwa gawe, n’amazimi gawe omu malumwa okola wakaburha abana. Kulalikira okolaga wakalalikira balo, ci naye akola ayish’ikakuzidohera. 17. Abwira nnamulume, erhi: « Obwo wayumvirhe mukawe, wanalya kuli gulya murhi, n’obwo nakurhegekaga, nti irhondo orhahìraga okagulyakwo, idaho liheherirwe erhi werhuma. Omu malibuko okola wakakulamwo eci walya, ensiku zoshi z’akalamo kawe. Mahwa n’emishugi likola lyakakufulukiza, okalya n’enshogo lubala. Kurhubanukirwa emalanga okola wakabonamwo omugati (biryo): kuhika oshubire omu budaka bulya mwo warhengaga. Oli katulo n’omu katulo washubire! ». 20. Omuntu ayirika mukage erya Eva, Hawa bulya ye nnina wa abazine boshi. 21. Nyakasane Nyamuzinda ajirira omulume n’omukazi ebishuli by’empu abayambika. 22. Nyakasane Nyamuzinda aderha, erhi: « Alagi oku omuntu akola ali ak’ìrhu erhi kumanya aminja n’amabi kurhuma. Mumanyage, arhag’ilambula okuboko arhanacirhole oku murhi gw’obuzine, agulye alame ensiku zoshi! ». 23. Nyakasane Nyamuzinda amuhimva omu ishwa lya Eden (masima), mpu ly’agend’ihinga obudaka arhengagamwo. 24. Ahimva omuntu anahira bakerubini n’engulumira y’engorho yalaza ebushoshokero bw’ishwa ly’amasima, lyo balanga enjira eja ebwa murhi gw’obuzine (lyo bahagalika omuntu arhahume oku murhi gw’obuzine).

OMURHONDERO IV 1. Adamu ashamuka kuli mukage Eva. Eva ayalala anaburha Kayini. Aderha, erhi: « Namashoboola omuntu emwa Nyakasane ». 2. Ashub’iburha omulumuna Abeli. Abeli ali mushwesi wa bishwekwa ci Kayini ali muhinzi wa budaka. 3. Erhi kugera mango, Kayini arhuula nterekero emwa Nyakasane ebi akulaga omu budaka, Abeli naye arhuula ababurhwa barhanzi b’ebibuzi byage n’amashushi gabyo. Nyakasane ayankirira Abeli n’entuulo yage, ci arhayankiriraga Kayini n’eyage ntuulo. Kayini akunirira okwo n’obusu bwage bwaforhama. 6. Nyakasane abwira Kayii, erhi: « Cirhumire wakunira, cirhumire obusu bwawe bwaforhama? 7. Nkawal’ijizire bwinja, karhinga orhayinamwiri amalanga. Ci akaba orhajiziri bwinja, ecaha cishurhamire aha luso lwawe, ciri cakulalira, ci ocihangane ocihime ». 8. Kayini abwira omulumuna Abeli, erhi: « Rhje ebulambo! ». Oku bali omu bulambo, Kayini ayinamula okuboko acirhulirakwo Abeli anamuniga. 9. Go mango Nyakasane abwizire Kayini, erhi: « Ngahi mulumuna wawe Abeli ali? ». Ashuza, erhi: »Ntamanyiri. Ka nien mmulanga mulumuna wani? ». 10. Amushoza, erhi: « Bici ebi wamajira? Izu ly’omuko gwa mulumuna wawe gwamanyakuza kurhenga okw’idaho.11. Buyorhe buheherirwe obudaka bwamiraga omuko gwa mulumuna wawe erhi werhuma. 12. Erhi okacihinga obudaka burhakacikuyerera bici, waba ntarhinda na karhebera omu igulu ». 13. Kayini abwira Nyakasane, erhi: « K’ecaha cani ciri cinene bwenene cirhakababalirwa? ». 14. Lola oku wamampiva muli lino ishwa nnangwasirwe ncifulike hali na nawe; nkolaga naba karharhinda na karhebera muno igulu, owanambugane hali amango akanyirha ». 15. Ci Nyakasane amubwira, erhi: « Ci kwoki ngasi wayirhe Kayini aciholwa kali nda! ». Nyakasane ahirakwo Kayini ecimanyiso. mpu lyo ngasi wamurhimane arhamushurhaga. 16. Kayini aciyegula kuli Nyakasane anayubaka omu cihugo ca Nodu, ebushoshokero bw’ishwa ly’amasima. 17. Kayini ashamuka bona mukage, mukage ayalala anaburha Enoku; ayubaka ecishagala aciyirika erya Enoku, cirhenzire oku izino ly’omugala. 18. Enoku aburhirwa Iradi, Iradi aburha Mekuyael na Mekuyael aburha Metuzael. Metuzael aburha Lamek, 19. Lamek arhola bakazi babiri: muguma ye Ada n’owundi ye Zila. 20. Ada aburha Yabal: y’ishe w’abahanda omu bifumba bajabalusa ebishwekwa. 21. Omulumuna yewali Yubal: yewali ishe w’abaziha olulanga n’akarhera. 22. Zila naye aburha Tubalkayini, mutuzi, y’ishe w’abakola amarhale n’ebyuma. Mwali wabo Tubalkayini yewali Nahama.
23. Lamek abwira bakage, erhi:  » Ada na Zila, yumvirhizi izu lyani; baka lameke, rhegi amarhwiri oku bino namubwira: nayisire omuntu okwenge amanyagaza nayirha n’omushikira okwenge amampukula. 24. Kalinda Kayini anaciholerwe ci Lamek yehe kali makumi gali nda na nda. 25. Adamu ashub’ishamuka bona mukage, nnamukazi aburha Set,  » bulya aderha, erhi: Nyamuzinda amanshoboza enyindi mwana ahali ha Abeli, bulya Kayini amuyisire ».
26. Set naye aburhirwa omugala, amuyirika erya Enosh. Go mango barhangiraga okucikumba YHWH, Nyakasane.

TEMOIGNAGE PATENT SUR L’INTEGRITE COMME MOTEUR DU DEVELOPPEMENT

Témoignage patent lors du Mubandé 2018 sur l’intégrité comme moteur du développement
J’ai eu la joie de participer au MUBANDE, ce dimanche 22 juillet 2018. Cette cérémonie de bénédiction des semences fut haute en couleur et a connu la présence de beaucoup des notables de la chefferie de Ngweshe, et des autres chefferies et entités de notre province.

Les Bashi de Ngweshe, à l’honneur ce jour-là, partagent les mêmes valeurs intrinsèques à tous les bashi/bahavu : sens de l’honneur, d’honnêteté, de dignité, de bravoure, de partage… Notre identité commune étant construite autour de trois symboles: Le Mwami, la Terre et la Vache.

La cérémonie de cette année a connu un moment fort : celui de la distribution des diplômes de reconnaissance à quelques grandes figures du monde politique, social, scientifique, religieux et militaire, qui ont marqué notre Bwami au cours du long règne d’un des monarques les plus respectés de notre pays, le Mwami Ndatabaye, pour ne pas le citer.

Et mon père , Dieudonné BOJI NTOLE, a été parmi les nombreuses personnalités primées.

En effet, la cérémonie de MUBANDE , a une dimension spirituelle, le peuple vient solliciter les faveurs de Dieu à travers le Mwami, qui a une double dimension, politique et religieuse. Les Bagweshe, les Bene Mulangane, sont comme tous les Bashi solidaires et toujours prêt à s’entraider, à se secourir… Ces valeurs ont fait la grandeur de nos ancêtres, et BOJI NTOLE, mon père a été guidé toute sa vie par le sentiment d’appartenance à cette grande communauté et par le souci des intérêts communautaires. Il est, par ailleurs, avec son grand ami papa KASHEMWA, un des fondateurs du MAJIRANE , ancêtre de l’actuel CINYABUGUMA, qui avait comme objectifs de proteger les intérêts de tous les Bashi.

Et ce jour là, lorsque le Mwami cita son nom, je fus paralysé par l’émotion et incapable de me lèver. Je me posais la question de savoir si j’étais digne de prendre ce diplôme? Avons-nous, cette génération, gardé l’idéal qui a fait la grandeur de notre peuple? Sommes nous capables de faire montre d’autant de grandeur d’âme, d’altruisme et de compassion envers notre peuple que nos ainés?

Je remercie, Sa Majesté le Mwami Ngweshe, d’avoir daigné honorer le Gouverneur BOJI NTOLE Dieudonné, parmi ces nombreuses personnalités…

Sa vie a été émaillée de beaucoup d’anecdotes consécutives à un sens élevé de l’Etat et de patriotisme, j’en donne quelques-uns ici…

– Sens du partage et de l’équité: alors qu’aujourd’hui notre pays souffre de la mauvaise repartition du revenu national et de l’égoisme, en son temps on l’avait surnommé 1/3 parcequ’au lieu de payer certains agents de l’état suite au manque des ressources, il prefera diviser par trois les salaires de tous, y compris le sien et celui des membres de son gouvernement, enfin que tous se partagent le peu de moyens disponible…

– Honnêteté: lors de la guerre de Jean Schram, il avait gardé les clés de la banque et lors de la reprise de la ville, aucune once d’or ni aucun billet de banque ne manquait contrairement à ce qui se passa après lui….,

– Bravoure: à Mbuji-Mayi, une dame-jeanne de diamants volée à la MIBA lui fut remise et il la restitua à la Miba contrairement aux injonctions du Ministre National de la Justice de l’époque ce qui lui valu une avalanche de problèmes et la perte de son poste par la suite…

Cette cérémonie a une dimension spirituelle qui a tout son sens, car elle nous permet de rester connectés à notre passé, à nos aieux et aux valeurs qui ont fait leur grandeur.
Le peuple juif qui nous a donné la Bible s’accroche à son passé dontil a immortalisé le souvenir à travers ce livre sacré. Nous aussi, nos ancêtres nous ont parlé, ils ont aussi prophétisés sur nous, ils nous ont laissé des pratiques à perpétuer afin que nous soyons bénis.
Ceux qui prennent le temps de lire la Bible, se rendront compte que les aieux des Juifs avaient eux aussi des bonnes et des mauvaises pratiques, et les juifs actuels abandonnent les mauvaises et s’accrochent aux bonnes. Sachons faire la même chose pour que Dieu nous garde sa faveur.
Le MUBANDE, fait partie de ces bonnes pratiques, qu’il est impérieux pour nous de preserver.

Cette cérémonie, à mon humble avis, devrait se tenir regulièrement dans toutes les chefferies des Bashi/Bahavu qui partagent la même culture.

Nous souhaiterions, par ailleurs, que des personnalités originaires d’autres horizons, soient aussi honorées compte ténu des actions qu’ils ont posées en faveur de nos communautés, je citerai en passant les Pères Delvaux, Défour et biens d’autres…

Mes remerciements donc, encore une fois, au Mwami Ngweshe et à tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la reussite de cette journée bénie 🏾

Signé Mwene Dieudonné Boji Ntolè

DEVELOPPEMENT SUPPOSE UNE BASE CULTURELLE A FRUCTIFIER

Les Bashi sont conscients qu’il y a des éléments primordiaux dans la vie de sorte que si l’homme s’en détourne, il devient un aliéné culturel. On a jamais sollicité d’être créé, d’être né , où on doit naitre, de quels parents naitre, quelle est la langue où on va prononcer ses premiers mots. Ce sont des dons à recevoir des autres pour évoluer dans la vie. Qui ignore d’où il vient ne saura pas où il va. Quelques proverbes nous aident à palper la réalité profonde de cette culture. Quatre élements retiennent notre attention.

Premier élément : DIEU
Nyamuzinda ye ndi wahali: les pensées de Dieu et ses projets sont insondables, car il n’ y a pas un humain qui l’a assisté pour réaliser son oeuvre. Comme dit Paul: « Qui lui a donné conseil comment faire ses oeuvres »?
Owayimba Lungwe bwanacabunayire: Si on se met à chanter les louanges de Dieu (Lungwe=l’Unificateur de tout et Nyamuzinda= Ptincipe et fin de tout) le jour et la nuit ne suffiraient pas pour le faire. Celui qui offre aux hommes la vie, d’où l’importance de la famille. C’est lui qui donne à la communauté humaine un dirigeant appelé Mwami, le roi. Ce dernier est parmi les bienfaits de Dieu pour chacun et pour la comunauté.
Cirimwami cirhakena: un pays gouverneé par un bon roi ne souffre pas de disette. C’est le roi qui gérait pour le bien de tous ; la terre, les minerais (marhale et mashol) et organisait l’élevage . Etant le coordinateur de toute activité physique et religieuse il était sensé faire le lien entre son peuple-les ancêtres et Dieu. Les Bashi sont convaincus qu’il ne suffit pas d’avoir un roi pour la prospérité. Il faut avoir un roi en harmonie avec Dieu et les ancêtres pour réussir.
Mwami abuka bukenyi ci arhabuka bunenwa, littéralement « le roi guérit la pauvreté et non le malheur ». Il faut trouver celui qui guérit le malheur. C’est Dieu.
Owahirwe na Nyamuzinda arhayimwa na bantu, littéralement, « celui à qui Dieu à fait largesse ne manquera pas le soutien humain, le secours humain, les cadeaux des autres.

Deuxième élément : LE ROI
Le roi transmet la bénédiction de Dieu au peuple mais chacun doit prendre sa responsabilité et accomplir sa tache. Alors on dit: Mwami ahana munago ci arhaguha orhahinga,littéralement, « le Roi donne l’abondance mais pas à celui ne cultive pas ». Écoutez la vidéo qui explique comment le Mwami bénit les semences avec le curé. C’était le 22 juillet 2018 à Walungu
Omubandè 2018 naguyumva oku RTM ndi n’e Butalyana

Omu nsiku 22 gwa cugarhi aha Walungu rhwayumva izu lya Mwami Ngweshe XV agwasinye na Lungere w’e Parokiya Walungu omu misa y’omugobe gwa XVI mwaka B , Mwami n’engabo zage banywa omubandè.

Omubandè go mango mwami ahaana obwanga oku lubaga lwage, ahuune Nnaamahanga agishe abantu n’ebishwekwa n’emburho omu cihuho cage coshi.

Lungere w’e Parokiya warhangiraga emisa aderha oku ebi rhwayumvagya mu masomi ga Bibliya , oku Nnamahanga akag’iha Israeli Abami n’abarhambo anababwire oku bayabule bwinja olubaga lyo bakwanana luhembo lwa Nnamahanga n’olw’abantu. Nnamahanga aderha oku abarhayabwiri bwinja olubanga lwage abayeguula yene alonze owarhumikira olubaga analukombeere. Nnaamahanga alinda arhuma omugala, « ye wabonaga abantu bayosire nka buso burhagwerhi lungere obwonjo bwa mugwarha ». Ayigiriza ayigiriza ciru kuhika acihaana ly’olubaga lucira. Aga masomi garhukengezize omukolo gwa mwami n’ebi alonza okujira ene: ashambaza olubaga lwage, abarhambo ba ngasi nyirhundwè bahaana omwigasho gw’oburhahemuka, banasheenge Nnamahanga agishe Mwami, agishe ecihugo, ebishwekwa n’emburho ».

Lungere w’eparokiya arhumanyisa oku mwami co cimanyiso cizine c’obuguma b’olubaga lwa Ngweshe, ngasi aha ashigirwa, abayishire n’abarhahashire okuyisha erhi bihanzo birhuma. Hali abalwala n’abashosi n’ababa kuli bulya ishwa lya Ngweshe ligali.

Aderha oku omugisho rhwahabwo muli eyi misa n’omu kanwa ka mwami ye mwimangizi wa bashakuluuza barhulagira emwa Nnaamahanga era munda Mwami Yezu abahesire. Nirhu ogwo mugisho, obwo bwanga, rhukwanine rhuguhise oku milala yirhu n’oku lubaga lwoshi, luhinge lunayeze, lushweke lunabeerwe,luburhe lunalere, n’omurhuula gulya Mtagatifu Paolo adesire Kristu adwirhe omu mashanja goshi gugandaze hoshi, omu ishanja lirhu n’oku mashanja goshi.

Erhi emisa ekola yahwa, Mwami avuga omunkwa oku lubaga n’oku bigolo, ayegereza na Owalonda Gouverneur w’e Provinze ya KIVU y’ IFO. Bahuguula Owalonda Gouverneur ebi Mwami anadesire omu mashi, lulimi lw’Abagweshe n’Abashi boshi oku bali mami nda. Bamubwira oku Mwami anavuzire omunkwa kuli Gouverneur n’eyo ntumwa yage. Mpu anadesire kurhi oburhegesi buhyahya bwasingaga echefferie y’e Ngweshe enalumire ngasi aha Ngweshe ashigirwa, Akengera ngasi ntwali zaburhagwa e Bugweshe, abafire n’abazine bakozire omu cihugo ca Kongo. Mwami adesire oku arhakagomera ecihugo ca Kongo anabwira n’olubaga lwage oku lurhakag’irhebwa.

Erhi bayusa bahuguula Olonda gouverneur, mwami ahamagala abarhambo ba ngasi nyirhundwè zo groupement nkaba omu c’emazulu, bayise bahane omwigasho n’ecihango, n’eciragane. Nayumvirhe nka bali 14 bulya babiri baligwerhe ecihanzo cimanyikine oku bwami.

Ngasi murhambo akayegera embere za mwami anaderhe erhi: « Mwami Ngweshe we mwami wirhu, ntakabona aha walengana. Nyamuzinda akugishe, agishe n’ecihugo cirhu ciyere amarha n’obuci, ebishwekwa, nkafu, mpene, bibuzi, ngoko na ngasi bindi bishwakwa, amashwa gayeremwo amahemba, ebishimbo, emimbarhi, ebigonje, ebijumbu, na ngasi zindi mburho oku buhanuuzi bwawe. Enama zigashane ».

Mwami akashuza ngasi murhambo ntya: « Lebe, sho ali mwikubagirwa, nawe obe mwikubagirwa. Ocihangane oli masu gani na magulu gani. Enama zigashane ».

Abo barhambo balimwo abaluzi n’abarhonyi kwone. Erhi ahikaho Cishugi Nyangezi Pasteur, murhambo w’e Nyangezi Karhongo, mwami ayushula erhi: « Oli murhambo wa Groupement ya kabiri muno Bugweshe. Okengere oku shakulu wawe, ye Ngweshe arhumaga erhi Abazungu bayisha mpu abashambaze balek’irhulenganya. Bulya emwawe lwo lubibi lwa Ngweshe na kandi luli lubibi lwa Kongo, omamye omanye ntaye wakurhebaga. Irhondo orharhebagwa ».

Erhi ahika oku murhambo w’e Kashenyi, ye Migabo Matabaro, amubwira, erhi: » Neci we Matabaro nsimire bwenene okukubona aha. Ci banji barhakuyishi. Wasomire manji wagaliyemera okushubira eno ka, okukolera olubaga. Irenge lya Migabo oligendekeze, ye wafungiraga eryo ishwa bali mpu barhunyaga ».

Erhi mwami ahikaho Pierre Boyinkebe, murhambo w’ e Luciga, ayushula, erhi: « Nsimire okuba oli aha. Abashosi bone barhayishire ci wehe wamacihangana wamayisha, Oli nsiku wakola ogu mukolo. »

Erhi mwami ahikaho omurhambo w’ e Rubimbi, ayushula, erhi: « Ogu mugisho gukwanane, rhushub’ibona Rubimbi ayere kulya ayeraga burhanzi, ashub’ikagabulira Bugweshe n’emahanga ».

Erhi Mwami ahikaho omurhambo w’e Ndubà ye Nnamunene M’ Bashizi Aldigonde, amubwira oku yene mubuguma oli muli aba barhambo bakulu e Bugweshe. Mpu ogwo mukolo agushibirire anali mwikubagirwa.

Erhi ahikaho omurhambo w’e Walungu Karazo Nkubanya, amubwira, erni: » Sakulu w’emisimbi arhashokwiri erhi ali nyuma! We murhambo wa nyirhundwè ebamwo akarhwa-bwami. Ebiringanine birhaboneka ci kandi we wali omu banyerekaga Omukulu w’ecihugo Joseph Kabila, omu karhwa bwami k’ecihugo ca Kongo e Kinshasa.

Erhi abarhambo bakulu bayusa bashashula omwigasho n’eciragane cabo, omushomgwe w’olusiku lukulu l’omubandè alalika Owalonda Gouverneur aderhe ecinwa cage. Oyo murhambo mukulu w’e Civu c’Ifo aderha binwa bibiri omu mashi olubaga lwayaakiira. Aderha oku amasima bulya bwo bwakabiri aja oku lw’omubandè e Bushi. Mpu burhanzi ali oku mubandè e Kabare emwa Nnabushi, mpu obwa kabiri y’ono aha Bugweshe. amaderha mpu abwine oku Abashi bagwerhe obworhe bukenzire Nnaamahanga bulya ye Lulema byoshi. Ehya kabiri abwine oku bakenzire Enama na Mwami. Nnamahanga ye Mulemi, ye Nyamuzinda: na mwami ye yambala ishungwe ly’ecimanyiso c’okulungana na bashakuluuza barhulagira emwa Nyamuzinda. Kandi aderha oku rhumanye birhaja ekanwo k’oyashamire ogwo mugisho rhuguluse n’emkolo ya ngasi lubero. Mpu obworhere n’obuhyahya bw’amajambere bigwasanye. Mpu rhusegereze obukenge kuli Olubaga- Mwami-Bashakulwe na Nyamuzinda. Rhukengese ecihugo ca Kongo coshi n’omukulu waco bulya ye rhugwasize rhubone omurhula lyo rhuhashi’ijira ebi binja buzira kavulindi. Aderha erhi: « Kwokwo Nyakasane abagishe ». Olubaga lwakoma kagasha.

Ecigabi cizinga kwaba kuvuza amaliza. Ago mango bigamba bisharhu byakereka: Bene Kabugi, Bene Shahika (Kamanyola), n’na zira Ntole.

Emisa yahwera aho. Ngasi muguma aheka omugisho eka.

Agani marhwiri garhaciyumva. Nali nanirizize ehitelefone okw’irhwiri lilembe. Muntumire eyindi myanzi.

Fr Pierre Matabaro Chubaka, ofm

Tel mob +393471135017

pierremat.ofm@gmail.com

matabarochubaka@yahoo.fr

site: nyabangere.com

skype: padre.pierre.matabaro

Troisième élements : LES ANCETRES
On distingue :
1°ENAMA sont ceux qui ont menaient une vie digne, surtout qui ont bien exercé leur responsabilité de famille, de chef du village ou du groupement, ceux qui ont défendu la patrie, etc. Ils ont un accès facile à Dieu. Ils vénérés comme les saints chez les catholiques. On leur attribue beaucoup de faveurs apportés aux vivants.
Enama zigashane, littéralement « que les bons ancêtres nous soient favorables ». Cette confiance n’exclue pas l’effort humain.
Alors on dit:  » Enama eha omuntu ci erhamuyomekera », littéralement, le bon ancêtre offre des biens à quelqu’un mais ne les introduit pas dans la poche du bénéficiaire ».
Pour dire que quelqu’un a de la chance dire: littéralement, ojira IRAGI, mais aussi  » ojira enama ».
2° BAZIMU c’est un deuxième groupe d’ancêtre. Ils sont les malveillants c’est à dire les personnes mortes dans des conditions de haines, de rancune, de conflit, de tristesse et qui ont manifesté un désir de vengeance au moment de l’agonie . Ce sont les Bazimu, pluriel de muzimu. C’est pratiquement les révoltés contre l’harmonie familiale et de la société. On leur attribue des comportements de banditisme comme pendant leur vie terrestre. Comme ils sont dans le monde invisible ils sont plus forts que les vivants. On leur attribue beaucoup de maladies, surtout les maladies mentales. Comme ils ne se sentent pas bien ni chez Dieu ni chez les hommes, ils errent dans les endroits épouvantables comme la forêt, le volcan, les catastrophes naturelles. Alors les vivants doivent se protéger en payant des corvées ou en demandant les secours de Enama qui sont agréés chez Dieu.
La crainte de Bazimu et de maladies sensées provenir d’eux à créé une classe spéciale des gens qui voient en profondeur: les Bafumu, les Balagwe (ceux qui annoncent les augures). Ils ont pour mission de conjurer les mauvais sort et discerner l’avenir de ceux qui les consultent (unique point anti-biblique dans cette culture ; mais on peut les prendre pour les psychologues de la société traditionnelle).
Il y a des proverbes qui encouragent la pratique et ceux qui en doutent:
-Ziganira, littéralement  » les augures parlent bien = un enfant qui naît exactement comme le mulagwe avait annoncé à la famille quand la femme était encore enceinte.
Zirhebana, littéralement  » les augures mentent = une fille alors que le mulagu avait annoncé que le bébé serait masculin.
Zirhaderha nka muntu = les augures n’annoncent pas clairement la réalité.
Zirhahasha mwana = qui n’ est pas mûr ne réussit pas à discerner ce que le mulagwe à dit. Donc on invite à la prudence et au discernement car celui qui prend à la lettre deviendra ennemi de tout le monde comme un politicien qui accepterai tout ce que les espions racontent. Il ya ceux qui exploitent les souffrances pour les effrayer d’avantage et les rançonner.
– Omufumu abuka iro (iro babuka) = un bon guérisseur commence par redonner sommeil au malade.
– Omufumu w’iranda abuka ci arhahembuula = littéralement  » un guérisseur très éloigné soigne, mais ne réussit pas à intervenir au moment de la crise = on souhaite avoir un médecin à qui on peut recourir vite vite.
-Obufumu burhabukira bunji, littéralement « la vertu d’un médicament n’est pas due à la quantité énorme » = il faut savoir doser les bonnes choses.
Il y a du côté négatif, des gens méchants qui collaborent avec les bazimu ou des fétiches pour faire du mal ou même des donneur des poisons fabriqués de divers ingrédients.

Quatrième élément : FAMILLE ET SOCIETE
La famille et la société sont hiérarchisées . On le sens dans ces proverbes séculaires
– Ahali nkulwe harhakulwa = là où il y a un chef, il ne faut pas y superposer ou faufiler un autre = quand on ne respecte pas les rôles sociaux , on crée l’anarchie.
– Amamimami garhakengana = quand tout le monde se considère roi c’est l’anarchie.
-Bulya buno bundi buno, littéralement  » autrefois c’était un mode, maintenant un autre » = la société évolue.
La société est hiérarchisé et masculiniste.
Le nom et la richesse passe au fils aîné à la mort de son père. C’est l’aîné qui à son tour doit être généreux envers ses frères et soeurs. Tandis que dans la famille royale ce n’est pas nécessairement l’aîné qui succède à sont père car il y a un groupe de discernement , les Bajinji, gardiens du culte, qui indiquent celui qui est né avec des signés de royauté.
Traditionnellement, il n’ y a pas de nom de famille (cognome en italien, family name en anglais, nom en français). A chaque enfant, les parents ou les plus proches ou les amis donnaient un nom masculin ou féminin qui reflète les circonstances de sa famille ou les événements dans le pays ou encore les perspectives d’espoir des parents ou leur souhait à l’enfant. A un garçon, on donnait facilement le nom de Buhendwa qui veut dire le bien-aimé, signifiant surtout l’harmonie entre les parents et une garantie qu’en mettamt au monde un garçon la succession est assurée. Bien entendu, la société est patrilinéaire. A une fille dans les memes circonstances, on donnait le nom de Nzigire ou Nsimire. Les parents sont aussi contents du fruit de leur amour.
Avant le christianisme, il n’avait pas de prénom. Chaque personne était identifiée par son propre nom reçu à la naissance et pour préciser on pouvait y ajouter : tel fils de tel (son père) ou telle fille (son père). Quand la fille se marie, elle est identifié par « fille de telle ou par femme de telle. C’est pourquoi en mashi on dit : Omukazi lyo ilunga mulala, c’est la femme qui relie les familles . Le garçon qui est resté en famille est toujours idendifié en ajoutant fils de tel (son père). Mais on peut aussi identifier les parents en les appelant : le père de tel (son enfant, fille ou garçon) et la mère de tel (son enfant, fille ou garçon).
Pour arriver à fonder son foyer il faut prouver sa maturité aux parents, par exemple construire sa propre case et participer aux travaux lourds. Pour obtenir une fille en mariage, il faut beaucoup de démarches qu’on désigne par le verbe kusheba, lui montrer qu’on est attaché à elle avant qu’elle te permette d’aller parler à ses parents. Après les contacts du jeune homme avec les parents de la fiancée, vient le tour de la rencontres entre les parents de deux cotés ou au moins leurs délégués. Après les familles discutent quel cadeau le garçon offrira à la famille comme compensation de son absence. Ce cadeau est calculé en nombre de vaches selon la richesse de la famille qui accueille la future mariée. Si ces étapes ne sont pas respectée ont parle de kushoola, bruler les étapes. C’est un comportement très indigne.
La structure de la société est féodale :
Le grand chef c’est le Mwami de qui dépendent beaucoup de barhambo (notable chef de groupement), dont dépendent d’autres barhambo inférieurs (chef du village) à plusieurs niveau jusqu’au chef de colline qui contrôle une vintaine des familles. Chaque famille a pour chef le père.
Malgré l’élément masculiniste, quand un roi meurt en laissant un prince héritier mineur, la mère celui-ci gouverne et jouit de tous les droits d’un roi. On l’appelera désormais Mwami-kazi (roi-femme). Un oncle du prince orphelin peut seconder la Mwami-kazi dans son ministère.
Sur la famille et sur la royauté, en gros sur la culture de Bashi, consultez Mulago, Kagaragu et Munzihirwa. BAGASHANE!

IMG-20180619-WA0006

Bibbliographie sélective
Livres
BUJO B., Introduction à la théologie africaine, Academic Press Fribourg, Fribourg, 2008.
KABAZANE ORHACIYUMYA J. B – LUDUNGE MIRHIMANYO D., Nyamuzinda e Bushi. Omurhondero g’okuyalagazibwa kw’Emyanzi y’Akalembe, coll. Culture et christianisme, Bukavu, 2007.
KAGARAGU NTABAZA A., Emigani bali bantu. Proverbes et Maximes des Bashi, Libreza, Bukavu, 1984.
KAGARAGU NTABAZA A., Emigani bali bantu. Proverbes et maximes des Bashi, 3e édition, Libreza Bukavu, 1963.
MULAGO. V., La religion traditionnelle des Bantu et leur vision du monde, PUZ, Kinshasa, 1973.
TEMPELS P., La philosophie bantoue, Lovania, Elisabethville, 1945.

Articles
KABASELE F., Les cultures africaines et le christianisme: peuvent-elles s’enrichir mutuellement ? Si oui, à quelles conditions, in Sedos bulletin vol 32/ 7 (2000) 2006 – 2011.
KIATEZUA L. L., L’Afrique est-elle animiste ?, in http://animiques.wordpress.com/lafrique-est-elle-animiste/ (15 – 4 – 2012).
Munzihirwa C., Mécanismes culturels de la domination, in Spritus 79 (1980) 168 – 174.
MUNZIHIRWA C., Pouvoir royal et idéologie. Rôle du mythe, des rites et des proverbes dans la monarchie précoloniale du royaume de Kabare (Zaïre), in Journal des africaniste 22 (2002) 227 – 261, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/jafr_03990346_2002_num_72_1_1297 (26 – 3 – 2014).

Emyanzi y’omubandè 2018 gwarhi omugweshe oli e mahanga

Omu nsiku 22 gwa cugarhi aha Walungu rhwayumva izu lya Mwami Ngweshe XV agwasinye na Lungere w’e Parokiya Walungu omu misa y’omugobe gwa XVI mwaka B , Mwami n’engabo zage banywa omubandè.

Omubandè go mango mwami ahana obwanga oku lubaga lwage, ahuune Nnaamahanga agishe abantu n’ebishwekwa n’emburho omu cihuho cage coshi.
Lungere w’e Parokiya warhangiraga emisa aderha oku ebi rhwayumvagya mu masomi ga Bibliya , oku Nnamahanga akag’iha Israeli Abami n’abarhambo anababwire oku bayabule bwinja olubaga lyo bakwanana luhembo lwa Nnamahanga n’olw’abantu. Nnamahanga aderha oku abarhayabwiri bwinja olubanga lwage abayeguula yene alonze owarhumikira olubaga analukombeere. Nnaamahanga alinda arhuma omugala, « ye wabonaga abantu bayosire nka buso burhagwerhi lungere obwonjo bwa mugwarha ». Ayigiriza ayigiriza ciru kuhika acihaana ly’olubaga lucira. Aga masomi garhukengezize omukolo gwa mwami n’ebi alonza okujira ene: ashambaza olubaga lwage, abarhambo ba ngasi nyirhundwè bahaana omwigasho gw’oburhahemuka, banasheenge Nnamahanga agishe Mwami, agishe ecihugo, ebishwekwa n’emburho ».
Lungere w’eparokiya arhumanyisa oku mwami co cimanyiso cizine c’obuguma b’olubaga lwa Ngweshe, ngasi aha ashigirwa, abayishire n’abarhahashire okuyisha erhi bihanzo birhuma. Hali abalwala n’abashosi n’ababa kuli bulya ishwa lya Ngweshe ligali.
Aderha oku omugisho rhwahabwo muli eyi misa n’omu kanwa ka mwami ye mwimangizi wa bashakuluuza barhulagira emwa Nnaamahanga era munda Mwami Yezu abahesire. Nirhu ogwo mugisho, obwo bwanga, rhukwanine rhuguhise oku milala yirhu n’oku lubaga lwoshi, luhinge lunayeze, lushweke lunabeerwe,luburhe lunalere, n’omurhula gulya Mtagatifu Paolo adesire Kristu adwirhe omu mashanja goshi gugandaze hoshi, omu ishanja lirhu n’oku mashanja goshi.
Erhi emisa ekola yahwa, Mwami avuga omunkwa oku lubaga n’oku bigolo, ayegereza na Owalonda Gouverneur w’e Provinze ya KIVU y’ IFO. Bahuguula Owalonda Gouverneur ebi Mwami anadesire omu mashi, lulimi lw’Abagweshe n’Abashi boshi oku bali mami nda. Bamubwira oku Mwami anavuzire omunkwa kuli Gouverneur n’eyo ntumwa yage. Mpu anadesire kurhi oburhegesi buhyahya bwasingaga echefferie y’e Ngweshe enalumire ngasi aha Ngweshe ashigirwa, Akengera ngasi ntwali zaburhagwa e Bugweshe, abafire n’abazine bakozire omu cihugo ca Kongo. Mwami adesire oku arhakagomera ecihugo ca Kongo anabwira n’olubaga lwage oku lurhakag’irhebwa.
Erhi bayusa bahuguula Olonda gouverneur, mwami ahamagala abarhambo ba ngasi nyirhundwè zo groupement nkaba omu c’emazulu, bayise bahane omwigasho n’ecihango, n’eciragane. Nayumvirhe nka bali 14 bulya babiri baligwerhe ecihanzo cimanyikine oku bwami.
Ngasi murhambo akayegera embere za mwami anaderhe erhi: « Mwami Ngweshe we mwami wirhu, ntakabona aha walengana. Nyamuzinda akugishe, agishe n’ecihugo cirhu ciyere amarha n’obuci, ebishwekwa, nkafu, mpene, bibuzi, ngoko na ngasi bindi bishwakwa, amashwa gayeremwo amahemba, ebishimbo, emimbarhi, ebigonje, ebijumbu, na ngasi zindi mburho oku buhanuuzi bwawe. Enama zigashane ».
Mwami akashuza ngasi murhambo ntya: « Lebe, sho ali mwikubagirwa, nawe obe mwikubagirwa. Ocihangane oli masu gani na magulu gani. Enama zigashane ».
Abo barhambo balimwo abaluzi n’abarhonyi kwone. Erhi ahikaho Cishugi Nyangezi Pasteur, murhambo w’e Nyangezi Karhongo, mwami ayushula erhi: « Oli murhambo wa Groupement ya kabiri muno Bugweshe. Okengere oku shakulu wawe, ye Ngweshe arhumaga erhi Abazungu bayisha mpu abashambaze balek’irhulenganya. Bulya emwawe lwo lubibi lwa Ngweshe na kandi luli lubibi lwa Kongo, omamye omanye ntaye wakurhebaga. Irhondo orharhebagwa ».
Erhi ahika oku murhambo w’e Kashenyi, ye Migabo Matabaro, amubwira, erhi: » Neci we Matabaro nsimire bwenene okukubona aha. Ci banji barhakuyishi. Wasomire manji wagaliyemera okushubira eno ka, okukolera olubaga. Irenge lya Migabo oligendekeze, ye wafungiraga eryo ishwa bali mpu barhunyaga ».
Erhi mwami ahikaho Pierre Boyinkebe, murhambo w’ e Luciga, ayushula, erhi: « Nsimire okuba oli aha. Abashosi bone barhayishire ci wehe wamacihangana wamayisha, Oli nsiku wakola ogu mukolo. »
Erhi mwami ahikaho omurhambo w’ e Rubimbi, ayushula, erhi: « Ogu mugisho gukwanane, rhushub’ibona Rubimbi ayere kulya ayeraga burhanzi, ashub’ikagabulira Bugweshe n’emahanga ».
Erhi Mwami ahikaho omurhambo w’e Ndubà ye Nnamunene M’ Bashizi Aldigonde, amubwira oku yene mubuguma oli muli aba barhambo bakulu e Bugweshe. Mpu ogwo mukolo agushibirire anali mwikubagirwa.
Erhi ahikaho omurhambo w’e Walungu Karazo Nkubanya, amubwira, erni: » Sakulu w’emisimbi arhashokwiri erhi ali nyuma! We murhambo wa nyirhundwè ebamwo akarhwa-bwami. Ebiringanine birhaboneka ci kandi we wali omu banyerekaga Omukulu w’ecihugo Joseph Kabila, omu karhwa bwami k’ecihugo ca Kongo e Kinshasa.
Erhi abarhambo bakulu bayusa bashashula omwigasho n’eciragane cabo, omushomgwe w’olusiku lukulu l’omubandè alalika Owalonda Gouverneur aderhe ecinwa cage. Oyo murhambo mukulu w’e Civu c’Ifo aderha binwa bibiri omu mashi olubaga lwayaakiira. Aderha oku amasima bulya bwo bwakabiri aja oku lw’omubandè e Bushi. Mpu burhanzi ali oku mubandè e Kabare emwa Nnabushi, mpu obwa kabiri y’ono aha Bugweshe. amaderha mpu abwine oku Abashi bagwerhe obworhe bukenzire Nnaamahanga bulya ye Lulema byoshi. Ehya kabiri abwine oku bakenzire Enama na Mwami. Nnamahanga ye Mulemi, ye Nyamuzinda: na mwami ye yambala ishungwe ly’ecimanyiso c’okulungana na bashakuluuza barhulagira emwa Nyamuzinda. Kandi aderha oku rhumanye birhaja ekanwo k’oyashamire ogwo mugisho rhuguluse n’emkolo ya ngasi lubero. Mpu obworhere n’obuhyahya bw’amajambere bigwasanye. Mpu rhusegereze obukenge kuli Olubaga- Mwami-Bashakulwe na Nyamuzinda. Rhukengese ecihugo ca Kongo coshi n’omukulu waco bulya ye rhugwasize rhubone omurhula lyo rhuhashi’ijira ebi binja buzira kavulindi. Aderha erhi: « Kwokwo Nyakasane abagishe ». Olubaga lwakoma kagasha.
Ecigabi cizinga kwaba kuvuza amaliza. Ago mango bigamba bisharhu byakereka: Bene Kabugi, Bene Shahika (Kamanyola),na zira Ntole.
Emisa yahwera aho. Ngasi muguma aheka omugisho eka.
Agani marhwiri garhaciyumva. nali nanirizize ehitelefone okw’irhwiri lilembe. Muntumire eyindi myanzi.

IMG-20180722-WA0054

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Franciscains dans des pays en conflit

Les Franciscains dans des pays en conflit : Congo et Turquie (Pierre Matabaro ofm)
Richard :Tu es originaire du Congo mais tu as vécu deux ans en Turquie, peux-tu me décrire la situation dans ces deux pays traversés par des conflits et nous décrire le travail des frères dans chacun des contextes ?
Pierre : Votre question est intéressante. Les Franciscains au monde sont souvent inspirés par l’expérience de Saint François d’Assise qui a vécu une expérience douloureuse avec les guerres intestines italiennes. De sa docilité à l’Evangile, comme il dit que « la vie et la règle des Frères Mineurs c’est de suivre l’Evangile, la vie et les traces de notre Seigneur Jésus-Christ », François a pu transcender les conflits et contribuer par ses trois Ordres à construire la paix sociale car il l’avait dans son cœur. Au niveau international, il a pu rencontrer le sultan des musulmans en guerre contre l’Europe, contrairement à ceux qui ne répondait à la violence que par la violence.
De même ma petite expérience congolaise et turque me resitue dans l’héritage franciscain de bâtisseurs de paix. Les Franciscains du Congo sont une production de l’évangélisation des Franciscains belges au Congo. Celui-ci étant un pays des habitants « unis dans le sort », quant le roi belge, Léopold II réussit à tailler une grande portion du cœur de l’Afrique, appelé Etat Indépendant du Congo, une grande partie du royaume Kongo lié à une multitude des royaumes et d’empires de l’Afrique centrale, que les anthropologues ont réussi à appeler tribu, alors que c’étaient des nations qui avaient chacune une langue et une culture, et « unis dans l’effort pour l’indépendance » au moyen de diverses luttes qui ont conduit à un premier pas vers l’indépendance de ce grand territoire de 2345000 km2 qui était passé tour à tour propriété privée du roi en 1885 et ensuite colonie belge en 1908.
Une première lutte pour la dignité du peuple noir congolais, fut celle d’un franciscains belge, le Père Placide Tempels qui, ayant remarqué la politique de la tabula rasa de ce qui était définie au début comme mission évangélisatrice du roi, publia en 1945 un livre subversif pour attirer l’attention que les Bantu, ceux qui appellent la personne humaine muntu au singulier et bantu au pluriel, étaient de personnes humaines et qu’ils avaient un système de pensée et une culture . Le Père Placide Tempels « est soucieux de faire comprendre à ses contemporain l’exixtence d’une civilisation bantu ayant une conception du monde propre et une philosophie digne d’estime….ce livre apparait comme une réaction occidentale aux thèses occidentales de l’appartenance exclusive de la philosophie à l’Occident et l’inaptitude des autre peuples à la pensée discursive, abstraite et logique selon les philosophes Hegel, Heidegger, Arthur de Cobinau et Lucien Lévy Bruhl, et les théologien comme Pierre Teihlard de Chardin . Nous pouvons dire que les Franciscains ont mené une lutte pour la reconnaissance de la dignité de l’homme noire depuis l’époque coloniale.
Après l’indépendance du Congo Kinshasa, passé successivement de République du Congo, République du Zaïre à République Démocratique du Congo, les luttent pour la paix a continué autant que beaucoup des Frères ont souffert sans démissionner de leur mission lors de la sécession katangaise en 1961 quand la Province du Katanga se sépara du reste du Congo et 1963 la Province du Kasaï fit de même. Ces deux provinces étaient le lieu évangélisés par les Franciscains depuis 1922. Les Frères ont pu gardé leur appartenance à deux Provinces belges, Saint Joseph et Sainte Marie Médiatrice. Et vers le années 1970, les Frères missionnaires franciscains arrivent dans les Provinces du Kivu. Peu à peu les autochtones deviennent plus nombreux. Lors du Projet Afrique de la Curie Générale, de créer des entités en Afrique, les Congolais et les missionnaires ouvriront un Noviciat à Lukafu à 180 km au nord de Lubumbashi en 1983 . Les Frères cherchaient toujours à minimiser les conflits crées par la politique. Dix ans plus tard lors du chambardement orchestré par les politiciens que ces derniers appelés conflit Katangais -Kasaïens l’unique congrégation religieuse qui a réussit à se maintenir sans se scinder entre Kasaïens et Katangais c’est exactement l’Ordre des Frères Mineurs qui avaient son centre à Kolwezi, une maison de formation en philosophie et théologie. Cela est resté un signe de grâce divine au moment ou beaucoup des congrégations se scindaient parfois pour avoir la paix contre la pression politique. Les Franciscains avaient choisi de mourir ensemble, mais le Seigneur a fait qu’au lieu de mourir ensemble ils ont survécu ensemble dans le sud-est du Congo.
La situation du pays est resté fragile, 5 ans de transition et reconquête du pouvoir par le dictateur qui sera plus tard en 1997 chassé du pouvoir par une conglomération des armées et groupes armés venus du Rwanda , Uganda et Burundi. A ce moment l’épi centre du conflit était et est encore aujourd’hui l’Est du pays. Beaucoup de massacre des prêtres et religieux ont eu lieu, des pillages des paroisses et des maisons de religieux et religieuse. Les Franciscains ont été fidèles à la mission de l’Episcopat du Congo qui a essayé depuis l’indépendance 1960 de maintenir le dialogue entre les groupes en conflits (conflits internes ou conflits entre le Congo et les anciens colonisateurs). Malgré les pillages et les atteintes à la vie de beaucoup des consacrés par les groupes armés envahisseurs ou indisciplinés locaux, les Frères Franciscains qui ont travaillé à l’Est du Congo comme Benoit Bahati, Bisimwa Emmanuel, Michel Mizinzi, Etienne Mwandulo, Bavon Barhigombwa, Gustave Muderhwa, Pierre Matabaro, Jean-Pierre Bah’ogwerhe, André Murhabale. Apollinaire Bahinde, Ilija Barisic, Arcen Kasereka, Jean-Pierre Ngazi, etc. n’ont jamais abandonné leur peuple. Ils ont été souvent molestés, maltraités et leur biens ont été pillés, mais ils attendent toujours pour tenter de dialoguer avec l’envahisseur. Ils participent aussi dans la commission justice et paix dans les diocèses où ils travaillent. Une fois une de nos Sœurs Franciscaines entendit le message de la Mère Générale qui demandait que les Sœurs rentrent en Europe avant que la guerre ne se durcisse, alors elle dit : « Dites à la Mère Générale que si en Afrique il n’y a pas de résurrection de mort nous allons rentrer ». Comme je le disait pour les Frères, les Sœurs ont accepté de mourir avec leur consœurs africaines et le peuple de leur apostolat, mais le Seigneur les a protégé et elles survivent aujourd’hui.
Ma deuxième expérience m’a amenée Turquie, après 6 ans de service comme vicaire provincial au Congo, 10 ans comme recteur du sénaire franciscain à Kolwezi et dont 3 ans comme Modérateur de la formation permanente, j’ai pris une année sabattique à Vénise en Italie où j’ai eu une formation en œcuménisme et dialogue interreligieux. Cela a préparé mon séjour en Turquie où le Ministre Général cherchait du personnel pour renforcer l’équipe qui anime des sessions de formation pour le dialogue œcuménique et interreligieux.
Mon expérience de Turquie est brève, car je n’ai pas vu la Turquie ottomane mais la turquie démocratique héritée de Atatürk jusqu’au changement qui s’y passe maintenant : passage du régime parlementaire au régime présidentiel.
Au niveau religieux, les Franciscains de Istanbul sont en contact avec les autres Eglises : Orthodoxes grecs, Catholiques grecs, Arméniens orthodoxes, Arméniens catholiques, Syriens orthodoxes, Syriens catholiques, Melkites, etc . Les Frères organisent en collaboration avec le Vicariat Apostolique Catholique latin d’Istanbul, des rencontres de prière avec les autres Eglises citées pendant la Semaine de prière pour l’unité (18-25 janvier) en différents lieux. Au mois d’octobre chaque année, ils organisent une session de 10 jours pour les Frères venant des tous les horizons afin d’échanger sur l’œcuménisme et sur le dialogue interreligieux. A la fin de la session les Frères organisent une rencontre de prière où le Derviches, un groupe des mystiques musulmans viennent prier en dansant. Deux mardi par mois les Frères organisent une prière appelé « prière de Taizé qui regroupe les chrétiens de différentes confessions. Chaque année les Frères organisent une session de trois jour avec les Musulmans pour échanger sur le dialogue interreligieux : les conférenciers sont pris parmi les chrétiens et parmi les musulmans.
Nous avons aussi un contact direct que nous préparons par l’apprentissage de la langue turque. De ce contact, nous créons des amitiés et des collaborations professionnelles qui nous ouvrent à toutes les couches de la société turque composée de 90% de musulmans. Quand j’était à l’hôpital en coma d’un moi, à mon réveil je me suis rendu compte que c’est un musulman, nommé Ibrahim, qui venait me voir chaque jour. Il le faisait à un homme en coma dont il n’espérait plus la guérison. Donc c’était un acte de bonté sans intérêt. Il semble que depuis des années la présence de Franciscains au Moyen-Orient a toujours crée de relation de confiance entre eux et les musulmans. Quand j’était un Israël, les Frères me racontait qu’un sultan de Jéricho, à l’époque en Palestine, avant d’aller en pèlerinage à La Mecque pour six mois, amenait ses quatre femmes au couvent franciscain de Jéricho pour les sécuriser par les Frères.
Cette attitude pacifique des Franciscains a touché certains adultes qui se sont même convertis au Christianisme, car en Turquie la Constitution laisse la liberté aux adultes de choisir leur religion.
Fr Pierre Matabaro

OLULANGA LW’ABAMI, ABAMI-KAZI N’EMIKULA-MBERE Y’E BUGWESHE

1. KAGWESHE BAGWESHA haguma na Mwa-NAKAYA baburha MUHIVE, muyumve BAGWESHE, bahirakwo KWIBUKA, muyumve BAGWESHE,
2. Naye KWIBUKA haguma na Mwa-MUDE, baburha KASERERE, muyumve BAGWESHE.
3. Naye KASERERE haguma na Mwa-BUSHENGWA, baburha ola mwami, WEZA wa I.
4. Naye ola WEZA haguma na Mwa-BUGARHA, baburha BICINGA, muyumve BAGWESHE.
5. Naye BICINGA haguma na Mwa-MUGULA , baburha ola mwami ye CIRIMWENTALE.
6. Naye CIRIM’ENTALE, haguma na Mwa-CIBANGU. baburha ola mwami ye CIRHAHONGERWA, rhumuderha kundi ye KWIBUKA wa II.
7. Naye CIRHAHONGERWA, haguma na Mwa-NALUGANDA wa burhanzi, baburha RUGENGE, muyumve BAGWESHE.
8. Naye RUGENGE haguma na Mwa-MUSIRWA, baburha LUSHAMBA, muyumve BAGWESHE.
9. Naye LUSHAMBA haguma na Mwa-KARHOLERO, baburha LIRANGWE, muyumve BAGWESHE.
10. Naye LIRANGWE haguma na Mwa-NNIGANDA, bàburha RUHONGEKA, oderhwa MATABARO.
11. Naye RUHONGEKA haguma na Mwa-CIRWISA, ye Mwa-KAMARUNGU, yerigi BUJANA, BUJANA murhanzi, oderhwa LUZABETHI,baburha MAFUNDWE ye WEZA wa kabiri, rhumuderha kandi oku ye YOANE.
12. Naye MAFUNDWE haguma na NNABAMI ye Mwa-RUDAHINDWA, yerigi NABULAMBWE, NABULAMBWE wa murhanzi, ye MARIYA THEREZI baburha MUHIGIRWA, BIRHENJIRA murhanzi, rhumuderha kandi, ye BERNARDINO.
13. Naye MUHIGIRWA haguma na NAWEZA, ye Mwali MUGARUKA, ye Mwa-NALUGANDA, Mwa NALUGANDA wa kabiri, yerigi BUJANA, BUJANA wa II, oderhwa ASTRIDA, baburha NDATABAYE, ye WEZA III. rhumuderha PIERRE, izino ly’Obubatizo.
NDTABAYE NGWESHE, ye WEZA wa III,
14. NDATABAYE NGWESHE, ye WEZA wa III.
15.Rhube n’OBUSHINGANYANYA, bulerha okuja embere, muyumve BAGWESHE.
16. Rhubakomere akagasha, emyaka n’emyaka, ENNAMA zigashane.

BA.RU.CI.

Lero cirhuma abanyere b’emwirhu barhacinegenera aga mazino gali muli luno lulanga!
MWAMI NDATABAYE (14) ali Mwami wa 15 bulya omu lwimbo MUHIVE ali oku numero 1 boshi na KAGWESHE BAGWESHA

Bushi, cihugo cinja

Cette hymne vaut la fierté d’appartenir au peuple Bashi
Lwimbo
BUSHI, CIHUGO CINJA

Bushi, cihugo cinja bwenene
N’obworhere bwage bwinja
Abarhegesi n’abashizi bali binja
Basîma, bakuza, bayubaka oku rhurhondo rhwage
Akonkwa Nnâmahanga oku minja goshi arhuhire

Bantu ba Bushi binja bwenene
Ishanja lyabo liguma
Owalâlika abûhe omushekera
Bahâyà, Bagweshe, Abahavu, Abarhinyirhinyi
Bahwinjà n’Abalinja, Bazibaziba, Barongeronge.
Boshi bakonkwa

Bintu bya Bushi binja bwenene
Enkafu zirhakaganjwa (3)
Ebibuzi, mpene, empanzi n’amanina gazo
Engoko, enkoma, neci bwo bugale, rhuciishinge
Akonkwa nyâma, Bushi haguma n’ebintu byage byoshi.

Bushi wahinga, ye wanashenya
Emikolo buli budaka
Alalika boshi, abalume n’abakazi
Bayishe, bakole, mâshi bakonkwa
N’abana omu masomo babone obulezi bwimâna.

DSC00514